AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cours 2 - Premières Années -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
James Faucett
Professeur de Métamorphose
Professeur de Métamorphose
avatar

Nombre de messages : 90
Emploi IG : fous-moi la paix avec tes paysages! parle-moi du sous-sol!
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Cours 2 - Premières Années -   Mar 13 Mar - 3:55

hj: haha!, je ne suis pas en retard cette fois Wink Voilà, amusez-vous bien cheers

La couleur grise est celle qui s’apparente le mieux avec plein de choses, toutes aussi différentes les unes que les autres. D’abord, au milieu de ces nuances délavées et décolorés on peut y lier avec une certaine lucidité, plus ou moins claire à cause des différentes tonalités entre le blanc et le noir, une petite souris dans un coin. En parlant des coins, eux aussi, ils sont gris, camouflés dans la poussière emmitouflés par leurs murs de pierres. Mais pourquoi toujours regarder vers le bas? Les bas de James étaient gris également… et à vue d’un attachement inexpliqué pour les chaussettes, le détail était, tout compte fait, bien essentiel. Quoique certains pourraient dire de superficiel, mais qu’importe, ce n’est pas pour eux que j’écris… c’est pour faire vivre Mr Faucett.

Étant professeur de métamorphose depuis un certain temps, là aussi, on peut dire que le temps est gris et que par l’humeur grisé de quelqu’un qu’il venait de croiser, le sorcier d’une vingtaine d’année venait à peine de remarquer les petites gouttelettes qui commençaient à perler au abords des fenêtres qui s’alignaient parfaitement et silencieusement le long du couloir du troisième étage. Volant en milles éclats, l’une d’entre elles venaient de se fracasser contre la façade extérieure du château qui servait à tous de demeure.

-- Bonjour, madame. Que vaut l’honneur d’une pareille humeur?

La bibliothécaire semblait étrange ce matin et laissa par mégarde ces quelques mots s’échapper de sa bouche qui avait l’aspect d’une aspirateur en train de sourire bêtement au premier compliment de sa vie.

- Mon filtre heu… fils hi hi… fonctionne heu… entre en fonction oups… heu quoi d’autre?... ah oui, au ministère… voilà! C’est ça, au Ministère. Mais bon… pas la peine de me féliciter…

James leva un sourcil. À son grand désarroi, elle crut sans doute qu’il s’agissait de lui faire de l’œil, comme on dit, alors la dame trapue de la bibliothèque gloussa et rougit de joie.

--Vous n’avez pas de fils, madame. Bonne journée Wink

*C'est presque triste... mais une chance pour l'humanité...*

C’était comme cela que le professeur avait quitté la bibliothécaire qui avait perdu quelques airs, mais qui n’en chantait pas moins.

-Humpf! De quel droit… pour qui… non mais…

Passé cet épisode, nous en étions au fait que Mr Faucett marchait dans un couloire. Il venait de faire quelques recherches pour la matière qu’il allait donner aujourd’hui… pas celle des premières années, mais plutôt à un élève bien singulier. Un vieux livre sous son bras, son éternel sac de cuir sur l’épaule opposé, James déambulait donc d’une façon équilibrée dans ce que l’on pouvait qualifier d’école. Une école toute spéciale par exemple… Ce qui était surtout particulier et qui faisait du bien aux rétines de l’enseignant était sans doute sa propre salle de classe. Bien ordinaire, quand elle n’est pas dévastée par une forêt ou une attaque incontrôlable des éléments Razz, la pièce ressemblait à un auditorium. Il y avait une sorte d’estrade qui comptait des tables à deux ou trois places, des tabourets ou des chaises. Les tabourets étaient nouveaux puisque d’anciennes chaises s’étaient mystérieusement endommagées… et à force de les réparer, elles finissent par craquer. Il y avait des séries d’étagères… quelque peu inutiles puisqu’on n’y fait que rarement référence durant les leçons, mais qui sont là parce qu’elles rendent la classe moins vide et qu’elles peuvent toujours être pratiques et secourables si un élève se retrouve dans une situation particulière Razz. Du reste, tout était pareil à la normale. Les animaux de toutes sortes et espèces étaient dans leurs cages qui embellissaient la classe et lui conférait un air plus sauvage et chaleureux à la fois. Les plantes qui poussaient librement étaient éparpillées un peu partout, parfois, on devait même en enjamber une ou deux pour ne pas se ramasser les pieds dans les plats.

*Bon qu’est-ce qu’on fait aujourd’hui?*

James s’était rendu au bureau solitaire qui faisait front à l’estrade. Entouré de plantes, fabriqué de bois foncé et enjolivé d’un petit sablier au coin, c’était son bureau qu’il venait de rejoindre. Il venait d’y déposer son sac d’un geste lâche et, d’une manière tout aussi détachée, il venait de retirer une liasse de parchemins. Il feuilleta le tout un instant, incapable de se concentrer suffisamment. D’un geste machinal, comme s’il avait été répété trop de fois, le professeur usa de sa baguette magique et se fit apparaître un croissant en demi-lune dans une soucoupe jaune vif. Il est toujours important de bien déjeuner le matin et avaler une seule souris en vitesse et un papillon égaré ne convient absolument pas à composer un repas convenable.

Le printemps arrivait déjà à grands pas (s’il n’était pas déjà là???) et James ne pouvait s’empêcher de penser que ce cours qui était, comme d’habitude, très matinal pour une bande de petits époumonés serait peut-être plus intéressant que le précédant. Après tout, le professeur n’avait pas eu beaucoup de temps pour exposer l’ampleur de son talent et il trouvait dommage que les jeunes perpétuent cette réputation aussi frivole sur sa présumée incompétence…

*Déjà fini?*

Avec une moue, le professeur fit disparaître son assiette et recentra son attention sur les feuilles qui se trouvaient devant lui. Ce qui était étrange, c’est qu’elles étaient blanches. Pourtant, Mr Faucett les scrutait comme s’il essayait de déchiffrer un texte ancien. La veille, il avait préparer la leçon d’aujourd’hui, il se souvenait même d’avoir dessiner une fourchette fluette dans le coin de la première page.

-- Ça alors, où est-ce que les mots ont bien pu aller?

*Peut-être qu’il y avait une fête dans un dictionnaire. Ha ha…*

Le professeur haussa les épaules et rangea les documents dans son sac. Il promena un regard circulaire autour de son périmètre et pointa sa baguette magique sur de qui ressemblait à être une cage thoracique à moitié décomposée et qui avait conservé sa peau. Le gris opaque de l’objet pouvait faire penser aux oreilles flasques d’un éléphant. L’objet n’était pas fait pour faire joli. Il trouvait sa raison d’être dans l’utilité qu’il avait pour aider à instruire.

*Oui, aujourd’hui, on voit de la nouvelle matière, mais on tente surtout de la comprendre…*

Le professeur regarda les quelques briques qui formaient le socle de l’objet démonstratif. Il le fit léviter jusqu’à ce que ce dernier soit bien en vue au centre de son bureau, sa surface de travail. Oui, des briques parce qu’il fallait que l’éducation de ces jeunes ait une base bien solide. Souriant à présent, le professeur se retourna en entendant un grondement lointain. Les cloches du château tintèrent de toute leur force. La résonance était élégante, mais sans plus. Toutefois, il y avait toujours une petite sensation qui les accompagnait, une sensation qui faisait monter légèrement la fréquence cardiaque.

*Un… Deux et… Trois*

Le premier élève arriva pile à l’heure pour le début d’un cours qui allait sûrement être plus étrange que tous les autres… comme d’habitude quoi Wink.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melissa Sollsty
Elève Serpentard 1ère Année
Elève Serpentard 1ère Année
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 19/02/2007

MessageSujet: Re: Cours 2 - Premières Années -   Mer 14 Mar - 12:02

Melissa c'était levée d'une humeur massacrantes. Elle avait perdu son livre de Métamorphose le matin même, et l'avait retrouvée dans une des cuvettes des toilettes quand elle y était aller. Elle était sur à 200 % que c'était Mimi Genarde, le fantome des toilettes des filles, qui l'avait mit. Melissa s'avait que les toilettes avait besoin d'élégances, mais au point de prendre ses affaires, elle n'y revenait pas ! Elle luit avait jeter en pleine figure le livre des contes du lapin blanc, que sa mère lui avait offert, un livre minable s'endoute, rien qu'a voir la couverture, puis était partit tremper se changer et secher son livre, car elle avait un cour de Métamorphose dans, Melissa regarda son petit sablier, 10 minutes piles. Elle couru en reversant un 1ère année de Gryffondor, puis frappa à la porte. Elle ouvrit dans une grande précipitation, et remarqua qu'elle était la première élèves. Le cour dernier, elle y avait passée 10 minutes, car elle avait pris un long bain, qui l'avait retardée. Elle regardit le professeur, le salua.

*Qu'elle tronche de mulle, celui-là*

Elle s'assit a la première table qu'elle trouva en chemin, puis sortit son materiel.


Dernière édition par le Sam 17 Mar - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absynthe Mortsonge
Elève Serpentard 2ème Année
Elève Serpentard 2ème Année


Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Cours 2 - Premières Années -   Sam 17 Mar - 14:21

*J’ose ou j’ose pas ? J’ose allez , une , deux , TROIS !!*

Et Absynthe posa enfin le pied dans la salle de classe qui appartenait présentement…Mais oui , aussi incroyable que cela puisse paraître le joyeux , champêtre , tragique et psychotique professeur Faucett tenait toujours le haut du pavé et restait maître de ses fonctions. A moins qu’il ne soit en vérité entrain de déménager et qu’il tenait dans ses derniers espoirs à apitoyer ses élèves avec le spectacle de son départ que d’aucun aurait jugé comme justifié…La Serpentard révisa d’ailleurs à la baisse les prétendus altruisme et sollicitude du professeur Dumbledore envers ses élèves. Le vieux devenait sénile et la jeune fille était à moitié certaine qu’il donnait en douce des directives à cet enseignant pour semer le chaos dans une salle normale, calme et disciplinée.

-Nice to see you , professor Chau..hem…Fett !

*Ma langue aurait-elle fourchée ?*

Elle était assez contente de retomber sur ce professeur aux tics de belette craintive lorsqu’il se retrouvait dans une situation risible et gênante pour sa crédibilité. Contente de le revoir parce qu’elle avait des tas de choses à penser sur lui et qu’elle était donc sûre de ne pas s’ennuyer. Cependant elle craignait que de l’appeler "Chaufette" lui donne de très mauvaise idées lorsqu’il aurait un passage à vide en milieu de cours. C’est cette appréhension à l’esprit qu’elle pris place à une table vide sur le coté droit , coté du paradis , et la plus proche de la porte. Chat échaudé craint l’eau froide. Elle remarqua une de ses collègues de Serpentard , mais Syn ne lui avait jamais parlé et en prenant conscience qu’il s’agissait de celle aux yeux de petits lapins chafouins l’envie n’y était pas plus que cela.

Elle commença à sortir ses affaires en appréciant la nouveauté des sièges pour poser son délicat postérieur. Au moins la grande utilité du professeur Faucett avait été de pousser Poudlard à la dépense pour offrir ce qui se rapprochait du meilleur à ses élèves. Le nettoyage par le vide. Radicale, mais efficace. Etait ce ainsi que l’on procédait dans les petits villages de l’Angleterre ? Tout casser pour tout remplacer ? En tout cas il y aurait eut quelques bien pour un grand MAL. Et lorsque Absynthe releva les yeux en classant ses parchemins, retrouvant ses petits oiseaux du cours précédent qui gazouillaient sur leur feuille, elle sut d’instinct que ce cours allait encore sortir radicalement des sentiers battus et sécurisés.


*Oh mon dieu ! Mais qu’est-ce que c’est que ce truc ! C’est moche !*

La mine entre alarme et dégoût, Syn se dit que peut-être elle ferait mieux de sortir tout de suite. La chose putréfiée d’un reste de carcasse de bête entrain de se désagrégé monté en socle lui soulevait le cœur en plus que des interrogations . Le professeur Faucett décorait-il ses quartiers avec ce genre de bibelot à vomir , dont ne voudrait même pas le garde chasse….? Elle ne voulait pas y croire mais la façon dont cette…sculpture…(?) , trônait bien évidence sur le bureau du prof l’incitait à penser le contraire.

*Pourquoi je n’ai pas ramené mes chaussures de combat rustiques ? J’aurais pu dégommer cette chose d’un seul lancée !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sincityrpg.power-heberg.com/index.php
Adrian Moriarty
Elève Serpentard 2ème Année
Elève Serpentard 2ème Année


Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Cours 2 - Premières Années -   Sam 17 Mar - 22:00

HJ : Pauvre professeur cerné par les méchants Serpentard !

La silhouette de sa cousine venait de disparaître à travers une salle après quelques instants d’hésitations sûrement le temps nécessaire à une préparation mentale d’acier dans l’expectative de découvrir le professeur Faucett dans cette salle. Très peu probable en toute logique, mais on ne peut plus sûr en suivant l’illogisme ambiant qui était de mise à Poudlard. Le Serpentard s’avança à pas lent jusqu’à la salle de classe et faillit hésiter lui aussi , mais il se repris vite. L’hésitation n’était pas digne de l ’héritier des Moriarty. Pourtant une fois qu’il eut poussé la porte , il n’avait en lui que l’envie de repartir dans sa salle commune à environs cinq étages de là , s’asseoir dans un fauteuil délicieusement rembourré et continuer la lecture de son livre de chevet The Dark Arts Outsmarted .

-Bonjour professeur. , lança-t-il comme s’il rançonnait un pack de glace frigorifique à un eskimo.

*Mais comment avez-vous fait pour vous incruster à ce cours ? Vous êtres trop fou pour Ste-Mangouste ? Et Azkaban alors ? *

La réponse était simple : les tiques et autres parasites avaient une capacité de survie et "d’attachement" à toute épreuve. Le jeune homme se glissa sur une chaise à coté de sa cousine, sans quitter le professeur des yeux , se demandant toujours dans son fort intérieur s’il s’agissait d’une illusion , ayant malgré tout grande peine à croire en ce qu’il voyait.

-Re-Bonjour ma chère.

La pièce était pour le moment peuplée en tout et pour tout de trois Serpentard et le jeune homme se prit à espérer que la salle de classe ne se remplisse que d’étudiants en vert et argent . Il y aurait déjà bien trop de bizarrerie avec ce professeur, être entouré de ses semblables serait un plus s‘il fallait contre attaquer en masse. En tout cas il remarqua tout de suite la stratégie des Serpents qui consistait à s’installer dans le fond de la classe près de la porte de sortie au cas où…

Taillant distraitement sa plume pour en affûter la pointe et en rendre l’écriture plus fine, le jeune garçon suspendit son geste en remarquant l’ignoble squelette vêtu d’une peau grisâtre tendue à craquer pour couvrir des genres de côtes sur la voie de la putréfaction. Ses mains retombèrent sur sa table et il jeta un coup d’oeil à sa cousine , geste devenu instinctif depuis qu’ils avaient entamé leur scolarité dans cette école.


-Absynthe…C’est les restes de son dernier repas qu’il vient d’exhumer de sous son bureau avant que je n’arrive ou nous allons étudier la nécromancie aujourd’hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hp-premiereguerre.jdrforum.com/forum.htm
James Faucett
Professeur de Métamorphose
Professeur de Métamorphose
avatar

Nombre de messages : 90
Emploi IG : fous-moi la paix avec tes paysages! parle-moi du sous-sol!
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Cours 2 - Premières Années -   Lun 26 Mar - 3:07

(hj : voilà: tout chaud et sorti du four!
et, désolé pour l’attente… semaine difficile Neutral )


James accueillit les nouveaux arrivants avec un grand sourire. Certes, son humeur était moins ternie que la chose sur son bureau et il ne prêta donc aucune attention aux variantes qu’avait subi son nom. Après tout, il était normal que les jeunes ne le reconnaissent pas encore vu que l’enseignant les avait dirigés involontairement dans une petite confusion. Il ne fallait pas s’attendre à grand-chose avec les premières années… d’une façon générale. C’est ce que le professeur d’arithmancie lui avait dit. Et James n’avait jamais pensé à considérer que ce professeur n’avait jamais eu à enseigner à des premières années…

-- Bonjour à vous! Bien dormi?

La question était sortie juste comme ça. De toute façon, il fallait bien montrer à ces jeunes qu’on prenait à cœur leur petite situation personnelle. Et comme nous étions encore bien tôt le matin, Mr Faucett trouvait la question très appropriée.

-- C’est cruel de se réveiller à une heure pareille, quand même.

Parlant plus lui-même, le professeur de métamorphose essayait de trouver une raison qui pourrait bien justifier le petit nombre d’élèves qui étaient présents. Il remarqua alors qu’il y avait une majorité d’étudiants qui venaient de Serpentard parmi la masse étudiante, ils étaient presque une dizaine. Il y avait peut-être deux petits Gryffondors qui semblaient vraiment endormis, deux Serdaigles enfouis dans d’épais volumes et un Pouffsouffle et demi parce que le voisin du dernier avait déjà trépassé dans le pays des songes. Peut-être Mr. Faucett n’aurait-il pas dû attendre autant avant de commencer son cours… Mais bon, un petit dix minutes est quelque chose qui se rattrape assez vite… non?

Le professeur avança de quelques pas et pendant sa démarche incongrue, il s’appuya sur l’étrange statue qui ornait son bureau. Sa main toucha la surface froide et solide de la fibre de verre et qui avait aussi une apparence métallique sans les milliers de reflets. Au moment du contact, plusieurs élèvent avaient fermé les yeux de peur de voir la « chose » renfoncer et dégouliner ou faire tout autre chose qui aurait été susceptible de leur couper l’appétit.

-- Heu…

Il fallait bien commencer par quelque chose. Ce cours était sûrement l’un des plus important en ce qui concernait la théorie de la métamorphose. Alors que dire? « Bonjour » avait déjà été usé jusqu’à la racine, alors il fallait opter pour quelque chose d’autre, quelque chose qui allait les cultiver d’avantage.

--Adju-tor-çeptivus… C’est ce qu’il y a sur mon bureau. Une sorte de statue faite d’une matière étrange, mais qui lorsque l’on regarde à l’intérieur …

Il montra d’un geste de la main ce qui semblait être le centre de la « cage thoracique » et qui était visible par la large ouverture et faisait vaguement penser à l’entrée béante d’une grotte assombrie.

-- … On peut y voir ce que je vais tenter de vous expliquer aujourd’hui. Il faut que vous vous concentriez fort sur la noirceur du creux et alors, vous verrez les idées principales de mes paroles et explications illustrées. Ce genre d’objet est relativement rare et peu utilisé parce qu’il est difficile d’y voir des images suffisamment claires si on ne se concentre pas assez. À partir de 1847, le conseil de l’éducation a décidé de cesser la production de ceux-ci, mais Poudlard existant depuis très longtemps, il en restait encore quelque uns dans une vielle remise. Alors je me suis dit : la concentration est une notion très importante que vous devrez nécessairement développer si vous voulez exceller en métamorphose, alors pourquoi ne pas commencer à pratiquer dès maintenant?

Dans l’Adju-tor-çeptivus, on pouvait voir différentes choses comme de vieux sorciers du conseil probablement, quelques images de d’autres aides didactiques semblables au tas de peaux mortes qui formait un monticule sur le pupitre de Mr. Faucett. L’âge de la chose expliquait donc son aspect usé. Si on se fiait aux illustrations que l’on pouvait brièvement apercevoir si on regardait dans le coin gauche du trou noir, il y en avait d’autres semblables qui était plutôt jolis à regarder. Différents styles de ce que l’on pouvait qualifier d’art moderne ou quelque chose dans le même genre.

*Mais voilà que je m’éloigne du sujet…*

-- Ceci étant dit, maintenant, revenons au sujet principal du cours de ce matin : les entités.

Ces deux mots s’étaient, bien entendu, instantanément et préalablement inscrits au tableau sur un ordre de baguette. L’écriture était blanche et un peu brouillon, James n’était pas un professionnel de la calligraphie, mais le tout était quand même clairement lisible.

-- Mais alors que je vous parle d’entités, peut-être que certains d’entre vous ne savent pas ce que c’est. En fait, je suis persuadé que tout le monde sait bel et bien ce que c’est, mais que vous l’ignorez malgré vous... Donc, je vous demande une définition personnelle de la chose. Dites ce qu’un l’Adju-tor-çeptivus est selon vous, et on approfondira par la suite. Ne vous gênez surtout pas.

Tout le monde pouvait participer… sauf que peut-être seul un certain nombre de personnes seront choisies, histoire de rattraper le petit retard du début de cours. Mais la course au points valait suffisamment la peine pour qu’on veuille bien participer.

-- Oh, vu qu’il s’agit d’une sorte d’opinion que vous tenterez de communiquer, ne levez pas la main, faisons un peu comme un débat. Je ne vous demande qu’une seule chose : ne parlez pas tous en même temps et respectez-vous entre … heu camarades de classe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absynthe Mortsonge
Elève Serpentard 2ème Année
Elève Serpentard 2ème Année


Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Cours 2 - Premières Années -   Ven 30 Mar - 17:34

-Je pencherai plutôt vers les reliquats d’un de ses ancêtres bovins…Une histoire tragique qu’il va se faire un plaisir de nous raconter, restes putréfiés à l’appuie. Je ne voudrais même pas nécromancisé ce truc sans avoir de solide base en magie esthétique.

Cette chose était vraiment laide, abominable sous tout rapport et il en allait des objets comme des gens : Syn ne s’intéressait pas le moins du monde et développait un mépris souverain envers tout ce qui pouvait se situer du très banal jusqu’au monstrueux. A la vue de ce truc la Serpentard était entrain de se dire que la laideur avait parfois un aspect des plus fascinant à observer , mais qu’elle ne pouvait surmonter le répulsif efficace d’un chose aussi moche et dégoûtante. La jeune fille repensa aux allégations de son cousin.

*Mon Dieu c’est vrai il est allé déterrer un cadavre de pestiféré ou quoi ?!*

La jeune élève accueillit dubitativement les bonjours et questions de politesse du professeur Faucett. Elle se contenta de le regarder suspicieusement , les yeux à moitié plissés et son livre de métamorphose dans les mains qu’elle tenait devant elle comme une sorte de rempart. Au moindre évènement suspect elle s’en servirait comme d’un bouclier pour atteindre la sortie. Les deux Poufsouffle devant elles échangèrent un regard dans le style « mais que va-t-il encore nous inventer ce sacré professeur Chaussette ? ». Absynthe ne voulait rien avoir à partager avec deux Blairelles mais ses pensées étaient quasiment identiques bien que tournant sur un mode plus défavorable. Oh elle aimait bien la figure tragi-comique qu’avait pris James Faucett dans son esprit. Mais entre son mépris et son intérêt pour lui il y avait une grande zone de méfiance affûtée. Et ce n’était pas le nom de la chose qui lui donna de quoi se rassurer.

*Adju-tor-çeptivus…C’est là que je vois que j’ai encore des grosses lacunes en anglais. Ou alors c‘est lui qui invente des mots.*

Absynthe observait avec toute l’assiduité d’un Faucon les moindres gestes du professeur se tâtant de lui dire à voix haute : « Moi aussi j’ai un oncle qui fait des néologisme, vous êtes de son école ? » Mais elle ne voyait pas son oncle accepté dans son cercle d’artiste quelqu’un qui se donne Chaussette en première identité. Aussi fou soit-il leur enseignant avait un goût impossible en matière d’art qui l’excluait d’emblé. Comme les instructions du professeur pour sa "machine à image" l’excluait d’emblé de la maîtrise d’Absynthe. En fait dès qu’il avait prononcé le mot "concentriez" suivit de l’adjectif "fort" la jeune fille avait décrochée d’une oreille et avait renforcer une par de son attention sur deux élèves un peu plus loin qui se murmuraient des choses sans rapport avec le cours. Apparemment le Gryffondor partait à l’assaut de l’esprit pudibond de la Serdaigle.

*Bien du courage mon petit…*

Les Serdaigle étaient comme des saints tempérants , des ermites reclus et Syn calcula qu’il n’avait aucune chance.
Citation :
Alors je me suis dit : la concentration est une notion très importante que vous devrez nécessairement développer si vous voulez exceller en métamorphose, alors pourquoi ne pas commencer à pratiquer dès maintenant?
-Pfff…

Absynthe revenait au cours pour entendre ça. La concentration elle la laissait à son cousin, il mobilisait bien mieux ses pensées qu’elle. Elle pourrait se concentrer bien sûr, mais elle n’en voyait pas l’utilité. Et en plus elle n’en avait tout simplement pas envie. Toutefois…

*Est-ce que je pourrais voir le professeur Faucett en slip de bain ? Je suis sûr qu’il ne va jamais se baigner sans Spookie le canard !*

La Serpentard surmonta son dégoût visuel de l’objet et se mit à scruter avec intensité un des points désignés par le professeur, le sourire en demi-lune aux lèvres. Mais rien ne se produisit.

*Bon c’est bien nul , ça ne sert à rien en fait.*
Citation :
Dites ce qu’un l’Adju-tor-çeptivus est selon vous, et on approfondira par la suite. Ne vous gênez surtout pas.
*Ah bah tiens ! Comptes sur moi Jamesie !*

-Ce que c’est précisément ? Si vous parlez d’entité pour moi ça veut dire que ce truc est vivant. Enfin qu’il a sa propre existence et ça voudrait dire qu’il capte vos pensées…Personnellement ne je voudrais rien confier à un truc pareil. Dans le même genre les pensines sont beaucoup plus…présentables.

*Et plus discrètes, pourquoi vouloir montrer ses pensées du moments aux gens ? Ce n’est pas vraiment indiqué pour se faire des amis.*

Elle se creusa un peu la tête pour chercher un objet de ce genre dans le bureau de son père. Mais non même lui qui travaillait aux Départements des Mystères n’avait pas d’Adju-tor truc sur ses étagères. Ou alors il l’avait soigneusement caché.

-Franchement je ne sais pas ce que c’est dans le détail et je ne sais pas vraiment de quoi cette chose est faite et encore moins comment elle procède pour imager vos réflexions. Mais c'est pour ça qu'elle est faite. Littéralement en langue vulgaire, ça nous donne "Adjoint de la pensée" non ?

*Alléluia.Voilà c'est ça. Pas besoin d'ajouter autre chose. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sincityrpg.power-heberg.com/index.php
James Faucett
Professeur de Métamorphose
Professeur de Métamorphose
avatar

Nombre de messages : 90
Emploi IG : fous-moi la paix avec tes paysages! parle-moi du sous-sol!
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Cours 2 - Premières Années -   Sam 31 Mar - 1:23

(hj : ha je me suis trompé dans ma question… zute, j’ai dû être dans la lune…paron What a Face )

*capte les pensées???*

Le professeur était un peu déboussolé. Fidèle à son habitude. Pourtant, il ne s’était trompé que d’un seul petit mot… ok, peut-être une taille de plus que petit, mais quand même… Pour le moment, James nageait dans la confusion. Le pauvre, il ne savait pas encore… Il n’était pas capable d’associer la réponse qu’il avait vaillamment travaillée la veille avec celle que la jeune fille venait de donner. Bien qu’il apprécia sa bonne participation, ce qu’elle racontait n’avait aucun rapport avec les entités.

Le raton-laveur d’une cage adjacente se léchait les pattes paisiblement. Puis, au fur et à mesure que les mots filaient vers ses oreilles, il y eut un petit déclique dans sa tête, comme si l’on avait pesé sur une commande.

*Adjoint de la pensée ???*

--Oh je voie…

Bien sûr, Mr Faucett savait qu’il n’était pas aveugle, mais en plus de cela, il n’était pas sourd… En fait, « Adju-tor-çeptivus » est un mot d’origine latine qui vient d’ adjutor et de praeceptivus (oui, oui, je fais des mots étranges, mais ce n'est pas si tragique que cela... en tout cas, j'espère ^^). C’est en prêtant l’oreille à l’explication de la Vert Argent qu’il comprit qu’il avait sûrement commit une autre bévue.

*Un jour, peut-être serai-je capable d’éviter cette maladresse. Ce n’est pas toujours de ma faute, parfois, les mots m’échappe comme si un ventriloque venait jouer les mauvais diables…*

-- Désolé chers élèves, je crois que j’ai mal posé ma question… l’origine de l’Adju-tor-çeptivus n’est pas vraiment importante, ce que je voulais dire est plutôt : quelle est la définition que vous donneriez à une entité? Quand je vous dis ce mot (entité Razz ), à quoi pensez-vous ? Miss Mortsonge est partie d’un bon pied, si vous voulez reprendre à partir de là…

Encore une fois, des taches blanches venaient d’apparaître sur son visage coupé fin. Sentant une sorte de malaise monter en lui, il maudissait le fait que ce sentiment eût préféré prendre l’ascenseur au lieu de l’escaliers. Tant qu’à James, il lui aurait fait prendre la porte, mais c’était hors de son contrôle malheureusement. Tout ce que le monsieur trouva à faire fut donc de se passer une main dans les cheveux… Très diplomate le cher… mais après tout, cette manière d’agir lui ressemblait bien. Qu’aurait-il pu faire d’autre? Parler? Non, Mr Faucett ne tenait pas à être un animateur de foule. En tout cas, pas volontairement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian Moriarty
Elève Serpentard 2ème Année
Elève Serpentard 2ème Année


Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Cours 2 - Premières Années -   Dim 1 Avr - 18:58

HJ : Qu'est ce qu'une entité ? C'est le genre de question qui tombe au Bac en dissert' ça ^^ Mais bon Adrian n'a que 11 ans alors tant pis pour le developpement littéraire Sad

Citation :
-Je pencherai plutôt vers les reliquats d’un de ses ancêtres bovins…Une histoire tragique qu’il va se faire un plaisir de nous raconter, restes putréfiés à l’appuie. Je ne voudrais même pas nécromancisé ce truc sans avoir de solide base en magie esthétique.
-Oui j’imagine…

En fait il n’imaginait rien du tout quand à la véritable utilité de cette chose et il restait dans l’expectative la plus totale quand à son origine et à ses fondements. Pourquoi l’avoir fait aussi repoussante et comment ? Quel esprit assez tordu garderait quelque chose de ce genre en sa possession. A moins que ce ne fut très utile et très puissant.
Citation :
Bonjour à vous! Bien dormi?
*Pitié allez vous recoucher.*

Il regarda leur enseignant avec des yeux impavides attendant plus où moins les chapelets d’idioties , de banalités mièvres qui s’égrenaient de sa bouche par grappe. Il l’avait constater , une fois sur sa lancé le professeur Faucett ne s’arrêtait pas avant d’avoir touché le fond et d’avoir usé jusqu’à la corde ses réserves de platitudes. Le jeune garçon avait l’étrange sentiment que cet homme essayait par là de gagner du temps et de ne pas trop exposer son ignorance. Enfin la connaissance de cet état de fait ne l’empêcha pas de dresser une oreille plus attentives lorsque leur instruit campagnard se mit à développer un bout de choses intéressantes. Il fronça les sourcils. En vérité il était à la limité outré. Il ne lisait plus de livres illustrés depuis ses quatre ans alors il n’allait pas se remettre aux petites images pathétiques maintenant ! Surtout lorsqu’il en savait l’origine : le cerveau d’un fêlé en import direct du monde rural. Non. Le départ avait pourtant été bon : concentration , il connaissait bien ce mot et en maîtrisait la pratique. Mais pas pour ce genre de niaiserie.

Absynthe, que les enfantillage ne rebutaient pas autant que lui , tenta une participation. Adrian ne sut s’il devait se réjouir ou se désespérer de l’expression désorientée et perplexe du professeur. Sa cousine était très certainement un des meilleurs éléments, mais si leur enseignant perdait pieds dès le début des explications il n’avait plus qu’à lui céder la place et à retourner sur les bans des écoliers !


*C’est désespérant. Dumbledore arrêtez de faire dans la charité , donnez nous des magisters capables.*
Citation :
Désolé chers élèves, je crois que j’ai mal posé ma question…
*Ha ! Ha ! Ha ! Ha !*

Adrian toussota légèrement transmutant son rire pour s’accorder à la matière que l’on devrait leur enseigner. Pourquoi n’était-il donc pas le moins du monde atterré cette fois ci ? Eh bien en fait il s’y était attendu depuis qu’il avait posé un pied dans cette salle de classe alors…Toutefois l’origine de l’Adju-tor-çeptivus l’intéressait lui. Il aimait toujours remonter jusqu’à la source et comme l’avait précisé Absynthe : il ne voudrait jamais faire transiter ses pensées par quelque chose d’aussi immonde. Le jeune homme fit tourné sa plume entre ses doigts et inspira avec dérision avant de se lancer.

-Une entité ? Si vous êtes sûr de vous cette fois je pense pouvoir me risquer à répondre. Ma cousi…Absynthe a parlé d’existence propre à cet objet. Je n’ai pas grand-chose à rajouter, si ce n’est renforcer la notion d’indépendance. C’est un terme assez large, je suis une entité , vous êtes une entité…

*Quoique…Je crois que vous fondez en symbiose avec les jolies fleurs des champs…Savez-vous que vous n’êtes pas un campagnol ? J’ai l’impression que la scission avec le Monde ne sait pas encore faite par moment…*

-…parce que nous avons notre propre…essence. Et je ne pars pas dans des considérations théologique avec toutes les notions abstraites fantaisistes même si généralement on pense moins à l’individualité qu’au symbole quand on parle d’entité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hp-premiereguerre.jdrforum.com/forum.htm
James Faucett
Professeur de Métamorphose
Professeur de Métamorphose
avatar

Nombre de messages : 90
Emploi IG : fous-moi la paix avec tes paysages! parle-moi du sous-sol!
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Cours 2 - Premières Années -   Lun 2 Avr - 1:05

(hj : désolé que tes élans soient brimés alors… XD)

Le débat commençait par un faible braisier et contrairement à l’intensité qui s’accentuait, le professeur sentait ses joues être moins en feu qu’un instant auparavant. Cela faisait chaud au cœur de voir les jeunes participer… si on voulait bien fermer les yeux sur les deux poufsouffles endormis et qui ronflaient comme des cheminées un peu plus loin au fond de la salle de classe.

Puis, un jeune homme de Serpentard tenait à flamber parole (j’innove dans les expression aujourd’hui…), ce qu’il fit plutôt astucieusement lorsqu’il introduisit son explication avec quelques étincelles sournoisement esquivées. Étant docile, James figura qu’il allait devoir vivre avec le caractère de clown tragi-comique que le hasard lui avait probablement donné pour le reste de l’année scolaire.

L’homme de vingt-et-un ans était tout de même impressionné de l’exactitude de leur réponse. Il allait de soit que la perspicacité était un trait de caractère très répandu chez ces jeunes gens et le professeur décida de gratifier leur bonne réponse.

-- À vous deux, vous ramassez huit points pour Serpentard. Alors comme monsieur Moriarty le disait si bien, ainsi que mlle Mortsonge, les entités sont tout ce qui nous entoure ainsi que notre propre personne. C’est la plume sur votre bureau, c’est la chaise sur laquelle vous êtes assis, c’est la porte de cette pièce,… et même cette marmotte est une entité!

Il avait pointé un doigt effilé en direction de la bestiole qui s’était subitement arrêté de brouter sa salade. Voilà, la matière était décrite, ne restait plus qu’à l’expliquer. La lourde tâche que Mr Faucett s’apprêtait à entreprendre.

-- Certes, plusieurs d’entre-vous n’auront aucune difficulté à comprendre ce fait. Et heureusement, parce qu’il ne s’agit là que de l’entrée en matière, si vous voulez. *à venir, le plat de résistance et peut-être un peu de pratique comme dessert… * La métamorphose est une matière complexe et l’excellence de se domaine fonctionne en partenariat avec votre compréhension du sujet étudié. Vous devez sentir ce que fait l’entité devant vous, vous devez savoir ce qu’elle devient dans les moindres détails, vous devez connaître tout ce qui se passe dans son « essence »-même, si je peux me permettre de reprendre les mots d’Adrian. Voilà la raison du choix de mon aide didactique. Au cours passé, nous avons vu la notion de ce qu’était un lien *Je vous donne deux secondes pour y penser Razz*. Maintenant, nous allons observer ce que doivent faire ces liens au cours de différentes transformations.

James se dirigea vers une fenêtre, puis se souvenant d’être déjà passé par-là et d’en être revenu malade, il préféra s’éloigner de ce souvenir un peu trop clair à son goût (haha, clair/fenêtre… bon mon humour tordu…). Il prenait soin de marcher sur les pierres plus foncées, comme dans ces jeux de marelles où il est interdit de piler sur les lignes. Il regarda les élèves présents, aussi peu nombreux qu’ils furent. Il était en train de faire une sorte d’évaluation. Ce qu’il s’apprêtait à leur donner comme leçon théorique allait sûrement en confondre plus d’un.

*N’empêche qu’il faut commencer quelque part. Et optimisme, James, optimisme… qui sait?*

-- Tout ce qui existe dans ce monde est donc composé de liens, si on suit la logique préalablement installée. Les objets les plus simples, qui ne sont pas vivants, sont composés de liens doubles de premier niveau, nommés duplins.

Certains dans l’assistance trouveraient peut-être là, un meilleur rôle à l’Adju-tor-çeptivus, que celui de parure morbide et désuète… En parlant de cet objet étrange qui ressemblait à une sorte de petite caverne polie, dans l’espace noir qu’il renfermait, on pouvait voir une sorte de petit bâtonnet. Deux d’entre eux étaient positionnées côte à côte et s’était à s’y méprendre avec un grain de riz observé dans un microscope (ouais, ça ressemble un peu à ça un « duplin »). Toutes ces belles images n’étaient visibles qu’à ceux qui ce concentraient vraiment et Mr Faucett ne pu retenir un sourire lorsqu’il vit une élève de Serdaigle les mains crispées sur son bureau et le front ondulé dû à son froncement de sourcils excessif.

*C’est touchant de voir la dévotion de certain, même si elle semble, à première vue, constituée de mimiques exagérées…*

-- Pour le moment, c’est ce qui est surtout important de savoir. De plus, l’entité varie ses propriétés. En d’autres termes, la composition de ses liens, lorsqu’elle est affectée d’un sortilège, peut changer. Cette phase « de transition » n’est pas permanente. C’est pour cette raison que lors d’une métamorphose nous devons être brefs, clairs et concis avec nos formule, baguette et images mentales.

Le soleil menait un dur combat à l’extérieur. Parfois, il éviscérait les nuages, tentant une brève percée, mais l’abondance de la masse nébuleuse faisait évaporer tout résultat. C’était le même phénomène qui se produisait lorsque la métamorphose n’était pas proprement exécutée. Il s’agissait d’une sorte de faible apparence prête à rompre le nouvel état à tout moment, prête à céder sous le poids du moindre nuage. James reprit d’une voix encore plus passionnée.

-- L’espace d’un instant, les duplins sont forcés à former des truplins.

Pour mieux comprendre le nouveau terme, une image venait d’apparaître dans l’Adju-tor-çeptivus. Ce qui était illustré ressemblait à l’instrument de musique nommé triangle. La forme géométrique spatiale qu’avaient adoptée les liens permettait ce rapprochement. Au fur et à mesure que les explications étaient fournies, l’espace noir faisait apparaître de nouveaux schémas.

-- Mais peut-être vous demandez-vous d’où viennent ces « troisièmes segments »? Et bien, voici de quoi vous éclairer un peu : quand on lance un sort, la baguette fait réagir les duplins de l’entité en envoyant d’autres liens doubles. Les liens doubles nouvellement arrivés vont s’introduire parmi les duplins qui formaient déjà l’entité au départ. L’objet est finalement composé de truplins. Mais attention à l’impermanence…

Le cours était-il trop lourd à présent? Toute cette nouvelle matière était-elle trop élaborée pour leur conception des choses? Le professeur n’en savait pas grand-chose. Toutefois, une vérité établie parcourrait l’échine de chaque individu dans cette pièce. Parmi les poussières volatiles qui violetaient partout, entre les bruissements d’ails fournis par les petits oiseaux, seules les paroles de James s’envolaient vraiment. Peut-être que quelques uns des jeunes sorciers présents dans la salle étaient capables d’en percevoir le sens comme jadis l’aurait fait Serdaigle avec sa vison à l’affût de la moins bribe de connaissance libre…

-- … C’est pendant cette pause, cette confusion générale des liens, que votre concentration est primordiale. Des images claires et précises dans votre tête dirigeront les triplins dans les bonnes directions afin de « remodeler » l’objet. La concentration doit être soutenue puisque après un temps, les triplins se décomposent afin de former plus de duplins qu’initialement. Il faut donc qu’ils se placent adéquatement pendant qu’ils sont « mobiles ».

Au dehors, le soleil pleurait sa défaite et était parti en exil. (Il commence à pleuvoir…) James se rappela soudain d’avoir demandé à ses premières années d’aller faire un tour à la bibliothèque (hint, hint… Rolling Eyes) la dernière fois.

-- Voilà pour le moment, le temps de laisser mijoter tout ça dans vos caboches. Le cours passé, je vous ai brièvement recommandé d’aller faire un saut à la bibliothèque. Alors vérifions dès maintenant si vos lectures ont rapporté quelques utilités : quelqu’un pourrait-il me donner la formule magique pour effectuée les métamorphoses de base?

(hj : peut-être que je me donne trop… mais je peux vous assurer qu’il y a pas un autre fofo qui détient une théorie aussi freak précise sur le sujet XD… ok, ok, j’arrête)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian Moriarty
Elève Serpentard 2ème Année
Elève Serpentard 2ème Année


Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Cours 2 - Premières Années -   Mer 4 Avr - 22:51

HJ : J'avoue c'est assez bluffant lol!

Et huit points de plus au compteur du sablier des Serpentard , huit points qui leur serviraient à distancer toujours un peu plus les autres Maisons lamentablement à la traîne depuis le début de l’année ( et ça c’est pas lui qui l’invente XD). Toutefois en écoutant leur professeur parler, Adrian doutait que la moitié de la salle est pu le comprendre, et encore en éliminant ceux qui dormaient à poing fermé ce score tombait à un quart. Là encore le Serpentard trouvait bien entendu que leur professeur faisait preuve d’un manque de fermeté probant et qu’il n’arriverait jamais à se faire respecter en laissant des élèves , surtout des Poufsouffle , lui ronfler au nez.

Enfin , étant encore un peu trop jeune pour donner des cours il devait se contenter d’écouter et de faire le tri entre les bonnes idées et les absurdités. En nombre conséquent cela allait de soit. Mais pour une fois leur enseignant semblait s’être documenté pour faire son cours. Cependant Adrian ne lui en rendait pas justice car le sujet qu’il traitait était suffisamment original et singulier pour que personne d’autre parmi ses élèves ne puissent en avoir de connaissance et donc le rusé James avait bien moins de chance d‘être repris sur sa matière. Malin. S’il rejetait l’empathie avec le monde en bloc le Serpentard prêta une oreille plus attentive à tout ce qui était effort de concentration. Pas pour admirer les ô combien palpitantes illustrations qui naîtraient au cœur de cette monstruosité de l’art antique, mais comme un sujet d’entraînement pour affûter son esprit. Il se canalisa son attention sur l’objet en employant sa volonté à « voir ». Un peu abstrait mais il en avait vu ( ho ho ho ) d’autres. De toutes façon le sens des mots de James Faucett était clair pour une fois. Il n’avait qu’à matérialisé ces paroles.


*Oui en fait c’est vraiment à celui qui regarde de faire tout le travail.*

Et c’est avec cette certitude d’être le seul agent de la vision qu’il aperçut une petite image atténuée , comme un fantôme décoloré. Le jeune garçon se rendit compte qu’en cherchant à rendre l’image plus nette il n’écoutait plus ce que disait leur professeur aussi préféra-t-il remettre l’observation de l’Adju-tor-çeptivus à plus tard pour ne pas perdre l’essentiel des explications. L’image disparue comme une fumée qui s’évapore alors qu’il suivait des yeux le tracé étrange du professeur Faucett.

*Mais qu’est-ce qui ne va pas avec ce type ? En fait qu’est-ce qui ne tourne pas rond chez lui ?*

Adrian s’interdit de penser qu’il jouait à la marelle…Mais y pensa comme même et il se pencha pour vérifier la position des pieds de leur professeur. Vérification faite il donna un léger coup de coude à sa cousine en lui désignant le phénomène d’un signe de tête. C’était le genre de chose qui l’amusait généralement. Et dire que pour une fois qu’il ne racontait pas des âneries il fallait qu’il laisse sa véritable nature s’exprimer par un autre moyen. Qu’il pensait discret ?

*Sacré vous, monsieur Chaussette.*

Citation :
Alors vérifions dès maintenant si vos lectures ont rapporté quelques utilités : quelqu’un pourrait-il me donner la formule magique pour effectuée les métamorphoses de base?

Simplement la formule ? C’était bien simple. C’est alors que le Serpentard fut frappé d’horreur. Il ne se souvenait que de la sonorité en générale du terme, les mots exact lui échappant. Lui , sa mémoire lui faisait défaut ?o_O Mais fort heureusement le Vert et Argent prenait toujours des notes sur un parchemin volant qu’il recopiait ensuite dans un grimoire particulier. Il chercha discrètement dans ses feuilles en se disant que n’importe quel abruti de Gryffondor ou de Serdaigle aurait le temps de sortir cette fameuse formule inutilisable pendant qu’il perdait son temps à retrouver la bonne feuille.

*Je te tiens !*

-Mais bien sûr professeur. Il s’agit de Xangis filum. , répondit-il en parfait petit élève modèle.

En répétant cette formule le Serpentard se souvent l’avoir déjà entendu avant de l’avoir lu dans un vieux livre jaunis par les ans et par toutes les mains plus ou moins propres qui l’avaient tenu. Dans cette même salle de classe. Il sentit une pointe d'exaspération faire apparaître un tic nerveux sur sa joue. L'oiselle blanche connaissait certaine chose et n'était pas si inculte que cela après tout, même si maintenant Adrian se rapellait textuellement de la faute de prononciation qu'elle avait commise. L'honneur de Serdaigle était sauf, mais loin derrière celui de Serpentard .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hp-premiereguerre.jdrforum.com/forum.htm
James Faucett
Professeur de Métamorphose
Professeur de Métamorphose
avatar

Nombre de messages : 90
Emploi IG : fous-moi la paix avec tes paysages! parle-moi du sous-sol!
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Cours 2 - Premières Années -   Sam 21 Avr - 19:43

(hj: Il fallait bien que je reprenne un jour ou l'autre Razz)

James ne vit aucune objection à ce qu’Adrian donne directement sa réponse. Après tout, il avait oublié de rajouter que le cours n’était plus un débat à présent que l’entrée en matière était faite et aussi, étant donné la faible participation de la classe, il était ravis de voir qu’au moins deux personnes sur huit allaient probablement réussir le cours… du moins il lui semblait ainsi vu que deux Serpentard participaient et, selon toue logique, quand on participe, généralement on ramasse des points de plus. En parlant de points, une bonne réponse venait donc de rebondir en écho sur les murs de pierre de la classe. Ça faisait toujours ce petit effet répétitif quand la classe ne contenait pas assez de monde. Ce n’était pas bien grave, peut-être que les deux zigotos qui dormaient dans le fond apprendraient quelque chose dans leur sommeil.

-- C’est bien, 5 points de plus pour Serpentard.

Les yeux verts jungle du professeur se posèrent à nouveau sur les deux jeunes sorciers qui ronflaient lourdement, puis alla directement à une petite Serpentard qui était dans la lune et sur une élève de Gryffondor qui gribouillait de vulgaires imitations de dessins. Parfois, l’enseignant de métamorphose se demandait ce qu’il convenait de faire… Le cours précédent il avait cru comprendre que personne n’avait trop apprécié l’agitation un peu causée par inadvertance, mais à présent, il donnait un cours bien… singulier et voilà qu’on lui dormait dans la figure.

*Ils faut qu’ils apprennent…*

Il pointa alors sa baguette magique sur les gens immobiles. Ceux-ci à présent devenus pantins s’élevèrent tranquillement dans les airs. Les deux Poufsouffle qui dormaient seraient alors assez bien surpris lorsqu’ils se réveilleront et…

*… ils auront au moins appris qu’il n’est pas toujours bon de dormir pendant mes cours…*

Voyant cela, la Gryffondor cessa de dessiner et porta son attention vers l’avant. La jeune fille immobile au manuel de métamorphose détrempé ne bougea toujours pas… Perplexe, le professeur haussa les épaules. Il ne pouvait pas la faire léviter dans les airs parce qu’il savait pertinemment que la jeune demoiselle agirait tôt ou tard par elle-même mais il fit quelque chose de mieux! En une seule seconde, une baguette fut à nouveau pointée et le manuel qui était mouillé prit feu.

*Voilà qui devrait la sortir de la lune et faire sécher son livre du même coup!*

C’était astucieux, et James avait bien entendu prévu le coup en utilisant un feu qui ne consumait rien. Vive les petits sortilèges…

Maintenant qu’il avait à nouveau l’attention de la classe, il se sentait fin près à s’attaquer à la suite du cours. La pluie coulait de plus en plus vivement dehors et il lui fallut allumer les différents chandeliers de la classe pour que l’on ait pu y voir quelque chose dans l’Adju-tor-çeptivus. James s’éclaircit la gorge et prit de nouveau parole.

-- Maintenant, en prenant la peine de bien vouloir lever la main, dites-moi donc quelles sont les principales étapes pour effectuer une bonne métamorphose. Je vous demande que les généralités qui seront applicables aux métamorphoses de base.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absynthe Mortsonge
Elève Serpentard 2ème Année
Elève Serpentard 2ème Année


Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Cours 2 - Premières Années -   Dim 29 Avr - 19:24

Absynthe releva un sourcil à la circonflexe et s’avança un peu plus sur le rebord de son siège en posant son menton dans le creux de sa main droite ( précision précision XD ). Devant ses yeux James Faucett était entrain de rejouer le coup du zèbre albinos et la Serpentard savait à peu près ce que cela signifiait…Aussi ne fut elle pas tellement surprise de la bévue de son professeur, une de plus ( ^^) à ajouter à sa note qui commençait à devenir bien chargée. La Vipère baissa les yeux sur le dallage en tournant légèrement la tête afin de dissimuler son sourire et son regard brillant qui trahiraient sans aucun doute son hilarité intérieur. C’était une fille joyeuse que la cadette Mortsonge et un rien était susceptible de l’amuser , surtout quand quelqu’un se trouvait être en difficulté.

Un léger coup de coude de son cousin la ramena à l’instant présent et la jeune fille suivit son regard un peu plus loin sur le dallage qu’elle fixait depuis tout à l’heure, plus exactement la chaussure ternie et salie d’une Gryffondor avait été son point de mire inconscient. Cette fois Absynthe ferma les yeux et baissa le nez sur ses feuilles de parchemin avec un éclat de rire étouffé en expiration qui aurait pu passer pour un souffle de désolation.


*Oh James quel joyeux drill vous faites et malgré tout je n’arrive pas à vous prendre pour un drôle de nature…*

Etait ce sa volonté de nuisance qui s’exprimait ainsi ? Absynthe n’avait pourtant pas le coté nihiliste de bien des Serpentard, mais elle n’imaginait pas son professeur avoir une fin de conte de fée. Elle le voyait mourir dans une apothéose tragique dans un concert de timbales et un tintamarre d’instruments à cuivre telles les trompettes du jugement dernier. Une petite note d’harmonica tremblotait dans cette clameur épouvantable qui emplissait le crâne de la Serpentard, son souffle pathétique habillait d’un certain ridicule intolérable la scène d’opéra grandiloquente que s’était construite la Vert et Argent. Qui pendant ce temps ne prêtait pas la moindre attention au cours bien qu’à la lueur de ses yeux qui fixaient l’Adjutor-truc on aurait pu la croire captivée par les images qu’elle était censé y voir.

Elle ne reprit vraiment conscience que fortuitement à l’annonce des points que venait encore de glaner sa Maison. Artiste oui, mais matérialiste avant tout. Elle devait tenir ça de son père…C’est sûrement ce trait de caractère à la limite du volontarisme obstiné qui lui fit levé la main à la question de son professeur , agissant par un réflexe purement Serpentardien : il fallait garder l’avance et la meilleur façon d’y arriver c’était de ne laisser à personne d’autre l’occasion d’en placer une.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sincityrpg.power-heberg.com/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cours 2 - Premières Années -   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cours 2 - Premières Années -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résumé du 3ème cours (pour les premières années)
» [5eme Année] Cours d'informatique
» Harry Potter [Gryffondor, 5ème année]
» 1er cours (pour les premières années)
» [COURS] Sixième année - Runes liées - Leçon n°1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fortuna Major :: Intérieur de Poudlard :: Deuxième et Troisième étages :: La Salle de Métamorphose-
Sauter vers: