AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un peu de chaleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alyss Fledge
Elève Serdaigle 2ème Année
Elève Serdaigle 2ème Année
avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Un peu de chaleur   Mar 2 Jan - 19:46

Alyss venait de terminer son dernier cour de la journée. Elle n'avait qu'une envie, s'installait tranquillement et souffler. La journée avait été assez rude. Il fallait trouver chaque salle, et affronter toute la foule des couloirs. Miss Fledge ne connaissait pas encore les passages les plus rapides, et les moins "populaires". La jeune fille porter tant bien que mal son sac en bandoulière, il était très lourd. Il contenait de quoi écrire, encre, plumes, parchemins divers, et énormément de livre dont la côté était parfois dorée. La jeune Serdaigle gravit les escaliers quatres à quatres en croisant quelques Gryffondors qui remontaient dans leur dortoir. Les couloirs étaient relativement calmes, certians préfèrait s'amusait dans la neige ou se rendre à la bibliotèque. Les années plus âgées devaient déjà avoir énormément de travail à faire. Quelle vie ! Être étudiant n'était pas une tâche si aisée.
Une femme s'agita dans un tableau et lui souhaita une bonne journée. Après les formalités de politesse, celle-ci demanda le mot de passe. Alyss le lui donna, et la tableau se déplaça. La jeune fille se glissa dans l'ouverture et profita de la chaleur de la pièce. Cela changeait de l'extérieur gelait. L'élève de première année retira son sac qu'elle posa sur une table basse en face de la cheminé. Puis elle s'installa dans un fauteuil très confortable, elle tendit les mains vers le fuep our les réchauffait. Miss Fledge était frigorifiée, elle claquait des dents. Quelques minutes plus tard, la chaleur enveloppa l'Aigle, cette dernière se résolut à retirer sa chause écharpe en laine au couleur de sa maison et a retirer son manteau. Alyss se pencha sur son sac, et en sortit un livre qu'elle avait prit à labibliotèque avant de se rendre dans sa salle commune pour avoir un peu de lecture. La jeune fille n'avait pour le moment pas envie de relire les livres qu'elle avait emmené. Elle souhaitait se documenter encore plus sur ce qu'il y avait à Poudlard. L'histoire de Poudlard avait déjà été emprunté. Il faudrait que la jeune fille patiente pour pouvoir l'emprunter. La jeune fille était habillé avec une polaire marron, un jean et enfin des baskets colorés pour ajouter de la couleur à l'hiver blanc et monotone. Par-dessus toutes ces couleurs, il y avait l'uniforme habituelle de Poudlard. La jeune fille soupira. Il était noire, fade, mélancolique. Alyss prit les pans de la robe de sorcier et la retira. A présent , il n'y avait plus de cour, par conséquent, aucune raison de porter cette robe sobre et très ennuyante.
La salle commune était composé d'un grand divan, très confortable rouge sombre, du plusieurs fauteuils spacieux et si confortable qu'on avait l'impression de s'asseoir sur un nuage, il y avait une cheminée dont le feu ardent grimpait. Les flammes dansaient, consumaient le bois. Miss Fledge se leva de son fauteuil, posa son livre sur la table en prenant soin de retenir le nom de la page qu'elle lisait. Elle prit un petit bout de fer et remua le bois qui se tordait, se cassait par petit bout, norcissait. A l'aide de cet instucile, Alyss remua le feu, les braises rougirent (euh...). La première année revint dans son fauteuil prenant au passage son ouvrage, une ombre se dessina sur les murs, la jeune fille replongea dans son livre n'entendant pas arriver le visiteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenifael Rubis
Elève Serdaigle 2ème Année
Elève Serdaigle 2ème Année
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 32
Emploi IG : Québec!
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Un peu de chaleur   Mar 2 Jan - 23:30

Jenifael était assise dans son lit, la tête ailleurs. La veille au soir, incapable de trouver le sommeil, elle avait lu la moitié d'un bouquin qui traitait des différentes potions médicinales. C'était un sujet assez intéressant, selon elle. Elle réfléchissait encore à tout ce qu'elle avait découvert, aux possibilités presques infinies qu'offrait le monde de la magie. C'était absolument fascinant de savoir qu'en sachant comment s'y prendre, on pouvait presque tout faire! Même si elle ne pouvait pas encore se pratiquer, elle lisait tout ce qu'elle trouvait et qui pouvait la renseigner sur ce monde qu'elle venait à peine de découvrir. Bien sur, elle avait fait quelques essais de sortilèges avec sa baguette, mais pas beaucoup, puisqu'il était interdit aux sorciers de premier cycle de faire de la magie à l'extérieur de Poudlard. De plus, elle n'aurait jamais osé faire de la magie sous le toit de son père qui la détestait plus que tout!

Prenant une grande respiration, Jenny ouvrit le livre de sortilèges posé sur ses genoux et lu quelques pages. Elle s'intéressait beaucoup aux sortilèges, étonnée d'apprendre qu'autant de magie pouvait sortir d'un simple morceau de bois. Se souvenant du jour ou elle était allée sur le chemin de traverse avec son père, elle sourit nostalgiquement. Cette journée c'était très bien déroulée, si ce n'était des soupirs dégoutés que son père avait poussé toute la journée! Lorsqu'elle était entrée dans le magasin d'Ollivanders, elle avait trouvé le propriétaire très étrange. Il la regardait d'une drôle de façon comme s'il voyait à travers d'elle... ou en elle... Le vieil homme l'avait mit mal à l'aise, mais ce sentiment avait vité été effacé par la joie qu'elle avait ressenti en prenant la baguette qui était devenue sienne pour la première fois.


*28 centimètres et demi, en bois de rose avec une écaille de dragon!*

Ollivanders lui avait dit que cette baguette était étrange, puisqu'il n'arrivait pas à combiner le bois de rose avec les écailles de dragon d'habitude. Mais Jenny était contente de son achat. Elle savait qu'un jur elle serait capable de faire des grandes choses avec sa chère baguette. Elle ne savait pas encore ce qu'elle ferait, mais ce n'était pas important pour l'instant. Elle avait encore quelques années devant elle pour décider de son avenir. Revenant au moment présent, Jenny décida d'aller faire un tour dans la salle commune, voir s'il y avait un endroit plus confortable pour s'installer et poursuivre sa lecture. Elle Prit son sac, plaça quelques bouquins, une plume et un encrier à l'intérieur et le mit sur son épaule. Elle sourit en passant près de la fenêtre, puis poursuivit sa route jusquaux escaliers en spirale.

Arrivée en bas, elle vit qu'une jeune fille de son âge environ était assise près du feu. Jenny n'était pas tellement bonne pour faire les premiers pas, ne sachant jamais comment s'y prendre. Elle resta donc plantée à quelques pas de l'autre étudiante, déchirée entre l'envie de se faire une amie et celle de courir se réfugier dans un coin pour pousuivre sa lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creative-arts.fr/index.php
Alyss Fledge
Elève Serdaigle 2ème Année
Elève Serdaigle 2ème Année
avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Un peu de chaleur   Jeu 4 Jan - 20:20

Alyss poursuivait la lecture passionée de son livre. Il s'agissait d'un roman. La jeune fille regrettait de ne pas avoir pu emmener tout sa bilbiotèque de livre, mais voyager avec plus de 200 livres ne seraient pas du tout pratique. Miss Fledge avait été contrainte de n'en prendre que deux. Il fallait faire rentrer en plus toutes ses affaires et les fournitures scolaires. La bibliotèque de Poudlard regorgeait de bouquins, ils feraient certainement son bonheur. Celui qu'elle lisait actuellement venait de la bibliotèque et la passionnait, ça ne devrait pas être difficile d'en trouver d'autres aussi intressants. L'intrigue était à son comble lorsqu'une jeune fille descendit les escaliers. La lectrice ne s'en rendit pas compte, elle ne souhaitait qu'une chose, trouvait la solution à l'enigme de l'ouvrage. La nouvelle venue n'étaitp as très bavarde. Son regard semblait hésitant, preque méfiant. Elle se tenait là, droite comme un piquet. Ne sachant que faire ou que dire.
La Serdaigle assise dans le fauteuil leva le regard et observa son interlocutrice, elle avait de long cheveux bruns et de beaux yeux verts émeraude, moins intense que les siens. Elle ne disait mot, et tenait un livre à la main. Des flocons tapaient contre les carreaux, et le feu dans la cheminée crépitait en silence. Dans la maison de Alyss, il y avait une cheminée dans le salon du premier étage. Sur cette cheminée se tenait plusieurs photos soigneusement encadrées. Il s'agissait des enfants de la famille Fledge. Les photos retraçaient leur croissance, leur joie, les évenements importants de leur vie.
La jeune fille n'avait jamais été trop douée pour les rencontres, toujours un peu maladroite pour commencer une conversation. Bien sûr, elle mourrait d'envie de se faire une nouvelle amie, sa première amie dans ce grand château de magie. Mais... si son itnerlocutrice la trouvait ennuyante, trop timide. L'idée de décevoir la rongeait, l'appreurait et détruisait le peu d'espoir qui restait en elle. Mais après tout ! C'était une Serdaigle, il fallait qu'elle rassemble le peu de courage qu'il y avait dans son coeur pour pouvoir lui parler. Le silence était très pesant dans la pièce. Les deux élèves se regardaient, sans que l'une ou l'autre ne lache le moindre son. Alyss avait la bouche ouverte mais rien ne voulait sortir. Finalement, elle bégailla quelques mots :


-Hum ... Bonj ... euh Bonsoir.Je m'apelle Alyss.

Les mots ne se bousculaient pas du tout pour sortir ! C'était bien le problème. Ne sachant qu'ajouter, Alyss se tut. La deuxième Serdaigle allait certainement se présenter maintenant. De quoi pourrait-elle parler ? Un noeud se noua dans son ventre, elle qui d'habitude avait toujours une histoire dans la tête qu'elle désirait écrire, aucune idée ne venait pour entamer une conversation ?! Qu'allait-elle faire ? Ses parents ne seraient pas fier d'elle si il apprenait ce qu'il se passait. Ils avaient toujours voulu que leur fille se "débloque" un peu. Sa timidité l'empêchait souvent d'avancer.
Heuresement, elle avait une certaine confiance en soi pendant les cours. Etant donné qu'elle passait beaucoup de temps à étudier, elle n'avait pas peur de lever la main pour répondre aux questions car elle était assez sûr d'elle de la réponse. Lorsqu'il lui arrivait de se tromper, elle ne se sentait pas bête. Après tout elle avait essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenifael Rubis
Elève Serdaigle 2ème Année
Elève Serdaigle 2ème Année
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 32
Emploi IG : Québec!
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Un peu de chaleur   Ven 19 Jan - 16:48

HJ : J’ai un service à te demander Embarassed Embarassed Embarassed Pourrais-tu séparer un peu plus tes paragraphes s’il te plait? C’est un peu dur à lire parce que c’est tout en bloc… Embarassed Michi!

__________________

Jenifael observa la jeune fille qui se trouvait devant elle sans faire un bruit. Devait-elle lui parler? Ou était-ce mieux de simplement ignorer l’autre étudiante et d’aller continuer sa lecture à la bibliothèque? Ceci dit, elle ne savait pas encore où se trouvait cette dernière, ce qui compliquait légèrement la tâche. Se morigénant intérieurement, la fillette décida de prendre son courage à deux mains et d’adresser la parole à l’autre fille. Après tout, que pouvait-il lui arriver? Dans le pire des cas, elle se ferait rabrouer, ou ignorer. Ce n’était pas quelque chose de plaisant, mais si on pensait au fait que dans le meilleur des cas elle pourrait se faire une nouvelle amie, ça en valait le coup!

Sa décision prise, Jenny chercha quelque chose à dire. C’était bien beau de vouloir faire un effort de civilité, mais de là à simplement ouvrir la bouche pour laisser sortir n’importe quoi, non merci! Optant pour une simple présentation, elle allait ouvrir la bouche quand l’autre Serdaigle s’apperçut de sa présence. Elle avait leév les yeux du livre qu’elle était en train de lire et l’observait maintenant de la tête aux pieds. Jenny sentit une douce chaleur envahir ses joues, mais elle se rebella contre sa faiblesse et releva fièrement le menton.

.o0° Le mieux est de subir cette inspection sans broncher... °0o.

Étant d’un naturel assez timide, Jenny avait surtout tendance à chercher la solitude. Elle évitait les autres en général, la naïveté rattachée à son jeune âge lui faisant croire qu’en agissant ainsi, elle se protégeait des blessures que ces gens auraient pu lui causer. Lorsqu’elle se trouvait confrontée à une situation comme la présente, elle dissimulais souvent sa gêne derrière un masque de fièrté, presque arrogant. Fidèle à cette habitude, Jenifael observa l’étudiante qui lui faisait face à son tour. Elle avait les cheveux bruns foncé, et ses yeux étaient presque du même vert que les siens. Elle dégageait une impression de tranquillité, comme si rien ne l’ébranlait. Curieusement, elle semblait tout aussi timide qu’elle, bien que moins portée à cacher sa gêne. Avant d’avoir terminé son "inspection", la fillette prit parole. D’une voix douce, mais tremblante, elle se présenta.

.o0° Alyss… Joli comme prénom. °0o.

Sentant qu’elle devait à son tour répondre quelque chose, Jenny dit d’une voix qu’elle voulait posée :

- Bonsoir. Mon nom est Jenifael. Je suis ravie de faire votre connaissance.

Un court moment de silence embarrassé suivit ces présentations. Apparemment, elle n’était pas la seule qui n’était pas très douée pour faire les premiers pas! Posant les yeux sur le livre que sa compagne tenait toujours à la main, une pensée traversa son esprit : Et si elle dérangeait Alyss? S’empêchait-elle de continuer sa lecture à cause de sa présence? Décidant de jouer franc jeu, Jenny lui posa la question :

- Est-ce que je vous dérange? Je pourrais aller lire à la biliothèque si vous préférez rester seule…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creative-arts.fr/index.php
Alyss Fledge
Elève Serdaigle 2ème Année
Elève Serdaigle 2ème Année
avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Un peu de chaleur   Dim 21 Jan - 14:46

Un lourd silence s’installa entre les deux jeunes étudiantes. Elles se contemplaient chacune de leur côté sans oser dire nulle parole. Tout en observant avec attention leur interlocutrice respective, quelques minutes avaient déjà passées. Le seule bruit perceptible était celui de la cheminée et du bois qui se consumait. La jeune Serdaigle possédait des yeux d’une couleur qui ressemblait à fortement à celle de Alyss. Ses cheveux étaient beaucoup plus long que les siens, ils étaient magnifiques. Miss Fledge ne savait que trop faire dans une telle situation, elle eut un petit tic nerveux habituel, elle emmêla ses doigts autour de ses cheveux raides. Les deux jeunes filles se regardaient attentivement, avec détails. La bouche de l’étudiante ne voulait lui obéir, et aucune syllabe, aucun mot ne voulaient en sortir. Oh … et puis à quoi bon regarder son interlocutrice pour ne rien lui dire ? Il fallait bien faire quelque chose. Soit elles se replongeaient dans leur lecture respective, et si elles continuaient comme ça, l’une et l’autre ne se feraient pas facilement d’amis. La timidité est un trait de caractère difficile à gérer. Aller vers les gens devient aussi dure que de traverser un pont en hauteur pour quelqu’un qui a le vertige. Mais pour arriver à travers le pont, il faut surmonter sa peur, pour se faire des amis, il faut surmonter sa timidité… Les timides sont refermés sur eux-mêmes. Le théâtre est un bon moyen de se « débloquer » mais malheureusement, il faut avoir la volonté de changer, le courage de suivre ces cours.

Soudain, il sembla que la bleu et argent ouvrit enfin la bouche, et elle se présenta d’une voix hésitante, mal assurée. Et si l’autre se moquait d’elle parce qu’elle ne pouvait se passer de « euh » dans ses phrases quand elle ne connaissait pas assez bien la personne à qui elle s’adressait. L’élève de première année en face d’elle s’exprima à son tour. Elle semblait cacher un peu mieux sa timidité, ses phrases étaient distinctes, seule une petite voix semblait trahir toute cette assurance. Cette dernière s’appelait Jenifaël. Il s’agissait d’un très joli prénom. Il était facile à prononcer, bien que peut-être un peu long, mais les sonorités étaient très agréables, très douces pour l’oreille. Le prénom semblait correspondre à la personne, gentille, agréable. Alyss mourrait d’envie de se faire une nouvelle amie, et peut-être la première soit dit en passant… Miss Fledge était terrorisée par l’idée d’être seule, de devoir se déplacer de salle en salle avec une pancarte dans le dos qui indiquerait « sans amis ». Bien sûr, elle exagérait, il y avait forcément quelqu’un pour elle, qui saurait l’apprécier et à qui elle offrirait son amitié de façon à la tirer vers le haut. C’était cela une amitié à proprement dit. Mais il y avait toujours des pestes qui ne souhaitaient pas le bonheur de leur amie, mais voulaient seulement s’en servir pour arriver à leur fin, ou alors prendre plaisir à les regarder s’attacher à une amitié qu’elle n’aurait jamais.

Alyss avait toujours une vue assez noire des choses qu’elle redoutait, elle en faisait tout un plat. Mais lorsqu’elle connaissait un peu mieux la chose, ce n’était plus une peur, mais quelque chose dont elle ne pouvait plus se passer. Mais comment ne pas être dupe dans la vie, surtout pour Alyss, cette jeune fille douce et fragile. Timide jusqu’à rester seule dans son coin, n’osant pas vraiment aller vers les gens. Jenifaël lui demanda si elle ne la dérangeait pas, car sinon elle pouvait poursuivre sa lecture dans un endroit plus approprié telle que la bibliothèque. Alyss n’allait pas lui répondre qu’elle souhaitait rester seule. Cette salle commune était … ben euh … commune ! Elle appartenait à tout le monde, il n’y avait aucune personne qui pouvait se déclarer le seul propriétaire… enfin sauf le propriétaire en lui-même qui n’était autre que le directeur. Mais parmi les Serdaigles, aucun ne pouvait s’approprier le droit.


« Non, non, je t’en prie reste. Cette salle est pour tout le monde. Et puis, il doit faire plus chaud ici près du feu que dans la bibliothèque »

Pour Alyss, elle avait dit cela pour essayer de tuer un peu ce silence, de plus on ne pouvait pas appeler ça comme un argument pour l’inviter à rester, mais c’était sa façon à elle de lui dire de rester. Miss Fledge ne savait qu’ajouter, que c’était gênant d’être dans une telle situation. La jeune étudiante venait sortir une phrase un petit peu idiote, enfin ce qui était dit, est dit. Le temps c’était quelque chose que l’on ne pouvait saisir. Il filait à toute allure sans que l’on est le temps de le rattraper. Si une faute était faite, il fallait essayer de tout régler. Mais ce serait trop facile si on pouvait tout le temps avoir ce que l’on voulait, modifier les situations, et alors on s’ennuierait. La petite fille saisit un marque page sur la table basse devant elle, et le mit dans le livre, qu’elle referma ensuite avant de le reposer tout doucement sur le fauteuil. Alyss mit ses mains sur les accoudoirs et déplia ses avant bras pour arriver à hauteur de son interlocutrice. Celle-ci était un peu plus grande. La tête de l’enfant arrivait à hauteur de ses yeux. Mais lorsqu’elle n’était pas très proche, la différence ne se voyait pas trop.

De quoi pouvait-elle parler ? Des bouquins ? Il s’agissait peut-être d’une passion commune, oui après tout c’était peut-être un bon sujet de conversation. Si, tout comme Alyss, Jenny passait une majeure partie de son temps libre à étudier, il s’agissait peut-être d’une conversation qui pourrait être pimentée , intéressante. Miss Fledge réfléchit aux questions qu’elle pouvait poser, quelles sont ses livres préférés ? Hum … non … oh et puis zut. C’était bête de parler de ça. Il fallait tenter le tout pour le tout, car ce silence devenait insupportable. La jeune première année avait beau être timide, il y avait quand même des limites qu’elle n’atteignait pas.

[b ]« Je crois que je t’ai vue à la répartition. Il faut dire que la couleur de tes yeux ressemblent aux miens, ce n’est pas très commun comme couleur après tout, donc je m’en souviens. »

*Interdiction de dire « euh » tu es bien partie Alyss… continue… ça ne va quand même pas te tuer*

« Je suis très heureuse d’avoir été répartie à Serdaigle. Mon père m’en a parlé dans ma jeunesse, il me disait que c’était une maison pour eux qui aimait travailler, les sages. Mais je ne mettrai pas ma main au feu que tous les élèves de cette maison sont des anges. »[/b]

Un léger sourire apparut sur ses lèvres. Elle semblait, pour une fois depuis le début de leur rencontre, être plutôt à l’aise. Elle s’était aventurée sur un sujet auquel elle avait longtemps pensé : Poudlard. Son père et sa mère lui en avait souvent entretenu. C’était ce genre d’histoire que l’enfant réclamé avant de s’endormir quand elle était très jeune. Et c’était ce même genre d’histoire qu’elle souhaitait entendre quand la famille se réunissait avec des biscuits près de la cheminée pour Noël, ou des fêtes spéciales. Ses parents savaient comment la captiver. Maintenant que Alyss allait dans l’école qui l’avait tellement fait rêvée dans sa jeunesse, elle était très contente. Pour le moment rien ne pouvait lui faire plus plaisir. Sa grande sœur ne comprenait pas vraiment son envie d’entrer dans une école… après tout c’était du travail.

(C’est mieux pour les paragraphes ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenifael Rubis
Elève Serdaigle 2ème Année
Elève Serdaigle 2ème Année
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 32
Emploi IG : Québec!
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Un peu de chaleur   Mer 28 Fév - 16:33

HJ : Super, pour les paragraphes! Merci! ^^

____________________


Jenifael baissa les yeux après avoir posé sa question. Après tout, de quel droit imposait-elle sa présence à l’autre jeune fille? Le fait qu’elle se soit présentée ne signifiait pas nécéssairement qu’elle avait envie de la connaître, encore moins de devenir son amie. Décidément, elle était loin de comprendre comment développer une relation amicale avec quelqu’un. Il était vrai qu’elle n’avait pas vraiment d’expérience dans le domaine. Les seuls amis qu’elle avait eu étaient ses anciens camarades de classe, à l’école moldue. Et encore… Aucun d’entre eux n’était réellement proche avec elle. En y réfléchissant bien, elle comprit qu’ils n’avaient jamais été ses amis. Ils n’étaient rien de plus que de simples connaissances, et cela la découragea encore plus quant à la situation présente. Le seul ami sur qui elle avait pu compter était son frère, mais cela comptait-il vraiment?

*La famille, c’est pas pareil… Non. Ça ne compte pas.*

Inquiète du fait qu’elle partait vraiment de zéro, elle décida tout de même de reprendre un peu de courage. Relevant la tête, elle posa son regard vert sur Alyss. La serdaigle semblait toutes aussi perdue dans ses pensées qu’elle-même l’était il y avait quelques secondes. Peut-être cherchait-elle une façon polie, mais claire de lui demander de partir? À moins qu’elle ne cherche un moyen pour l’inviter à rester? Elle pouvait tout aussi bien penser à tout autre chose… Comment savoir?

*C’est compliqué!*

Découragée, Jenny ne savait pas quoi faire. C’était frustrant, tous ces doutes! Sentant un peu de sa confiance revenir à cette pensée, elle prit la décision de cesser d’avoir peur de l’inconnu. Bien sur, elle s’attendait à ce que ce soit beaucoup plus difficile à faire qu’à dire, mais elle ferait tout en son possible pour se débarrasser de cette mauvaise habitude. Un peu réconfortée par cette résolution, la jeune fille releva fièrement le menton. Peu importe si Alyss lui demandait de partir! Tant pis! Elle partirait, et c’est tout! Ce n’était pas la fin du monde, quand même! Et puis, si elle lui demandait de rester, tant mieux! Résolue à se mettre dans la tête que ça n’avait pas autant d’importance, elle refusa d’écouter la petite voix qui lui disait "Mais tu veux te faire des amis, non?"

C’est à ce stade de sa réflexion qu’Alyss l’invita à rester, prétextant que la salle commune appartenait à tout le monde. Un peu prise au dépourvu, Jenifael hocha la tête et murmura un court merci accompagné d’un léger sourire. Elle s’attendait à un oui ou un non, mais la réponse de l’autre serdaigle la laissait perplexe. Rien ne prouvait qu’elle désirait réellement l’avoir à ses côtés… Sa résolution lui revenant en tête, Jenny décida de s’asseoir. Peu lui importait si elle dérangeait! De toute façon, si Alyss ne voulait pas la voir, elle trouverait sans doute un prétexte quelconque pour partir. La fillette prit donc place sur le fauteuil face à celui de sa compagne.Elle n’ouvrit pas son livre immédiatement, hésitant encore entre laisser le temps passer un peu pour voir si Alyss allait ajouter quelque chose, ou dire quelque chose elle-même. Mais l’autre serdaigle fut plus rapide.

En mentionnant la couleur de ses yeux, Alyss attira à nouveau lattention de Jenny sur les siens. Il était vrai qu’ils étaient semblabbles, bien qu’animés d’une lueur différente. Reportant son attention sur les paroles d’Alyss, la serdaigle sentit un frisson de jioe courir sur son échine. Si l’autre jeune fille n’avait pas voulu de sa compagnie, elle ne lui parlerait pas ainsi. Poussant un imperceptible soupir de soulagement, Jenifael lui adressa un sourire, ravie de la tournure positive que prenait la situation. Ce sentiment de bonheur fut par contre légèrement ternit quelques secondes plus tard, alors que sa compagne mentionnait la majeur différence entre elles. Effectivement, elle ne savait même pas que la magie existait, à peine un mois plus tôt, alors qu’Alyss l’avait toujours su. Une pointe de jalousie se pointa en elle, mais elle refusa de l’écouter.

Décidant de taire le sentiment de tristesse qui l’envahissait peu à peu, elle sourit à la dernière remarque de l’autre serdaigle. Effectivement, il ne devait pas y avaoir que des anges dans la maison des Aigles! Elle-même, bien que plus sérieuse et plus studieuse que la moyenne des jeunes de son âge, était loin d’être un ange… La pointe de jalousie qu’elle avait ressenti quelques instants plus tôt en témoignait parfaitement! Chassant ses sombres pensées, elle chercha quelque chose à dire à son tour. N’était-ce pas ainsi que se déroulait une conversation normale? L’une disait quelque chose, puis l’autre répondait, et ainsi de suite… Mais quoi dire? Ne le sachant pas très bien, elle dit la première chose qui lui passa par la tête.


- Tu as de la chance. Il y a à peine un mois, j’ignorait complètement l’existance du monde magique.

Avant même d’avoir terminé sa phrase, elle la regretta. Qu’est-ce qui lui avait prit d’ouvrir son cœur ainsi? N’avait-elle donc rien appris!? Si elle ne faisait pas plus attention, elle courrait droit à la souffrance! Dévoiler ainsi ses faiblesse révélait de la pure folie! Et qui plus est, Alyss la prendrait surement pour une envieuse de premier rang, après une phrase aussi stupide! Mais que pouvait-elle faire maintenant? Le mal était fait, et il y avait longtemps qu’elle avait compris qu’il était impossible de revenir en arrière, peu importe à quel point on le souhaitait. Décidant du coup pour la franchise, elle poursuivit :

- Mon père est moldu, tout comme ma soeur et mon frère. J’ai donc découvert que la magie existe en recevant ma lettre de Poudlard, il y a près d’un mois. C’est fascinant, je trouve…

Incertaine quant à la réaction de sa compagne face à ces paroles, elle attendit, les nerfs en boule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creative-arts.fr/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un peu de chaleur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un peu de chaleur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vendredi 7 août 2009 SALAIRE MINIMUM, CHALEUR MAXIMUM
» Soleil, Chaleur & Cocotier 8D
» Chaleur estivale | Pv Nuage de Lune | - The End -
» Chaleur torride...
» en chaleur....cherche l'étalon de sa vie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fortuna Major :: Intérieur de Poudlard :: Les Tours :: La Salle Commune-
Sauter vers: