AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Par un beau matin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jenifael Rubis
Elève Serdaigle 2ème Année
Elève Serdaigle 2ème Année
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 32
Emploi IG : Québec!
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Par un beau matin   Mer 7 Mar - 2:41

Jenifael se réveilla en ce samedi matin, le sourire aux lèvres. Elle avais tout plein de bonnes raisons pour se sentir heureuse. Premièrement, elle avait réussit à se faire deux merveilleuses amies : Arual Haven et Alyss Fledge. Bien sur, elles n’étaient pas encore très proches les unes des autres, mais seul le temps pourrait arranger cela. Pour l’instant, la fillette était parfaitement satisfaite par ces deux relations. Elle s’entendait aussi relativement bien avec la plupart de ses professeurs, mais cela ne l’avait pas réellement surprise. Étant douée à l’école, elle n’avait jamais eu de difficulté à se faire apprécier d’eux, sans toutefois devenir une lèche-botte. Elle méprisait les personnes qui tendaient de s’attirer la bonne faveur des enseignants dans le seul but d’améliorer leurs notes. Elle comprenait que tout le monde n’était pas né avec une facilité pour l’apprentissage, mais tout de même!

D’un autre côté, sa jeune sœur Sakura était entrée à Poudlard cette année. En effet, après des années de chamailles, de pleurs et de mésententes, les deux jeunes filles s’étaient réconciliées au courant de l’été. Loin de leur père qui ne voulait pas les voir s’entendre, leur relation ne pouvait que s’améliorer encore. Rien n’aurait pu rendre Jenny plus heureuse quelle l’était aujourd’hui! Et comme pour saccorder avec son tempérament, le soleil projetait ses chauds rayons lumineux sur la neige qui envahissait encore le terrain. La chambre, très bien éclairée à cette heure matinale, semblait elle aussi vouloir lui faire profiter de la journée. Les longs rideaux bleux foncés accrochés aux lits se mouvaient doucement sous la brise, comme s’ils lui suggéraient subtilement de profiter de ce jour de congé.

*Quelle merveilleuse journée!*

Jenifael se leva en silence, réfrénant ses envies de sauter partout en criant son bonheur. D’autres élèves dormaient encore, et elle ne tenait pas particulièrement à les réveiller pour subir leur mauvaise humeur. Elle fit donc de son mieux pour s’abiller en vitesse. La jeune fille sortit un petit chandail d’été aux couleurs de sa maison, ainsi qu’une paire de pantalons trois quarts d’une blancheur éclatante de son tiroir. Elle les enfila et peigna ses longs cheveux noirs, les remontant en un large chignon d’où plusieurs mèches rebelles s’échappaient. Mais peu lui importait. Une fois prête, elle se dirigea vers la porte, sans un bruit, et descendit les escaliers circulaires qui menaient à la salle commune des Serdaigles. Elle n’avait pas tellement fin, mais décida tout de même d’aller manger un toast avant de sortir dans le parc.

Arrivée dans la grande salle, elle fut surprise de ne trouver que quelques personnes ici et là. Mais en y repensant bien, on était samedi matin, et il n’était que 7 heures… Tout en s’avançant vers la table des Aigles, elle sourit en remarquant qu’Albus Dumbledore était déjà assis à la table des professeurs. Il semblait perdu dans la contemplation du plafond, ce qui ne la surpris guère, connaissant déjà à quel point ce plafond était magnifique. Hagrid entra dans la pièce alors même qu’elle s’assisait sur son banc. Elle lui adressa un simple signe de tête, ne le connaissant pas encore. C’était un homme bourru et très imposant, vu sa taille gigantesque, mais il semblait aimable. Elle réfléchit un moment à deux belles tranches de pain grillé, et elles apparurent magiquement devant elle. Elle les beurra minutieusement de tartinade aux framboises, puis croqua dans la première. C’était dé-li-ci-eux! Elle se plongea dans son livre de Sortilèges pendant le reste de son repas.

Un moment plus tard, son assiète disparut de sous son nez et Jenny s’essuya discrètement les lèvres avec sa serviette de table. Elle rangea so livre dans son sac et sortit de la pièce, le pas léger, le sourire aux lèvres. Elle descendit les premiers escaliers, et traversa ensuite le Hall d’entrée. Un intense rayon de soleil l’aveugla lorsqu’elle ouvrit l’une des grandes porte qui menaient dehors. Saisie par la beauté du parc blanc qui s’offrait à ses yeux, la jeune fille s’y dirigea en gambadant. Elle se promena ainsi pendant de longues minutes, tout à son plaisir de sentir la douce brise qui faisait voleter les mèches rebelles qui s’échappaient de son chignon. Au bout d’un moment, elle s’arrêta près d’un banc, essuya la neige qui s’y trouvait du revers de sa manche, et s’y assit. Elle ressortit son livre, et poursuivit sa lecture, un sourire toujours accroché à ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creative-arts.fr/index.php
Arual Haven
Elève Serdaigle 1ère Année
Elève Serdaigle 1ère Année


Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Par un beau matin   Mer 7 Mar - 21:14

*Réveille-toi… Réveille-toi… Maintenant!*

Arual se leva d’un coup sec, dans son lit, les yeux grands ouvert. Il y a des moments ou l’on pense qu’on dort, qu’on est comme en une sorte de transe mi éveillé mi assoupi, comme si notre corps ne se décidait pas à faire un choix entre le deux. Habituellement, la paresse l’emportait sur la Serdaigle qui sombrait alors dans le plus profond des sommeils, mais ce matin, elle souhaitait simplement faire changement. Avec une coiffure ressemblant probablement à une explosion de pétards, la Faucon s’imaginait déjà, si effrayante. Il fallait donc éviter de réveiller les autres de leurs rêves; le changement draconien pourrait les tuer! Un sourire aux lèvres à cette idée, la jeune Haven ricana et s’habilla. Elle se vêtit d’un pull épais d’une couleur brune terre puis mit un vieux jeans troué au bas de la jambe droite. Après un long combat de Brosse vs. Cheveux endiablés, la Brosse fut vainqueur. Se scrutant dans le reflet de la fenêtre, Arual se contenta de cette allure lui étant propre. S’assurant que sa baguette se trouvait en sécurité dans sa poche, elle empoigna sa cape et quitta. Souriante, elle dévala les marches jusqu’à la salle Commune, vide. Qu’une légère fumée se dégageait des cendres du feu mort de la veille. Les elfes de Maison ne tarderaient sûrement pas à venir raviver ce dernier. Jetant un dernier coup d’œil circulaire à la Salle bleu et bronze, la fillette tourna ensuite les talons et se mit en direction de la Grande Salle.

En ce samedi matin, il était peu probable qu’elle croise une multitude de gens éveillés et bien humain. Effectivement, des fantômes flottaient ici et là, lui envoyant des signes de la main en guise de bonjour. Certains, Arual connaissait et répondait donc avec entrain, et d’autres, elle évitait même de poser son regard sur eux. La Faucon fit son lent chemin vers la table des Aigles, sa table, tout en se trainant les pieds. Elle était peut-être horse de son lit, cela ne voulait pas dire qu’elle était parfaitement réveillée! Une fois rendue, Arual se laissa tomber sur une chaise vide (a priori Razz ) et contempla son assiette vide. Que choisir pour déjeuner? Une banane, des raisins et un bol de céréales? Non… Pas de liquide en ce début de matinée. Deux tartines avec du lait? Nan, elle avait mangé cela hier matin. Bon. Jus de citrouille pour la première commande! Par « magie » le gobelet se remplit de la substance sucrée. Puis…

*Une banane et une tartine devraient suffire pour la matinée… *

Aussi rapidement qu’elle y avait songé, les victuailles apparurent avec, en surplus, quelques petits fruits. La Serdaigle qui avait une faim de Lion mangea son déjeuné hâtivement afin de quitter la place publique presque vide. Quelques fous avaient décidé de pointer leur nez dans la Salle, tout comme elle! C’était, au moins, un peu rassurant. Soupirante, se sentant aussi légère que quand elle s’était levée. La sorcière quitta alors la place, faisant valser sa cape noire derrière elle. Une fois rendue à l’entrée, Arual poussa une des deux grandes portes de bois du château de Poudlard. Dehors, la brise était fraîche et balayait les surfaces enneigées.

*Bon, ça ne me tente pas trop de m’enfoncer la dedans…*

Évaluant les environs et estimant la profondeur que pouvait avoir la couche blanche, la Serdaigle ne souhaitait aucunement s’enfoncer jusqu’à la taille et rester coincer. Ou peut-être exagérait-elle? Probablement, mais fallait-il prendre des chances? Et si… Et si elle essayait quelque chose? Un sourire naquit alors en un coin de lèvre. La fillette jeta un rapide coup d’œil aux alentours pour s’assurer que personne n’était présent. Arual ferma alors les yeux et se concentra. Sa mâchoire se crispa par la suite. En ouvrant finalement les yeux, elle aperçu des plumes apparaissant, couvrant petit à petit ses bras. Et ses jambes, ainsi que les contours de son visage pâle. Son dos s’arqua et sa silhouette se mit à rétrécir. Son nez s’allongea, adoptant une couleur différente de sa peau couleur porcelaine.

*Transformation complete...*

Au pas des portes de l’École de Sorcellerie était à présent un Faucon au plumage bleu-gris tel les yeux de la sorcière auparavant. Ce dernier pris son envol et se dirigea vers le Parc, cap sur les arbres. Pirouettes et plongés vers le sol enneigé, cris de joie suraigües avaient été au menu et tous respectés. En haut, en bas, contournant les tourelles du château, elle prit plusieurs détours non nécessaires. Ce n’est qu’une fois arrivé à destination qu’Arual retrouva sa forme originelle. Souriante, essoufflée, plus que ravie que ce court moment de liberté en les airs, la Serdaigle voulut poser sa main sur une branche afin de s’appuyer… mais glissa. Elle se retint tant bien que mal à la branche qui la supportait, et se résolu à se laisser tomber dans la neige. C’est alors qu’elle réalisa qu’elle n’était pas seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenifael Rubis
Elève Serdaigle 2ème Année
Elève Serdaigle 2ème Année
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 32
Emploi IG : Québec!
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Par un beau matin   Dim 11 Mar - 22:43

Jenifael poussa un léger soupir de contentement. Le livre qu’elle étudiait était très intéressant, très enrichissant. Il était bourré de renseignements sur les différents sortilèges qu’elle allait apprendre cette année, et elle mourrait d’envie de les mettres en pratique sur le champs! Après tout, elle se trouvait au beau milieu du parc, complètement seule… Qui la remarquerait? Et, qui plus est, qui saurait qu’elle tentait de s’avancer au delà de son expérience et de ses connaissances? En effet, si une personne venait à passer par là, elle pouvait très bien penser que la jeune Serdaigle pratiquait des sortilèges déjà appris… À moins bien sur que quelque chose de malheureux ne se produise si elle ne réussissait pas son sort… N’étant pas de nature à courir après le trouble, la fillette laissa tomber l’idée, pour l’instant. Elle poursuivit donc sa lecture en silence, humant l’air frais, un sourire aux lèvres.

Elle était tellement plongée dans sa lecture qu’elle ne remarqua pas tout de suite l’oiseau magnifique qui volait au dessus du parc, décrivant de grands arcs en cercles dans le ciel bleu. Quelques minutes plus tard, un cri strident la fit sursauter. D’où provenait-il? Son regard se posa immédiatement sur la forêt interdite, à proximité. Si une créature s’y cachait, elle ferait mieux de déguerpir au plus vite! Jenny n’était pas froussarde, mais qui savait ce qui se terrait dans cette masse d’arbres sombres? Elle n’avait pas particulièrement envie de se retrouver face à face avec une bête féroce assoiffée de sang, dont la seule envie était de tout dévorer sur son passage. À cette pensée, un long frisson lui parocourut l’échine.

*C’est ridicule! Reprend toi, voyons!*

Elle tenta de chasser sa peur, le regard toujours fixé sur la cime des arbres de la forêt. Il faisait jour, alors que les créatures qui hantaient cette forêt devaient surement préférer l’obscurité de la nuit. Sinon, pourquoi habiteraient-ils dans un lieu aussi lugubre? Elle n’avait rien à craindre… Et pourtant, le frisson refusait de quitter son dos. Une traître voix dans sa tête ne cessait de lui répéter que malgré la lumière, c’était l’hiver. Par conséquent, les animaux affamés avaient souvent tendance à sortir de leur territoire pour trouver de la nourriture. Secouant la tête, Jenny inspira une grande bouffée d’air frais qui la revigora complètement, tout en lui faisant prendre conscience de l’ironie de la situation. C’était tout simplement absurde! Pourquoi avoir peur? Rien de ce qui habitait là-bas ne lui ferait de mal alors qu’elle se trouvait dans le parc de Poudlard, en pleine lumière! De plus Dumbledore avait surement prit des précautions pour éviter ce genre d’incident. Il avait surement jeté des sorts puissants pour empêcher les mauvaises bêtes de s’aventurer sur un terrain où les élèves de l’école avaient l’habitude d’aller de se prommener! Rassurée, elle ouvrit à nouveau son livre de lecture.

Sa pause fut de très courte durée. En effet, à peine un instant plus tard, un craquement sinistre la fit sauter sur ses pieds. Son regard parcourut rapidement les alentours, mais elle ne vit rien, ce qui l’inquiéta encore plus, si c’était possible. Un cri, c’était pas si mal, mais ce craquement! Ça sonnait comme si une brache avait été brisée. Elle posa immédiatement les yeux sur la forêt interdite, figée. La bête qui avait provoqué un tel bruit devait être énorme! La jeune fille était beaucoup trop énervée pour comprendre que le son, très sec, avait trouvé son écho dans le silence ambiant. Il avait donc semblé beaucoup plus perçant qu’il ne l’avait été en réalité. Sans quitter la forêt des yeux, la jeune fille ramassa en vitesse son livre, tombé par terre dans sa précipitation, et le fourra sans ménagemet dans son sac de toile. Elle accrocha se dernier sur son épaule, et sortit sa baguette magique de sa poche. Elle n’avait aucune idée du sortilège qu’elle pourrait lancer, si elle se retrouvait face à une bête féroce, mais c’était quand même mieux que ne rien avoir du tout pour se défendre! Elle lança un regard furtif derrière elle, puis marcha à reculons en direction de la sécurité du château.


*C’est décidé, je ne sors plus jamais seule dans le parc! Et je n’approcherai plus jamais cette forêt!*

Elle courrait presque, lorsqu’elle vit Arual, à demie ensevelie dans la neige. Mais qu’est-ce qu’elle faisait là! Il fallait à tout prix qu’elles entrent dans l’école au plus vite! La petite voix qui l’avait torturé un peu plus tôt revint faire son boulot, semant à nouveau le doute dans son esprit : Et si tu t’étais trompée? De quoi aurais-tu l’air devant ton amie? Elle te croirait paranoïaque, c’est certain! Jenny tenta de calmer sa respiration, tout comme les battements affolés de son cœur, avant de lui dire :

- Salut, Arual!

Encore indécise, elle ne sut pas quoi ajouter. Elle posa donc son regard sur son amie. Mais que faisait-elle dans la neige, au pied d’un arbre? D’accord, il faisait beau et chaud, mais quand même pas au point d’aller s’asseoir dans la neige! C’est alors qu’elle remarqua les plumes bleu-gris qui entouraient l’autre Serdaigle. Arual avait-elle trouvé un oiseau? Il devait être magnifique, si l’on en croyait la couleur très spéciale de ces plumes… Elle décida toutefois de ne pas le lui demander immédiatement. Mieux vallait sans doute commencer par quelque chose d’un peu plus simple.

- Pourquoi es-tu assise dans la neige?

En attendant la réponse de son amie, Jenifael reporta son regard vert sur la masse sombre de la forêt interdite. Elle ne devait pas se laisser distraire. Si une bête fonçait sur elles, elles auraient au moins un peu de temps pour s’enfuir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creative-arts.fr/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par un beau matin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Par un beau matin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» jonathan (+) cette peur constante de sombrer dans le néant.
» TEMOIGNAGE D'UN BEAU-CORPS DEVENU ADVENTISTE !
» LE PROFILE D'1 BEAU- CORPS LAVALASSIEN DE PETIT-GOAVE..
» bonjour [pv Petit Matin]
» Editorial Le Matin: Pourquoi l'haitien s'autoflagelle-t-il autant?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fortuna Major :: Extérieur de Poudlard :: Le Parc-
Sauter vers: