AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Arual Haven [Serdaigle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arual Haven
Elève Serdaigle 1ère Année
Elève Serdaigle 1ère Année


Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Arual Haven [Serdaigle]   Dim 24 Déc - 0:34

La jeune sorcière encapuchonnée se tenait un centre d’un regroupement d’enfants exacerbés par l’attente. Les mains bien enfoncées dans sa poche, elle grelottait en silence. Quelqu’un avait dû enrager Avadiath, car les flots du Lac Noir s’étaient déchaînées contre leurs barques en venant vers l’école. Du ciel constellé chutait une fine pluie glaciale, s’infiltrant à travers les vêtements de cotons des individus glacés jusqu’à l’os. La bise estivale manquait à cette soirée aux apparences tristes. Mais à présent, un évènement unique était sur le point de se produire. Peu importe l’état de son physique, la jeune fille portait toute son attention à son entourage. Ornées de chandelles argentées, les façades paraissaient sans fin, dirigées vers un berceau de nuit externe. À travers le silence maintenant installé, on pouvait clairement entendre le clapotis clair de la pluie contre la toiture.

Ce matin-là, Arual s’était réveillée en sursaut au son des cris suraigus de sa chouette Epsilon. Roulant sur elle-même, enfonçant l’oreiller sur sa tête, ses yeux s’étaient momentanément posés sur la pendule de sa chambre. En laçant un mot très coloré d’émotion, elle s’était élancée hors de son lit vers son armoire. Elle avait poussé les portes avec violence, produisant ainsi un vacarme monstrueux. Les fringues de la jeune fille volaient à travers la chambre tandis que la chouette effraie faisait de son mieux pour éviter les projectiles dirigés aux quatre coins de la pièce. Enfilant un pull gris avec une grasse ligne brune allant de bord en bord de sa poitrine, elle s’était alors effarée en voyant dans la glace ses cheveux. Ils avaient optés en cette triste journée un style pétard, plein de nœuds, des mèches folles bien fixées en place.

Nerveuse, excitée, enragée par la situation qui s’était présentée, les émotions poussaient la jeune fille à agir encore plus rapidement. Une paire de jeans propre enfilée, elle avait alors combattu son horrible coiffure, armée d’une main menaçante sa baguette et de l’autre un peigne. Sa dure tâche accomplie, c’était cap vers la salle de bain. Arual réussi, en chemin, de se prendre les pieds dans une paire de pantalons jonchant le sol. Ainsi, elle plongea vers l’avant, manquant de se rattraper lors de sa tombée. Une Liliane exaspérée par tout le vacarme franchissant la cloison entre le monde et la chambre de sa fille alla frapper à sa porte.


-ARU! Tu as intérêt à cesser tout ce bruit! … Et dépêche-toi! Le train part dans moins d’une heure.

Terminé le brossage de dents, sa coiffure simple sous contrôle, sa baguette en ébène en sécurité dans sa poche droite de robes noire; elle était fin prête pour… l’école. Elle descendit les escaliers, exaltée à l’idée de découvrir LE Poudlard dont sa mère lui avait tant parlé. Dans ses contes, quand elle était encore fillette naïve, Liliane se plaisait à lui raconter les accomplissements ahurissants de sorciers ayant passé par cette école. Ses histoires avaient fait voyager son esprit et truffées ses rêves les plus profonds. Bref, elle était excitée de se séparer de son train-train quotidien. Serrant sa mère dans ses bras, elle ressenti tout de même un pincement au cœur. Son père, Mathias, n’était présent pou la voir partir. Effectivement, ce dernier s’affairait souvent à son bureau, se perdant alors dans des piles de documents. « Le travail avant tout, pour le bien-être de la famille. » disait-il. C’est donc ainsi, après avoir marché quelques blocs traînant ses bagages, qu’elle embarqua sur le train qui la mènerait vers… son destin? Elle trouvait ce mot un peu trop dramatique pour la situation présente.
Seule dans un compartiment, Arual se sentait finalement en paix. Son rythme cardiaque diminué, elle regardait de ses yeux bleu-gris fatigués le paysage s’offrant à elle. La sorcière appréciait chaque seconde de cette solitude, aimant se plonger dans ses pensées. Et si elle n’était pas bien acceptée à cette école? Elle détestait l’imprévu à moins qu’il ne vienne d’elle-même. Le calme se faisait donc accueillir à bras grands ouverts. Le soleil s’étendait à l’horizon, pendant que des hordes d’élèves jacassaient dans la grande allée du train. Irritée, ses muscles tendus, elle resta immobile. Mais quelque chose en son aspect venait de changer. Le voile terne de ses yeux s’était levé et découvrait un bleu saphir profond. Regard perdu au loin, respiration lourde, la jeune fille cligna des yeux. Plus rien. Tout était revenu à la norme. Caractéristique faucon-ales. (Autorisation de la part de l'administratice accordée!)

Epsilon la regardait d’un air intrigué. Malgré le fait qu’elle soit habituée à sa maîtresse, elle ne saisissait pas entièrement la raison de ces changements parfois imperceptibles et d’autres fois draconiens. La fillette croyait dur comme fer que la maîtrise de soi-même était des qualités les plus importantes. Cependant, il arrive qu’Aru ne puisse être à la hauteur pour y arriver. Ainsi, elle s’abandonnait au courant de ses émotions. Le front appuyé contre la vitre froide, elle pensait.

Elle n’était pas d’une famille pauvre, mais l’abondance ventrue lui était tout aussi inconnue. En effet, la sorcière avait su apprécier les simples plaisirs de la vie. Or elle jouissait de journées ensoleillées, s’émerveillait devant les couleurs automnales, se perdait dans le manteau blanc de l’hiver et adorait goûter aux parfums divers du printemps. La jeune fille aimait tant apprendre, mais des limites s’imposaient. Puisqu’elle ne savait cuisiner, elle pouvait facilement s’imaginer la tête en cours de potions. De plus, quoique l’Histoire du monde autant sorcier que Moldus soit passionnant, les dates la lassaient. D’une curiosité qui poussait souvent l’exagération, elle pouvait alors facilement se retrouver en une situation… complexe.


L’arrêt du train se fit brusquement, tirant la sorcière de son état de transe. Celle-ci fut alors projetée vers l’avant. Ne faisant pas la même erreur deux fois, elle se rattrapa en s’agrippant au rebord de la fenêtre, manquant donc de se fracasser le crâne.

*J’aurais eu l’air maligne… *

En sortant, elle laissa sa chouette s’envoler. Elle trouverait bien son chemin. Personne n’était là pour l’aider, elle. Et c’était ainsi qu’elle préférait que soient les choses. Indubitablement, Arual détestait recevoir de l’aide. Indépendante elle était, indépendante elle comptait rester. Un grand homme bourru se trouvait à la tête des élèves de onze ans. Faisant signe de le suivre, Aru fut emporté par le flot de corps nerveux. Capuchon sur la tête, elle avait tâché de repousser ses cheveux brun foncé plus ou moins cours. Marchant d’un pas raide, elle resta interloquée à la vue des barques en bois… puis du Lac à traverser. Les yeux emplis de stupeur, ou plutôt d’effroi, elle ne voulait bouger. Il fallait traverser ÇA! pour arriver au château? Non, mais ils souhaitaient déjà sa mort! Elle avait une peur bleue, non pas de l’eau puisqu’elle savait nager, mais plutôt des profondeurs que celle-ci pouvait atteindre. Un frisson parcourant le long de son échine, elle s’asseya, de contre cœur, dans la barque, les mains posées sur ses genoux. Orgueilleuse, il était hors de question de montrer cette faiblesse. Se sentant mal, non pas à cause du Lac (à vrai dire, oui, en partie) elle proposa son aide, sans regarder l’abîme s’étendant devant eux. La traversée sembla durer une éternité.

À présent, Arual fut plus que ravie d’être en la sécurité de la Grande Salle. Si chaleureuse! Elle était honteuse de n’avoir pu offrir son aide… Mais la noyade d’une dizaine d’élèves juste avant la Répartition n’était pas au menu!


*Cesse de trembloter!*

*Je ne suis seule à le faire, fiche moi la paix.*


L’esprit divisé de la sorcière, absent pour pratiquement l’entité du voyage, revenait à l’assaut. Déjà qu’Aru avait toujours eu de la difficulté à faire des décisions, Dieu avait dû la maudire d’une pensée divisée. Ou est-ce qu’avec le temps, c’est elle qui s’est créée cette illusion? Bref, elle détourna son attention vers la décoration affable de l’endroit peuplé. Les visages de tous étaient tournés vers l’amas mouillé descendant l’allée à la suite d’une professeur à l’apparence sévère. Arual, comme à son habitude, observa, même, analysa ses alentours. Les regards se diversifiaient selon le coin de pièce ou l’on regardait. À un bout, des gens vêtus en vert et argent regardaient froidement les nouveaux arrivants. Certains pointaient du doigt, riant de l’apparence pitoyable de ceux-ci. Arual resta répugnée devant cette action. Il était, à ce moment, clair que jamais elle ne voudrait faire partie de cette Maison. Après avoir lancé un regard froid en leur direction, elle fut enchantée de voir l’accueil des autres.

Alignés deux par deux, ils se mirent à attendre. Des noms furent alors cités en ordre alphabétique. Un après l’autre, les jeunes se quittaient, lançant des petits cris nerveux ou bien cherchant une personne de l’œil pour le rassurer. Selon son savoir, Arual savait qu’il y avait quatre Maisons. Une s’appelait Gryffondor. Sa mère lui en avait tant parlé, malgré l’insistance de sa fille pour connaître les autres noms. Liliane louangeait pratiquement les personnes ayant passé par là. Ils avaient supposément accompli des miracles dans le monde sorcier par leur courage, leur bonté, leur générosité… Mais Aru pensait que c’était trop cliché. Les individus possédant toutes les qualités au monde n’étaient digne de rien sauf bien sûr le fait qu’ils puissent en faire bon usage… Ils n’avaient pas à développer leurs sens, se cultiver pour obtenir cette gloire! La fillette, après maints essais, avait alors réussi à obtenir un autre nom : Serdaigle.

Le nom provoquait en elle une certaine chaleur. Certes, sa mère préfèrerait sans aucun doute qu’elle soit mise dans la maison du Lion, mais le côté rebelle emportait à présent. Elle voulait apprendre! Mais pas juste de la matière… N’était-ce pas vrai que l’école avait des équipes de Quidditch? Un sourire en coin se forma sur son visage. Elle n’avait pas les moyens d’obtenir un balai de qualité. Elle n’avait pas les moyens encore, il fallait bien dire.


-Haven, Arual.

La jeune fille leva la tête. Son capuchon tomba sur ses épaules et elle s’avança vers un petit tabouret en bois. Elle tenait la poignée de sa baguette serrée dans sa main droite, un tic qu'elle avait développé avec le temps. Le décor autour d'elle s'évadaient, les silhouettes devenant moins claires. C'était l'intrigue qui lui poussait à agir. Bien sûr, elle savait aussi que, logiquement, elle n'avait pas le choix d'avancer. Ainsi, elle leva la tête, l'air fière et déterminée de passer à travers ses années de scholarité ici. À Poudlard...

*Ce meuble ne résistera pas à ton poids!*

*Mais si, si tous ces élèves y ont passé avant…*

*Tu seras la goutte qui fais déborder le vase!*

*La ferme! (-hj : est belle de ces temps-ci……..*sifflote*)*


Le cœur battant la chamade, la sorcière déglutit difficilement. Les yeux fermés, elle sentit un chapeau se faire déposer sur sa tête. Les sons du peuple disparurent alors. Elle ne pouvait entendre que la pulsation de son cœur dans sa tête accompagné d’une prière personnelle :

« S’il vous plaît, pas Gryffondor, ma dignité en serait blessé. Je ne souhaite participer à la froideur de la table verte. Pardonne mon ignorance, donne moi la chance de la développer, car je sais que j’en suis capable. Je désire aller dans la Maison qui m’est destinée, oui… Mais je désire autant voler de mes propres ailes. »

(hj: *soupir* mon rp reviendra avec le temps...)


Dernière édition par Albus Dumbledore le Dim 24 Déc - 11:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Choixpeau Magique

avatar

Nombre de messages : 62
Emploi IG : 363 jours par an : je prend la poussière sur une étagère
Date d'inscription : 02/11/2006

MessageSujet: Re: Arual Haven [Serdaigle]   Dim 24 Déc - 11:32

[Ne t'inquiète pas ton RP est exellent !]

J'hésite entre deux maisons
...
La Sagesse
...
Ou l'intelligence?
...
Indépendante
...
Tu seras très bien à
SERDAIGLE!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arual Haven
Elève Serdaigle 1ère Année
Elève Serdaigle 1ère Année


Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Arual Haven [Serdaigle]   Dim 24 Déc - 23:23

Une fois la masse de tissu difforme et malodorante posée sur la tête de la jeune fille, son esprit semblait, non pas s'effacer, mais plutôt s'agrandir. Elle ressentait le écho de ses pensées contre les parois de sa tête. Refusant d'ouvrir les yeux, Arual plongea alors dans un malaise obscur. Ce chapeau rapiécé lui lisait les pensées comme un simple bouquin! Non, mais! La machoire crispée, la sorcière ne cessait de répéter ses dernières paroles, priant pour le meilleur. Une voix se joignit alors à elle. Rauque, il effleurait les images de sa mémoire tout en défilant à travers son vécu. Mais elle voulait en finir. Et pourquoi donc hésitait-il? Il semblait que si cet objet était si puissant et sage comme conté dans les histoires s'émanant des murs de l'École de Sorcellerie, déjà Aru serait assise à une de ces tables majestueuses, se régalant du festin offert. Déglutissant avec difficulté, le Choixpeau bascula son poids vers l'arrière et explosa:

-SERDAIGLE!

Finalement, Arual ouvrit les yeux. Par réflexe elle porta sa main à ses yeux afin de parer la lumière qui l'aveugla momentanément. Sous le choc, elle se leva lentement, un sourire suspendu aux lèvres. Elle déposa le Choixpeau sur le tabouret et se dirigea avec élan, ne perdant tout de même pas la tête, vers la table des Serdaigles. Sa table. Pour s'y rendre, elle passa près de la table verte. Pour cette seconde, Arual crut que les portes du château avaient tous été balayés grand ouvert, laissant pénétrer une bourrasque glaciale qui fut rapide à envelopper la Serdaigle. Aru tourna la tête tout en gardant un regard dur, puis fit cap vers les tables plus chaleureuses. Des personnes s'étaient levées pour l'accueillir comme les autres avaient fait pour les autres nouveaux venus. Son visage blanchâtre dûe à la froideur du climat extérieur, ses yeux brillaient de joie. Une fois assise, elle se retourna pour voir les derniers élèves se faire répartir.

*Tout ira bien... C'est certain*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arual Haven [Serdaigle]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arual Haven [Serdaigle]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MATCH #1 SERDAIGLE vs POUFSOUFFLE
» MATCH #3 - POUFSOUFFLE vs SERDAIGLE
» Les préfets de Serdaigle
» MATCH #5 SERDAIGLE VS SERPENTARD
» Infos officielles de la maison Serdaigle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fortuna Major :: Acceuil & Présentation :: Présentations Acceptées-
Sauter vers: