AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Adanedhel Iluvatar [Gryffondor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adanedhel Iluvatar
Elève Gryffondor 2ème Année
Elève Gryffondor 2ème Année


Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 28/12/2006

MessageSujet: Adanedhel Iluvatar [Gryffondor]   Ven 29 Déc - 12:22

[hrp : Je sais, ce n'est pas du grand art, ce n'est pas de l'Arual ou du Jenny, mais c'est de l'Adane... Et j'espère que malgré les fautes et les maladresses... Vous apprécierez ^^'.
Ah oui, et puis je n'ai pas précisé de maison... C'est parce qu'Adane ne connaît pas les caractéristiques des maisons... Et parce que j'ai envie de voir comment le choixpeau se débrouille Razz]


Dans le parc de Poudlard, devant les deux immenses portes en chêne marquant l'entrée du hall d'entrée de l'une des plus prestigieuses écoles de magie du monde entier se tenait un amas chaotique de petites silhouettes blondes ou brunes, resserrées pour éviter le froid et chercher du réconfort auprès de personnes connues ou, à l'inverse, se mettant à l'écart pour marquer une prétendue et supposée supériorité. On repérait facilement les plus grandes, qui surplombaient la véritable marée humaine d'au moins une tête. Et puis on remarquait aussi une tache de couleur éclatante, cuivrée, au milieu des nouveaux venus : une jeune fille plutôt petite comparée aux autres, à l'imposante crinière de cheveux roux, semblait étinceler, impression renforcée par les habits des occupants de l'immense file d'attente : des robes noires à perte de vue. Le visage de l'enfant était terriblement fermé, terriblement dur, comme vide de toute émotion bien que non dénué d'une certaine beauté - voire d'une beauté certaine -, gâchée par une telle fermeté... Et deux yeux noirs dans lesquels tourbillonnait un mélange de mécontentement, de surprise et d'émerveillement révélaient à qui avait le courage de les fixer plus de quelques secondes que leur propriétaire n'était pas dénuée de tous sentiments... Loin de là... Mais qu'elle semblait se refuser à les dévoiler. Les yeux noirs en question se posaient avec la précision d'un rapace sur les motifs alambiqués mais recelant une grande beauté des lourdes portes. Ils semblaient comme voilés par une profonde réflexion. Adanedhel Iluvatar, certainement première du nom - on n'aurait pas eu idée de donner un nom si compliqué à qui que ce soit d'autre -, était en ce moment visitée par les fantômes de son passé. Toute son histoire lui revenait en tête maintenant que, d'un instant à l'autre, sa vie allait prendre un tournant qui la marquerait jusqu'à sa fin.
Elle était née un trois novembre pluvieux, en pleine nuit, histoire de faire une entrée dans le monde qui embêterait tous ceux qui la côtoyaient. Depuis toujours, elle avait été une enfant relativement éveillée, quoique très chamailleuse, munie de parents prêts à tout - ou presque - pour aider leur fille : Annaë Linëal, alors âgée de 33 ans, et son futur mari, Sähngren Iluvatar, jeune homme de 36 ans, plutôt petits et doués d'une infinie patience dont ils eurent besoin du début à la fin pour élever la véritable boule de nerfs qu'ils avaient mis au monde. Deux ans plus tard, le dix mai, dans la soirée, Cytokin, leur premier fils, naissait : déjà grand et massif, ainsi que provocateur. Puis, encore cinq ans après, le vingt-sept juillet en pleine après-midi, il y avait eu la naissance de Vanaïli, la petite soeur d'Adanedhel. Ladite Adanedhel était entrée en maternelle à seulement deux ans et demie, comme une grande majorité des natifs de fin d'année, munie d'une soif d'apprendre terrible qui la mena à sauter le CM2 afin d'accéder, plus vite, au collège, où un enseignement digne de ce nom lui serait prodigué. Elle comprenait très rapidement, ne refusait aucun des exercices qu'on lui proposait, bien qu'elle les expédia en quelques secondes, très vite menée à bout de son infime patience. Son extrême susceptibilité la mena dès son plus jeune âge au coeur de toutes les batailles. Elle se révéla capable de se frotter à ceux qui étaient - et de loin - bien plus grands et/ou plus forts qu'elle. Courage, témérité ou manque de réflexion ? Un mélange des trois ? Personne ne l'avait jamais su, le principal étant qu'elle soit toujours parvenue à sortir de ces affrontements entière... Ou du moins vivante...Elle gagna très vite une réputation de dure à cuire sachant se sortir de toutes les situations, aidée par de bons réflexes, une grande vivacité due à sa petite taille, une force surprenante allouée par la violence de sa colère, une méfiance intense envers tous et, visiblement, un brin de misanthropie. Elle n'avait jamais aimé se mêler aux autres car elle avait longtemps été rejetée et méprisée... Les "petite", "la naine" et autres "rase-bitume" étaient son lot quotidien. Les animaux et un monde totalement imaginaire avaient été, durant ses années de primaire, comme des colosses bienveillants la protégeant de l'extérieur. On lui avait facilité le contact avec les premiers en lui offrant un chien (rapidement baptisé Elessar du nom d'un roi d'un roman qu'elle avait adoré) et d'un chat (Aeglos, pour sa couleur blanche et la consonance elfique du mot) qui avaient rapidement sympathisé ; mais le deuxième était une des seules choses - avec le fait de posséder un cheval et le désir de parler toutes les langues, tant vivantes qu'oubliées - que ses parents aient jamais été obligés de lui refuser. Ceci avait aidé au fait qu'elle n'avait eu absolument aucune difficulté à croire à la véracité des faits relatés dans une lettre de parchemin rédigée à l'encre verte qu'elle avait reçue environ deux mois avant de la fin de l'année de CM, alors que la décision de lui faire sauter le CM2 avait été prise. Les faits en question... Etaient qu'elle était une sorcière et qu'elle allait bientôt rentrer dans un collège de sorcellerie... Un très grand collège... Pas du genre de ceux qu'une fille de la campagne anglaise fréquente habituellement. Sa première réaction avait été de déclarer "Alors les balais volants existent vraiment", la deuxième de s'inquiéter de la réaction de son père... Les quelques étincelles qui éclataient déjà entre lui et sa mère avaient soudain créé un véritable brasier... Le divorce de ses parents avait fait l'effet d'un coup de poignard à la toute nouvelle sorcière. C'était à partir de ce moment qu'elle avait commencé à ne plus adresser le moindre mot à qui que ce soit, coupant tous les quelques ponts qu'elle avait pu créer avec ceux qu'elle connaissait.
Le bruit d'un battant de porte claquant contre un mur après avoir été ouvert avec trop de violence la sortit brutalement de ses pensées. L’enfant ne marqua cependant aucune surprise, ne fut pas même secouée par un sursaut. Elle tourna simplement immédiatement la tête en direction des portes, pour les découvrir ouvertes. Elle suivit le flot de bambins braillant de tous les côtés et, lorsqu’elle vit le hall d’entrée, toute trace de mécontentement disparut de son regard, remplacée par la surprise. Elle venait d’oublier le fait qu’elle était au sein d’un groupe. Elle se trouvait dans une salle immense, décorée de tableaux dans lesquels les personnages bougeaient et dans laquelle les escaliers se baladaient, visiblement dotés d’une volonté propre.
Ils pénétrèrent ensuite dans une petite salle où ils s’entassèrent tous tant bien que mal et où une dame à l’allure extrêmement sévère la fixa droit dans les yeux pendant au moins une dizaine de secondes. Cette chose extrêmement rare lui donna des frissons et elle dû crisper les poings pour rester parfaitement maîtresse d’elle-même. Des chuchotements autour d’elle lui apprirent qu’elle allait visiblement passer une « répartition » et, afin d’être sûre d’elle-même, elle se livra à un rapide examen de conscience. Elle se savait intelligente, on ne cessait de lui répéter, mais certainement pas « intello », dans le sens où elle ne supportait pas de passer des heures à lire quelque chose d’obligatoire. Elle était capable de supporter une charge de travail assez impressionnante pour son âge, de se concentrer pendant deux heures d’affilée. Elle était très courageuse, voire peut-être même trop, car elle cherchait sans cesse le danger, jusqu’à se retrouver parfois dans des situations extrêmement périlleuses. Elle agissait le plus souvent avant de réfléchir, frappait puis posait les questions. Elle était susceptible. Très. Beaucoup trop. Elle perdait extrêmement facilement le contrôle de ses nerfs et entrait dans des colères la rendant peu fréquentable. D’un naturel pessimiste, peu appréciaient sa compagnie, car ils ne pouvaient découvrir la profonde loyauté qui la liait à ceux qu’elle appréciait vraiment. Douée d’une âme de héros débile qui la poussait à aller porter secours à quiconque avait besoin d’aide, même si elle ne pouvait pas le supporter, ainsi que d’une conscience heureusement présente pour éviter tous débordements, elle entrait souvent en conflit avec elle-même. Elle n’avait absolument aucun talent artistique, hormis peut-être celui de l’écriture, et se révélait d’une nullité retentissante pour les relations humaines. Plus proche des animaux que des êtres humains, dont elle fuyait la compagnie, de peur de sombrer dans la colère, elle développait un certain talent avec les bestioles à plus de deux pattes, à poils ou plumes. Certains traits de sa personnalité lui échappèrent certainement à cet instant, mais la pression qu’elle sentait enfler dans la petite salle était telle qu’elle ne parvenait plus à réfléchir.
A nouveau, une porte s’ouvrit et la jeune fille pénétra dans ce que les chuchotements empressés qui la cernaient de toute part désignaient comme étant la « Grande Salle ». Là, cinq tables occupées par des centaines de convives s’offrirent à sa vue et il lui sembla que tous les regards se tournaient vers elle. Elle garda cependant la tête haute – elle n’était pas une bête de foire – et fixa ses yeux noirs sur le plafond. Elle faillit les en détourner lorsqu’elle vit qu’il représentait très exactement le ciel qui avait surplombé sa tête avant son entrée dans le vieux château : sombre et parsemé de nombreux nuages couleur d’acier. Une liste de noms sans importance défila à ses oreilles, quand soudain…


- Iluvatar Adanedhel !

Clama une voix stricte. L'interpellée porta ses yeux perçants sur ceux de celle qui l'avait appelée et, tandis qu'elle marchait vers elle, elle ne cilla pas une fois. Comme elle se détachait du groupe, on pu la distinguer plus aisément : elle mesurait une bonne demi tête de moins que les autres, elle était assez large d'épaules, plutôt musclée, franchement jolie malgré son visage carré, munie d'une paire de beaux mais terribles yeux noirs qui paraissaient de temps en temps parcourus d'éclats ambrés, vraiment rousse, les cheveux lui arrivant dans le milieu du dos retenus en queue de cheval par un élastique noir qui n'empêchait pas des reflets du cuivre à l'or de s'y promener au gré de l'éclairage et deux mèches un peu courtes de tomber sur son visage, en l'affinant quelque peu. Elle était vêtue d'un ensemble vert foncé en dessous de sa robe noire, qu'elle avait largement ouverte pour des questions de confort - ce qui lui attira un regard terrible de la part de la femme qui semblait diriger la petite cérémonie. Tout, en celle qui marchait, évoquait l'énergie pure, l'activité.
Juste avant de s'asseoir sur le tabouret qui trônait devant elle, elle comprit enfin le sens du mot répartition, quand elle remarqua que des blasons surplombaient les tables. L'un représentait un magistral Lion d'or sur fond rouge. Les yeux de la jeune fille brillèrent à nouveau d'un éclat ambré lorsqu'elle le vit. Il lui rappelait étrangement elle, avec parfois ses instincts animaux... Un instant, elle sentit même un faible grondement monter du fond de sa gorge, grondement qu'elle réservait habituellement à ceux qui l'ennuyaient... Puis ce fut un Serpent superbe mais terrible, argenté sur fond vert. Les reptiles ne comptaient pas parmi ses animaux favoris... Mais la couleur verte était sa favorite... Et le regard du Serpent recelait une intelligence surprenante, qui l'attira immédiatement. Ensuite, elle tomba sur un magnifique Aigle qui fit naître en elle le désir de voler sur un balai. Tout de suite... Enfin, elle vit un simple Blaireau noir sur fond jaune, qui ne lui procura d'autre impression que celle d'avoir un petit animal à poil près d'elle, qui lui poussa le museau de la main et l'aida à franchir le dernier pas.
Elle s'assit sur le tabouret que désignait la femme et se vit recouverte d'un couvre-chef maintes fois rapiécé. Alors, et ceci réussit l'exploit de lui faire presque peur, une voix raisonna dans sa tête...


"Alors... Qu'avons-nous là ?"

Enfin, quand elle comprit que c'était le chapeau qui parlait, la vérité la frappa dans toute son ampleur. Elle, Adanedhel, du haut de ses neuf ans et demie, était une sorcière et allait aujourd'hui commencer ses études... Puis, sans qu'elle aie eu le temps de réfléchir, elle songea :

*Ben une humaine, réfléchis deux secondes, comme tous ceux que t'as vus aujourd'hui...*

Et le chapeau... Répondit...

"Alors, rebelle, hein ? Et on aime pas se confronter aux règlements..."

Eh bien voilà une nouveauté que la toute jeune sorcière n'était pas prête d'oublier : les chapeaux des sorciers lisaient les pensées... C'était décidé, elle ne porterait jamais le chapeau qu'on lui avait fais acheter. Et puis il venait de lui rappeler un autre trait de sa personnalité... Et il avait raison...
Très vite, l'agacement laissa sa place à l'impatience... Et au trac... Cette fois, elle était certaine qu'absolument tous les regards étaient tournés vers elle... Alors... Où donc allait-elle aller ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Choixpeau Magique

avatar

Nombre de messages : 62
Emploi IG : 363 jours par an : je prend la poussière sur une étagère
Date d'inscription : 02/11/2006

MessageSujet: Re: Adanedhel Iluvatar [Gryffondor]   Ven 29 Déc - 13:40

Rebelle
...
Sérieuse
...
Deux maisons te conviendraient
...
mais je pense que tu seras mieux à
GRYFFONDOR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adanedhel Iluvatar
Elève Gryffondor 2ème Année
Elève Gryffondor 2ème Année


Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 28/12/2006

MessageSujet: Re: Adanedhel Iluvatar [Gryffondor]   Ven 29 Déc - 20:47

Pour l'une des rares fois de sa vie, Adanedhel ressentait l'appréhension dans toute son ampleur : le serpent de l'angoisse se frayait en dansant un chemin dans ses entrailles contractée sous l'assaut de spasmes qu'elle s'efforçait de cacher. Elle essaya de s'imaginer sous chacun des étendards, mais elle ne connaissait pas les critères d'entrée dans les maisons... Rien... Pas même une vague idée... Mais invariablement, ses pensées revenaient au grand Lion d'or, si grand, si fier... A nouveau, la voix assez vieille, comme éraillée, mais cependant presque protectrice raisonna à ses oreilles. Elle lui parla d'elle, à nouveau, et l'enfant fut à deux doigts de lui demander de se taire, puis elle hurla un nom qui ne signifiait rien... Mais, étrangement, ledit nom, "Gryffondor", redonna une bouffée de courage à la jeune fille coiffée du vieux chapeau. Il lui évoquait des images flamboyantes d'activité pure... Et le Lion d'or... Aussitôt, elle retira le chapeau et parcourut la salle du regard. Une salve d'applaudissement retentit à l'extrême gauche... Venant d'une table décorée de couleurs rouges et or...

*Non...*

Songea-t-elle, ayant de la peine à croire ce qu'elle voyait.

**Si !**

Lui hurla mentalement sa conscience, pour l'encourager à avancer.
Les yeux de la toute nouvelle Lionne prirent une teinte légèrement plus brune et elle s'avança de son habituel pas vif en direction de ceux qui seraient désormais ses condisciples. Elle était Gryffondor. Ceci lui semblait être la meilleure maison dans laquelle elle aurait pu tomber, même si les images de l'Aigle et du Serpent lui revenaient souvent en tête...
Le plus discrètement possible, elle s'assit à l'une des extrémités de la table la plus bruyante de la salle et se demanda soudain si elle avait bien été répartie... Cette maison semblait être celle des plus joyeux, des plaisantins, des jeunes gens quotidiennement de bonne humeur... Mais au moins ne risquait-elle pas de s'ennuyer... Alors... Autant profiter de sa soirée. Les assiettes étaient vides, mais d'autres élèves restaient encore à répartir... Elle leur accorda son attention, prête à réserver un regard attentif à ceux qui réussiraient à l'attirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Adanedhel Iluvatar [Gryffondor]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Adanedhel Iluvatar [Gryffondor]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Adanedhel Aërendil [Herboriste]
» MATCH #4 - SERPENTARD vs GRYFFONDOR
» Harry Potter [Gryffondor, 5ème année]
» Kaji Tateishi (Gryffondor)
» Match ¤2¤ Poufsouffle <VS> Gryffondor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fortuna Major :: Acceuil & Présentation :: Présentations Acceptées-
Sauter vers: