AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Période d'Essai de Ginny Weasley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Avons nous trouvé notre Ginevra Weasley ?
Oh que oui !
100%
 100% [ 9 ]
Oh ben...non.
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 9
 

AuteurMessage
Adrian Moriarty
Elève Serpentard 2ème Année
Elève Serpentard 2ème Année


Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Période d'Essai de Ginny Weasley   Jeu 22 Fév - 21:54

Eh bien comme l'indique le titre du topic c'est ici que notre ( peut-être XD ) futur Ginny passera sa période d'essai ^^
A elle l'honneur du premier post et souhaitons lui bonne chance Wink


Dernière édition par le Sam 24 Fév - 1:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hp-premiereguerre.jdrforum.com/forum.htm
Ginny Weasley
Elève Gryffondor 1ère Année
Elève Gryffondor 1ère Année
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 26
Date d'inscription : 22/02/2007

MessageSujet: Re: Période d'Essai de Ginny Weasley   Jeu 22 Fév - 22:38

Lorque Ginny avait débarqué, encore somnolente, les cheveux en bataille et des cernes jusqu'aux gros orteils, dans la cuisine du Terrier (non, Ginevra ne vivait pas entourée de taupes et de renards : il s'avérait, bien que ce patronyme soit effectivement un peu étrange, qu'il s'agissait simplement du nom de la maison que sa famille habitait, non loin de Londres), elle ne se doutait pas du tout de la journée ô combien fatiguante qui l'attendait.
Bien sûr, elle avait vu à la tête de sa mère qu'il se passait quelque chose d'inattendu, mais comme tout un chacun le savait, il ne fallait pas trop lui en demander, le matin.
C'est donc affublée de son pyjama rose (encore ?) qu'elle s'assit à table et commença à manger ses Weetabix d'un air morne. Pourquoi morne ? Bonne question, Gaston. En vérité, la mauvaise humeur de notre jeune héroïne était surtout due au fait qu'il faisait moche. Ou mauvais, si vous préférez : le ciel tirait sur le noir, ce qui, en toute logique, avait le don de donner le cafard à la fillette. Comme à tout un chacun, à son humble avis...
Elle finit donc de déjeuner, et se dirigeait mollement vers la salle de bain, lorsqu'elle entendit Molly l'appeller. Elle soupira, se retourna, manquant se se cogner contre George et sa nouvelle "super invention" (à savoir, le chapeau sèche-cheveux qui permet d'obtenir une parfaite teinture capillaire verte), et redescendit les escaliers, provoquant un vacarme digne de celui d'un troupeau d'hyppogriffes.
Elle apparut toujours aussi peu réveillée devant Mrs Weasley, et lui demanda sur un ton qu'elle aurait pu rendre un chouya plus jovial, avec un peu de bonne volonté :


- Oui, m'man ?

Sa mère ne prêta heureusement aucune attention à son air excédé, et lui répondit, manifestement ennuyée de ne pas pouvoir s'occuper elle même de ce qu'elle appelait "une mission de la plus haute importance, ma Ginny chérie". Voyez plutôt :

" Ginny chérie, il faudrait que tu me rendes un service... ton père est coincé au Ministère, aujourd'hui, je dois rester à la maison, j'ai un million de choses à faire, et tes frères ne comprennent pas le sens du mot "courses"..."

Et voilà. C'était reparti. Encore au tour d'une fillette de onze ans, juste avant son entrée à Poudlard, d'aller sur le Chemin de Traverse pour acheter on ne savait quoi. Merlin....

- D'accord, m'man, j'y vais... maugréa-t-elle, obéissante, en prenant la liste que lui tendait Molly.

* C'est parti*, pensa-t-elle, en prenant une poignée de Poudre de Cheminette, qu'elle jeta dans le feu.

Et ce fut le début d'une longue escapade, à base de courses de toutes sortes, dans un bon million de boutiques, pendant environ deux décennies et demi, d'après les savants ( Question ) calculs de la petite Weasley.

Une fois ses looooooongues emplettes achevées, Ginevra soupira, les bras chargés de paquets, fatiguées de zigzaguer entre les passants, sans même voir où elle allait, rapport au fait que, du haut de ses un mètre quarante cinq, sa tête ne dépassait pas les sacs qui encombraient ses petits bras.
Sans trop savoir comment, ni pourquoi, d'ailleurs, elle atterrit beaucoup plus loin que prévu, dans une partie de Londres manifestement proche du centre ville. Et donc pleine à craquer de moldus, par définition. Moldus qui, présentemment, la regardaient comme si elle sortait de la Planète Dingo, manifestement étonnés du fait qu'une gamine apparemment à peine âgée de dix ans (apparemment, seulement !) se promène avec une pile de paquets deux fois plus haute qu'elle. Compréhensible, en somme.
Epuisée, Ginny se laissa tomber, au bout d'un moment, sur un banc public, au pied d'un imposant chêne. En face d'elle, se tenait une petite pencarte indiquant qu'elle se trouvait à Green Witch. Joie. Elle ignorait complètement, mais alors complètement où elle était...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oliver Peterson
Elève Serdaigle 2ème Année
Elève Serdaigle 2ème Année


Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 04/02/2007

MessageSujet: Re: Période d'Essai de Ginny Weasley   Jeu 22 Fév - 23:40

HJ : J'ai fait se lever le soleil pour que sa lumière éclaire ce rp et porte chance Razz

Oliver observait la jeune fille depuis déjà un petit moment . En fait ce n’était pas seulement à cause de sa chevelure flamboyante aux rayons vifs du soleil , repérable entre toutes elle attirait forcément le regard , d’autant plus qu’avec tout ces paquets et ces sacs , voir autre chose était impossible de là où il se trouvait . Il se demanda fugitivement s’il devait lui proposer son aide , mais son idée lui apparue ridiculement zélée même s’il se sentait vaguement coupable de la voir ainsi chargée alors que lui n’avait rien d’autre à faire que de compter les abeilles qui bourdonnaient de fleurs en fleurs. Non c’était surtout son air perdu qui avait poussé le jeune garçon à la suivre des yeux plus que ne l’aurait voulu la politesse . Peut-être ne l’était-elle pas , perdu…Mais elle ne semblait pas être à sa place tout simplement , sans qu’il est sut dire pourquoi avec exactitude . Il cessa un moment de la fixer , se jugeant malséant , pour reporter son attention sur ses plus jeunes frères qui expérimentaient le lancer de boomerang sur les pigeons du parc , humains autant que volatiles , pour le moment avec insuccès fort heureusement . Assit en tailleur dans l’herbe Oliver était ici pour surveiller , mais en fait il rêvassait sans but , ses pensées comme des bulles de savons , et dans un état d’engourdissement qu’il aurait été plus juste de dire qu’il somnolait…Malgré sa torpeur bien engagée il repéra vaguement le vol en circulaire du boomerang qu’avait lancé Jeremy , le morceau de bois incurvé lui sembla même faire deux tours plutôt qu’un demi en tournoyant à une vitesse folle , presque trop vite pour les yeux dans le vague du grand frère "responsable " .

*Ils deviennent très doués* , commenta-t-il mentalement alors que le boomerang rouge filait juste au dessus de sa tête paresseusement levée au ciel où circulait des nuages moutonneux .

Les cris joyeux de ses jeunes frères retentirent en même temps qu’un bruit étrange de papier froissé , plié , chiffonné parvenait à ses oreilles endormies . Un bruit qui le ramena un temps soit peu au monde réel . Un bruit qui indiquait que contre toute attente ses frères avaient bel et bien fait mouche . Accusant le contre coup de sa "veille" , Oliver se redressa d’un bond maladroit et se retourna vers la source du bruit alors que ses frères entamaient une danse de guerre rythmée et rythmique . Il pivota vers eux en les menaçant confusément de la main , tentant de paraître menaçant , ce qui eut pour seul effet de les faire s’éparpiller entre les promeneurs avec de grands éclats de rires railleurs . Impuissant Oliver en conclu qu’il n’avait qu’une seule solution : aller s’excuser platement auprès de la cible . Cible qui n’était autre qu’un des sacs de la jeune fille de tantôt , un axe du boomerang rouge dépassant de l’un d’eux . Comme une attestation cuisante et ardente , preuve de son manque de terre à terre et de prosaïsme flagrant . Il aurait juste eut à les surveiller pour de vrai...Activement .


*J’espère que rien n’a été cassé .*

Pour elle . Et aussi pour le portefeuille de ses parents . Il s’approcha lentement du banc de la demoiselle , comme s’il montait à l’échafaud et une allure funèbre dans la démarche et le regard . L’ombre de l’arbre imposant qui recouvrait le banc se projeta sur lui renforçant cet aspect des choses dans son esprit fertile en représentations métaphoriques . Il se racla la gorge , pas sûr du tout de ce qu’il allait dire . Pardon mais ça leur prend souvent ?

-Pardon mais ça leur prend souvent .

*Non !*

-Heu…En fait je voulais dire que…Il vaut mieux que ce soit un sac que toi . Tout va bien ? , risqua-t-il en croisant mentalement les doigts pour que le boomerang est bel et bien atterrit direct dans un sac et n‘est pas d’abord rebondit sur le front de la jeune rouquine . Ses yeux se firent une excuse à eux seuls , des yeux de chien battu mais sincères . Il n'aimait pas les ennuis . No
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginny Weasley
Elève Gryffondor 1ère Année
Elève Gryffondor 1ère Année
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 26
Date d'inscription : 22/02/2007

MessageSujet: Re: Période d'Essai de Ginny Weasley   Ven 23 Fév - 13:07

[HJ : bonne idée, espérons que ça me portera chance... Smile merci, en tout cas, Oliver ! Wink ]


Ginny resta un long moment immobile, les yeux dans le vague, rêveuse. Elle était toujours affalée sur un banc, ses sacs traînant à ses pieds en tous sens, et balançait ses jambes, trop petite de taille pour atteindre le sol de ses pieds. Merlin, où pouvait-elle bien être, à présent ? Elle regarda autour d’elle, distraite, mais le parc s’étendait à perte de vue. Des dizaines de passants circulaient, bien sûr, et quelques badauds s’étaient même assis dans l’herbe, mais notre jeune sorcière se voyait très mal leur demander d’un air poli (ou gravement atteint, qui sait ?) « Excusez moi, j’ai fait un détour imprévu par chez l’apothicaire, pour acheter des cuisses de corbeau albinos à mes frères, mais j’étais trop chargée, et je me suis perdue parmi les moldus… sauriez vous où je peux rejoindre le Chemin de Traverse, s’il vous plait ? »
Adressée à un sorcier, cette question aurait pu paraître banale. Et sans faire fonctionner un tantinet sa matière grise, Ginny se serait probablement dirigée d’un air guilleret vers un des passants, si sa conscience ne l’avait pas rattrapée, pour une fois : si elle tombait sur un moldu –ce qui allait très probablement être le cas par le fait-, elle risquait fort de provoquer l’étonnement, l’intrigue ou la panique la plus totale chez l’individu, ce qu’elle ne souhaitait en aucune sorte. Après tout, les moldus étaient tellement imprévisibles…
Elle résolut d’attendre. Quoi, elle n’en savait rien. Elle était assise, toute seule, avec trois millions de sacs à porter, des courbatures innommables aux bras, et commençait (gentiment, certes, mais conséquemment) à paniquer. Qu’allait-elle faire, maintenant, nom d’un dragée surprise de Bertie Crochue ? A propos de dragée… il devait lui en rester un dans sa poche… victoire ! Un peu de réconfort… pensa-t-elle en suçotant le bonbon, tout occupée qu’elle était à observer une bande de zigotos qui réalisaient présentement une imitation parfaite du chien joueur. En effet, les quelques gus qu’elle pouvait observer lançaient un bâton, criaient à n’en plus finir, d’excitation, apparemment, et attendaient que l’objet revienne entre leurs mains. Etrange. Les moldus avaient décidément de très bizarres occupations. De quoi captiver Mr Weasley au plus haut point, cela allait sans dire.
Ginevra regardait donc, avec plus ou moins d’intérêt, une bande d’enfants pratiquer cet étrange rituel, et hésita à aller leur demander de quoi il retournait précisément. Elle se leva, avec la vague intention de le faire, mais se retint juste à temps : si ça se trouvait, c’était un jeu moldu connu de la planète entière, et le fait qu’elle s’interroge à ce propos passerait pour être absolument terrifiant aux yeux des petits moldus. Non… mieux valait ne pas se faire remarquer (davantage).
Elle s’arrêta à mi-chemin du groupe de jeunes, sans même s’être rendue compte qu’elle s’était avancée dans leur direction, et se vit obliger de prendre l’air atrocement inspiré de celle-qui-fait-demi-tour-en-regardant-les-feuilles-d’un-arbre-en-connaisseuse-de-cause.
Elle se dirigea donc, la tête levée vers les hautes branches du chêne, vers son banc, sans rien voir à ce qu’elle faisait, en s’efforçant de friser la normalité. Elle entendit bien sûr un étrange sifflement à son oreille, avant que le drame n’arrive, mais n’y prêta pas attention à temps. C’est alors qu’en avançant à tâtons vers ses sacs, elle sursauta, manquant de tomber à la renverse : juste sous son pied, un sinistre craquement venait d’indiquer clairement que la fillette se devait d’envisager une ou plusieurs des situations suivantes.
Soit, elle venait d’écraser sauvagement un des sacs, ce qui aurait très bien pu se produire étant donné l’attitude présente de Ginny. Soit, un projectile à l’identité douteuse venait de foncer dans le paquet en question, en déchirant ce dernier à tout va. Ou bien, elle devenait folle. La dernière hypothèse était sans nul doute la plus probable, mais en bonne future maîtresse de maison, Ginevra se devait de vérifier l’étendue des éventuels dégâts matériels.
Paradoxalement, le premier sentiment qui envahit la petite Weasley fut une sorte de soulagement, rapport au fait qu’elle n’avait, d’une part, rien imaginé, et que d’autre part, si un de ses sacs était lamentablement éventré sur le sol, laissant gaillardement échapper tout son contenu, ça n’était pas sa faute.
Elle se rendit cependant vite compte que non, ces derniers renseignements ne pouvaient pas être considérés comme de bonnes nouvelles, et se mit à ramasser ses affaires, maugréant contre le maudit bout de bois qui, non content de continuer à faire mu muse avec les enfants-chiens, avait pris le parti de déchirer son sac. Et ce, sans même la prévenir.
Elle en était là de ses sombres pensées, lorsqu’une voix la héla, venant de quelque part au dessus d’elle. Agenouillée sur le sol, des bocaux de toutes sortes plein les bras, elle leva lentement la tête, étonnée, pour constater que oui, quelqu’un lui parlait.
Elle adressa un sourire gêné à l’inconnu, qui tenait en réalité plus du pincement de lèvres que de l’expression joviale (le sourire, voyons, pas l’inconnu !), et se rassit sur le banc, s’efforçant de rentrer les bocaux tombés dans les autres sacs traînant à ses pieds. Sans succès.


- Ca ne fait rien… je pense que tout va bien, si ce n’est que je me demande comment je vais transporter tout ça, maintenant… ajouta-t-elle, presque amusée, en regardant le résultat de ses efforts : à présent, les quelques bocaux qu’elle avait réussi à caser dans les autres paquets menaçaient de tomber le couvercle le premier si un quidam quelconque osait les faire bouger.

Enfin… au moins, il y avait eu plus de peur que de mal… et il était très prévenant de la part du jeune homme de lui avoir parlé, pensa notre jeune héroïne, tout en se demandant ce qu’elle allait bien pouvoir faire d’elle et de ses sacs.
Elle leva un regard reconnaissant vers l'inconnu du parc, presque attendrie par l'expression émanant des yeux du jeune homme. Si ça se trouvait, lui aussi avait des antécédents canins dans sa famille, tout comme les enfants et leur étrange bâton... (tais toi, cerveau ! Laughing )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oliver Peterson
Elève Serdaigle 2ème Année
Elève Serdaigle 2ème Année


Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 04/02/2007

MessageSujet: Re: Période d'Essai de Ginny Weasley   Ven 23 Fév - 15:14

HJ : Sans prendre partie ( XD ) . Je pense que tu auras le rôle Wink
Edit Adrian : Je le crois aussi ^^

Oliver s’agenouilla au pied de la jeune fille , comme pour lui demander sa main, mais son intention n’était que de faire un peu de rangement histoire de se sentir moins coupable . Il saisit un bocal traînant encore par terre, n’osant la regarder bien qu’elle sembla prendre la chose avec beaucoup plus de second degré que lui. En dépit de tout le jeune garçon demeurait toujours gêné , il se doutait confusément que de se recevoir un boomerang sans avoir rien demandé n‘était pas dans les primes espérances des jeunes filles. D’autant plus qu’elle souligna de sa voix le problème qu’il venait de constater :"Comment faire rentrer tout ça dans des sacs déjà plein à ras bord ?" . Toujours agenouillé et son bocal dans les mains , le Serdaigle le fit tourner lentement cherchant une solution à ce problème . Ses frères devaient avoir trouver un nouveau jeu à faire alors qu’il avait le dos tourné et "assumait" les conséquences de leurs singeries . Il releva enfin la tête se doutant qu’il faudrait bien affronter son regard un jour ou l’autre . Regard qu’il trouva clément et qui le poussa une fois de plus aux excuses .

-Si tout de même , j’aurais du les surveiller un peu mieux ! Je suis désolé .

*Et ça n’aurait servit à rien .*

Ces monstres trouvaient toujours un moyen d’agir . Quel choix avait leur frère pour réparer des dégâts peut-être pas catastrophiques mais gênants ? Même s’il lui proposait de l’aider à porter ses achats il n’aurait pas assez de bras pour pouvoir tout caser . Mais que faisait-elle avec ce genre de provisions massives en plein parc ? C’était un peu chargé pour une petite promenade de détente . C’est alors qu’un léger détail lui creva enfin les yeux . C’était un parc moldu . Le bocal qu’il tenait dans les mains ne contenait rien de moldu . Et son expression passa du soucis à la perplexité en faisant un petit tour par le doute avant de s’arrêter finalement vers la Surprise .

Le jeune garçon regarda à nouveau la demoiselle rousse, cette fois étonné . La plupart des sorciers ne posaient pas un seul orteil en territoire moldu , à moins d’être en bande compacte pour se rassurer ou n‘effectuait qu’un brève passage , pas de quoi s‘asseoir sur un banc. Habitué à naviguer entre les deux mondes , ayant même plus un pied chez les moldus que chez les sorciers , il n’avait tout d’abord pas noté que des cuisses de corbeaux albinos ( Wink ) n’avait rien d’entremets de choix chez ceux qui n’avaient pas de pouvoir magique . Et par déduction ce ne pouvait être que des ingrédients pour une potion ou autre chose du même genre . Et jusqu'à nouvel ordre ou à moins d'avoir passé dessus, il ne lui semblait pas que les moldus s'adonnaient à ce genre de passe temps.


-Mais qu’est-ce que tu fais là ?

Il cacha son bocal dans son dos alors qu’une petite famille leur passait devant, par simple réflexe préventif évitant la curiosité trop "curieuse", avant de tenter de le poser en pyramide instable sur d’autres bocaux , les mains précautionneusement en pare-chute si les pots menaçaient de dégringoler . A moitié assuré de l’équilibre précaire de son essai , il détailla la jeune fille qui devait au moins avoir des parents sorciers à défaut d‘en être une. Il était fort peu probable qu’elle ait trouvé ses sacs au détour d’une rue quelconque . Il ne se rappelait pas l’avoir jamais vu à Poudlard mais…Il n'était pas des plus perspicaces comme il venait de se le re-prouver . De plus il était généralement solitaire et passait son temps dans ses rêves , ses livres , les visages des gens ayant tendance à glisser sur lui comme sur une toile cirée . Il n'était cependant pas un ermite en herbe et il tenta un sourire malgré cette pointe de honte qui surnageait encore dans sa conscience .

-Comment tu as pu trouver assez de souffle pour venir du Chemin de Traverse jusqu’ici ? , demanda t-il , amusé malgré lui de retrouver quelqu'un d'aussi "particulier" ici . Quelqu'un d'aussi lourdement chargé qu'on aurait dit qu'il s'apprêtait à tenir un siège .C’était une coïncidence qui lui faisait relativement plaisir , car il ne connaissait pas d’autres sorciers hormis sa mère et les vacances ne lui donnait pas l’occasion de fréquenter le monde de la magie autrement que par commerçants et marchandage interposé . Pas vraiment une relation que l'on pouvait qualifier de sociale...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginny Weasley
Elève Gryffondor 1ère Année
Elève Gryffondor 1ère Année
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 26
Date d'inscription : 22/02/2007

MessageSujet: Re: Période d'Essai de Ginny Weasley   Ven 23 Fév - 17:18

[HJ : Very Happy J'adorerais avoir le rôle ! Enfin, ne nous emportons pas ^^... ]

En voyant le jeune inconnu s’agenouiller tel le prince charmant devant elle, Ginevra eut un mouvement de recul. Nom d’un gnome à forte dose d’acné, que lui arrivait-il au juste ? Elle avait beau être ravie de le voir s’intéresser à son problème, il n’était pas question qu’elle l’épouse, enfin… La jeune sorcière écarquilla les yeux, telle la chouette, en une imitation presque parfaite d’Errol, le hibou de la famille Weasley, ne sachant plus comment réagir. Devait-elle se sauver en courant, laissant le garçon avec ses frères, ses problèmes, ses sacs et sa forte dose de maboulerie bien cachée ? Ou peut être lui faire poliment comprendre, que, loin d’elle l’idée d’être désagréable, mais elle ne pouvait pas l’épouser parce que… euh… parce que… parce qu’elle était déjà fiancée à Harry Potter ! Mais qu’est ce qu’elle racontait, au juste ? Merlin…
Heureusement pour elle, la petite Weasley n’eut pas à s’inventer des relations imaginaires avec le plus célèbre jeune sorcier de tous les temps : manifestement, son compagnon n’avait pour autre but que de lui donner un coup de main, aspect tout à fait louable en cette situation embarrassante. Elle lui sourit, de plus en plus reconnaissante, et porta à nouveau son regard sur les milliards et demi de sacs et de récipients en toutes sortes qui ornaient magistralement le banc, en une décoration fort peu esthétique par ailleurs. Voyons… tout y était… les cerveaux de python rouge… les yeux de triton… le lait de marsouin (
« Prends-le très frais, ma chérie », lui avait recommandé sa mère avant qu’elle parte )… les cuisses de… tiens, où étaient passées les cuisses de corbeaux albinos ?
Ginny, inquiète, regarda un peu partout autour d’elle, cherchant du regard les in-dis-pen-sa-bles cuisses de volatiles, en pensant que de toute manière, si elle ne les rapportait pas fissa et intactes à sa maman, elle ne verrait plus le jour pendant les quarante prochaines années… un peu hyperbolique, comme vision des choses, peut être… mais après tout, notre jeune sorcière était la petite sœur de Fred et George, non ?
Enfin, elle les retrouva. Sauf que, avec son manque de chance légendaire, le bocal était coincé juste sous le genou d’Oliver. Comment procéder, par conséquent ? S’emparer sauvagement du récipient ? Non… ce serait proprement terrifiant, comme affaire… Lui demander avec une dignité sans précédent s’il pouvait légèrement lever la jambe, histoire qu’elle puisse récupérer les cuisses en toute sérénité ? Un peu mieux…


-Je t’assure, ça ne fait rien… je vais me débrouiller… lui assura-t-elle, en réponse à sa remarque, sans quitter des yeux le bocal. Par contre… est ce que… est ce que je pourrais récupérer mes cuisses de corbeaux ? lui demanda-t-elle, affreusement gênée. Elles sont sous ton genou…

Et voilà. Elle avait sûrement terrifié le jeune homme, pour peu que ce soit un moldu comme tous les autres. Elle ne connaissait rien au monde des non-sorciers, mais elle était prête à parier, bizarrement, que la plupart d’entre eux ne sortaient pas de chez eux, le matin en scandant : « Chérie, je vais acheter des cuisses de corbeaux albinos, pour ce soir ! Alfred vient dîner ! »… Elle se mordit la lèvre inférieure, se demandant si vraiment, Oliver allait courir vers la sortie du parc pour alerter les autorités locales, rapport au fait que la petite sorcière l’avait certainement traumatisé à vie.
Mais non. Bizarrement, il se contentait de la regarder avec un certain étonnement. Effectivement, en théorie, une sorcière de onze ans n’avait rien à faire avec des tonnes d’ingrédients pour potions en plein Londres moldu. En théorie. Mais voilà, Ginny avait une très fâcheuse tendance à ne pas respecter les théories logiques en général. Elle se décida à supposer que, si Oliver ne s’était pas sauvé en courant tel le dératé, il devait être sorcier. Ou en tout cas, connaître assez la sorcellerie pour pouvoir comprendre son problème…
Elle résolut donc de répondre au jeune homme, histoire de vaguement l’éclairer sur le sujet de son incruste involontaire à Green Witch, et, éventuellement, de récolter de minces informations sur le thème « Comment retrouver le Chemin de Traverse et donc sa petite maison ».


-Je me doute que ça doit un peu t’étonner … je veux dire, le fait que je sois là… commença-t-elle, en enroulant ses cheveux roux autour de ses doigts, nerveuse. Ben… ma mère m’a envoyée faire des courses, ce matin, sur le Chemin de Traverse, mais j’étais trop chargée, là bas… alors j’ai marché sans voir ce que je faisais, et je me suis perdue… j’ai atterri là… je ne sais pas trop comment… je dois avoir l’air d’ une dingue, non ? conclut-elle, un éclair de malice dans le regard.

Elle ne le connaissait pas du tout, mais le jeune homme lui apparaissait comme quelqu’un de sympathique. S’il survivait à son discours complètement tordu, alors, peut être qu’elle envisagerait de friser un peu plus la normalité pour pouvoir le connaître un peu plus…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oliver Peterson
Elève Serdaigle 2ème Année
Elève Serdaigle 2ème Année


Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 04/02/2007

MessageSujet: Re: Période d'Essai de Ginny Weasley   Ven 23 Fév - 20:43

Perplexe le Serdaigle suivit le regard de la jeune rouquine , se demandant ce qu’elle pouvait bien avoir à redire sur la forme ou l’articulation de ses jambes qu’il avait toujours cru normales sans penser à ce qu’il y avait en dessous . Et comme de bien entendu il envisagea d’abord la solution la plus probable : Un insecte coléoptère dans l’herbe peut-être ? Il s’agissait éventuellement d’une entomologiste ( hj :qui étudie les insectes je viens de l’apprendre ^^ ) débutante et il venait d’écraser sans remords un de ses sujets d’étude . Ou pire un de ces invertébrés à longue antennes était mort broyé dans l’avalanche des bocaux échappés des sacs . Il lui semblait déjà sentir la carapace froide et sans vie d’un de ces pauvres petits êtres frêles et vulnérables . Ou plus simplement et plus logiquement c’était…

*Les cuisses de corbeaux .*

Les cuisses de corbeaux , confirmait-elle .

-Heu…Oui bien sûr .

Le jeune garçon les pris dans ses mains pour les lui tendre puisque de toute façon il n’avait pas tenté de les dissimuler à l’ombre de ses jambes pour les emporter discrètement chez lui . Et il doutait qu’elle ait pu croire ça mais son expérience lui avait appris que certaine personne voyait le mal partout . Suite à l’attaque du boomerang éventreur de ses frères , il n’aurait pas été surpris qu’elle passe en mode paranoïa jusqu’à ce qu’elle ait quitté ce parc avec ses achats . Si elle y arrivait . Enfin quitter le parc , oui ce n’était pas dur , c’était le surplus qui allait poser problème .

-Tu va les mettre où ? Je…je crois que tout les sacs sont archis pleins .

En vérité il n’y avait plus de place nulle part dans la zone entre le chêne et le banc .Ses yeux se posèrent sur le morceau de bois volant à l’origine de ce phénomène , qui aurait pu être vu comme une multiplication des récipients par rapport au nombre de sacs disponibles tout en ne changeant rien au nombre en question . Il se pencha un peu pour récupérer l’objet du délit , faisant osciller par la même occasion les bocaux en suspension . Il se redressa en position verticale avec l’envie de relancer l’objet pour l’éloigner de lui et s’absoudre de tout lien avec, mais doué comme il l’était il s’abstint d’essayer quoi que ce soit avec ce jouet . Il dégommerait sans doute les piles de récipients précaires ou se viserait lui-même sans même essayer . Il tenta de le faire disparaître dans une poche de son jeans mais une anse rouge vif restait toujours visible comme rappel . "Tu es en tord " , lui disait-elle, "Tu es en tord" . Il lui semblait presque entendre la voix désincarnée qui se superposait avec celle de la demoiselle , dont il ne connaissait pas le nom d’ailleurs ?
Citation :
Ben… ma mère m’a envoyée faire des courses, ce matin, sur le Chemin de Traverse, mais j’étais trop chargée, là bas… alors j’ai marché sans voir ce que je faisais, et je me suis perdue… j’ai atterri là… je ne sais pas trop comment… je dois avoir l’air d’ une dingue, non ?
-Oh non pas du tout , s’empressa-t-il de démentir et pas seulement par politesse, je ne saurais même pas te dire où est le Chemin de Traverse moi-même ! Je…C’est mon père qui nous a déposé ici en voiture alors…C’est juste que…Tu aurais peut-être du prendre une brouette pour tout transporter . , plaisanta-t-il pour répondre sur la même note joyeuse qu’il pouvait lire dans le regard de la demoiselle .

En fait il restait assez impressionné du chemin parcouru contre une marée de gens qui devaient allés dans tout les sens sauf le votre et qui devaient vous bousculer à qui mieux mieux . Elle avait survécue à tout ça pour finalement être l’infortunée victime d’un peu de repos légitime .


-Personne ne sais que tu es ici du coup ? Tu n’as pas le moyen de contacter quelqu’un de ta famille ? Si tu es partie depuis longtemps ta mère va sans doute se demander ce que tu fais . Oh au fait , informa t-il comme s’il venait de s’en souvenir, je m’appelle Oliver , c’est par ça qu’on commence d’habitude mais la situation ne se prêtait pas à des présentations normales .

Il élargit un peu son sourire , content que la jeune rouquine ne lui tienne pas rigueur d’avoir ce genre de frères , du reste disparus corps et biens pour le moment . Ce qui en fait était un plus pour lui , ses frangins au large il était relativement plus tranquille et plus confiant . Aucun imprévu ne pourrait lui sauter au coin du nez et gâcher sa belle tranquilité d'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginny Weasley
Elève Gryffondor 1ère Année
Elève Gryffondor 1ère Année
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 26
Date d'inscription : 22/02/2007

MessageSujet: Re: Période d'Essai de Ginny Weasley   Sam 24 Fév - 0:56

Non, Ginny n'était pas, contrairement à un ami éloigné de son père, le fameux Robert, fanatique des bestioles rampantes en tous genres (exceptés les serpents : l'homme se trouvait être fou des insectes, en réalité), une entomologiste acharnée (je ne mourrai pas bête, tu m'as appris un mot ! Laughing ). Note que, finalement, entourée de frères tels que Fred et George, tout était possible... elle pouvait très bien tourner mémé moustachue à fond dans l'étude des bêbêtes d'ici quelques années, mais se donnait le temps d'y réfléchir.
C'est avec une pointe de soulagement qu'elle prit soigneusement le bocal de cuisses de corbeaux des mains d'Oliver, en constatant que d'une part, le précieux récipient n'avait subit aucun dégât matériel, et que d'autre part, le jeune homme ne se formalisait apparemment pas de l'étude approfondie que Ginevra avait pu faire de son genou gauche. Bonnes nouvelles à gogo, donc.
Elle se pencha vers un des sacs, et s'apprêtait à poser sagement le bocal dedans, quand la voix de la raison (en l'occurrence celle d'Oliver, mais cela revenait au même) l'aborda, pleine d'une sagesse démesurée : si elle mettait le récipient là, elle courrait à la catastrophe naturelle. Au moins. Elle se redressa, ses cuisses (enfin, pas les siennes, celles des corbeaux, bien entendu) à la main, songeuse. Où allait-elle bien pouvoir les mettre… ?


- Aucune idée… je crois que je vais être condamnée à rester assise là un bon trillion d’années, en attendant qu’un gus quelconque accepte de m’aider à les porter… sauf que les sorciers, ça ne court pas les rues, par ici… je préfèrerais éviter de traumatiser les moldus, je me suis déjà fait assez remarquer comme ça… répondit-elle, plus pour penser à voix haute qu’à l’adresse du jeune homme.

La petite sorcière eut le temps, tout en parlant sans interruption, de voir dans sa tête les images de son propre avenir, à savoir une mémé moustachue bossue assise sur un banc depuis au moins trois siècles, à attendre l’arrivée providentielle d’un sorcier quelconque, ou mieux, d’un de ses grands frères. Enfin… de toute manière, si elle tournait ancêtre scotchée sur un banc public moldu, elle n’aurait sûrement pas le loisir de revoir ses frères avant longtemps… aucun espoir de ce côté là, donc.
Elle soupira, dépitée. Plus le temps passait, moins elle avait envie de rire de la situation, qui commençait, à son humble et innocent avis, à devenir sérieusement préoccupante. Si au moins, elle avait eu quelques mornilles en rab, elle aurait très éventuellement pu envisager d’en faire quelque chose d’utile. Mais nada. Tout l’argent que lui avait confié sa mère était comme de juste passé tout entier dans les courses. Dommage… sa mère était assez bonne en Arithmancie pour être capable de prévoir exactement la somme nécessaire aux quelques achats effectués par elle ou ses enfants. Ou plus précisément, par elle ou par Ginny, rapport au fait que, même sous la torture, les garçons Weasley ne se bougeraient jamais pour la corvée des emplettes.
La dernière remarque d’Oliver lui redonna vite le sourire. Elle se voyait très bien sur le Chemin de Traverse, poussant une grosse brouette moldue chargée de sacs devant elle, en chantonnant d’un air guilleret « Il était un petit tapir », soit la version personnelle de la comptine pour enfants de Fred et George.


- Ca aurait été plus simple, c’est sûr… mais de toute manière, je ne pense pas que je serais arrivée à utiliser la poudre de Cheminette avec une brouette en plus… j’essaierai, la prochaine fois, promit-elle en riant.

La jeune rouquine avait beaucoup de défauts. Mais parmi ses quelques qualités, on pouvait lui reconnaître la suivante : quelque soit la situation dans laquelle elle se trouvait, elle savait en général en rire. Ce qui l’avait relativement bien aidée, jusqu’à présent…
Elle ne se départit pas de son sourire en pensant à ce que devait être en train de faire sa mère, à ce moment précis du récit, en répondant à Oliver :


- Oh, tu sais, j’ai six frères, je pense que ma mère est largement assez occupée avec eux… à mon avis, elle ne va pas s’apercevoir de la disparition de sa petite dernière avant longtemps… elle poursuivit, pensive, en se rappelant une conversation qu’elle avait eue avec son père, à table, quelques jours auparavant … C’est dommage, je n’ai pas de … comment ils appellent ça, déjà ? Ah oui, de téréphone poltable… tu sais, les machins que les moldus prennent pour parler aux autres… téréphone… téléfaune… enfin, un truc comme ça


Parmi les nombreux défauts de Ginny se trouvait le suivant, assez imposant par le fait : le manque de mémoire pour tout ce qui concernait les moldus. Ce que le jeune homme n’allait sûrement pas tarder à comprendre, par ailleurs !

En réalité, si la jeune sorcière avait vaguement deviné que les zigotos au bâton étaient les frères d’Oliver, elle ne s’était pas étonnée outre mesure de leur comportement bizarre (mis à part le fameux jeu mi-canin, bien entendu). Comme elle le disait souvent, et ce coup ci, la situation s’y prêtait assez bien, " L'avantage d'avoir grandi avec Fred et George, c'est qu'on finit par penser que tout est possible quand on a suffisamment de culot"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian Moriarty
Elève Serpentard 2ème Année
Elève Serpentard 2ème Année


Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Période d'Essai de Ginny Weasley   Sam 24 Fév - 12:54

Eh bien voilà : Le sondage est commencé , les dés sont jetés auront nous notre rousse attitrée ? Razz
C'est à toi joueur de voter en ton âme et conscience , vive le pouvoir démocratique XD
Merci à nos deux cobayes d'avoir bien voulu se prêter à cette expérience Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hp-premiereguerre.jdrforum.com/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Période d'Essai de Ginny Weasley   

Revenir en haut Aller en bas
 
Période d'Essai de Ginny Weasley
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ginny Weasley
» Lindsay Chang (ou Ginny Weasley, si je peux^^)
» Ginny Weasley
» Ce n'était pas le moment de me déranger ! || PV Ginny Weasley
» Ginny Weasley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fortuna Major :: Londres :: Green Witch-
Sauter vers: