AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Entraînement? (LIBRE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arual Haven
Elève Serdaigle 1ère Année
Elève Serdaigle 1ère Année


Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Entraînement? (LIBRE)   Ven 9 Fév - 6:26

hj: Libre à tous, mais faut quand même pas que ça soit le petit discours habituel "Bonjour je suis -- et toi tu t'appelles comment?" ! Lol.
Au plaisir.

*Ras-le-bol... S'ils pensent qu'ils pourront me traiter comme un pigeon voyageur sans cervelle obéissant aux ordres de quiconque, ils se trompent royalement. Il est hors de question que je me fasse ridiculiser de la sorte encore, il est hors de question je dis!*

La journée avait finalement retrouvée sa fin, une fin que celle-ci avait pris fort longtemps à retrouver, une fin que l'Aigle avait anticipé avec grande hâte. Jamais n'avait-elle, en si peu de temps, réussi à passer à travers toute la gamme d'émotions possible, de sa grande joie de retrouvailles avec le ciel à une haine profonde et pure visitant bien sûr la honte qui aurait sûrement pu être bien pire venant surtout venant d'un couple de Serpentards à la noix. Un cours, c'était tout le temps dont ceux-ci avaient fait usage, et c'en avait été plus qu'assez, merci bien! Cependant, les évèenements avaient plongé la jeune Haven en songes. Plusieurs choses la tracassaient à présent, mais comment aborder un sujet enfoui depuis elle-ne-savait-quand sous les poussières de sa mémoire? Difficile, voire émotionnel pour la jeune élève de Poudlard. Depuis son arrivée à l'école, la sorcière s'était abstenue d'en parler avec autrui; de toute façon, sa mère lui avait strictement interdit de faire usage de ces pouvoirs qu'elle qualifiait "d'incontrôlables" et "maudites". Ainsi, un silence naquit en Arual, invonlontaire, mais qui ne pouvait que grandir d'année en année. Maintenant, tout allait revenir au point de départ pour être révisé.

La Serdaigle finit de monter les escaliers en colimaçon de la Grande Tour d'Astronomie. Ayant finalement atteint le sommet de cette dernière, Arual poussa la porte de bois massif qui l'attendait à son arrivée. Une bouffée d'air froide accueillit la Serdaigle à sa sortie; la lune baignant dans un lac noir n'était entouré que de quelques disciples lumineux. On pouvait entendre au loin un froissement d'ailes puis le frottement de branches provenant de la Forêt Interdite, puis rien. L'heure de retourner au Salles Communes était à présent dépassé. Un sourire naissant au coin de son visage pâle, son regard scintillait quand Arual s'avança vers la petite muraille servant de limite pour le bord de la Tour. Elle s'y assit, rassembla ses jambes et posa sa tête au creux de ses bras repliés. Fermant enfin les yeux, la Faucon se replongea dans le passé, son passé.

Citation :
-Maman!!! Maman!!! À l'aide! Qu'est-ce qui se passe?!

Avait crié une petite fillette dans un arbre. Tout s'était passé si rapidement, les couleurs étaient devenues floues en même temps et puis elle s'était retrouvée juchée dans le feuillu en ce jour d'été agéable. Il n'y avait que quelques instants, son cousin irritable Davidè, voulait lui faire une démonstration de sortilèges qu'il avait appris par lui-même. N'ayant pas d'autres cobayes à sa disposition, la chasse à la Haven était ouverte. La jeune Haven s'était enfuie dans la cour de la maison, vers le petit boisé, endroit ou elle trouvait facilement des cachettes dû à sa petite taille. La sorcière ne connaissait pas encore de sortilèges à cet âge et franchement, son cousin dément ne lui inspirait guère confiance. Ce dernier, ayant atteint l'âge fatal de onze ans voulait démontrer l'étendue de ses capacités magiques à son entourage et ce par tous moyens possibles...

Arual s'était alors réfugiée derrière un buisson touffu. Ralentissant sa respiration, comme elle s'était apprise à faire afin de faire le moins de bruit possible, elle gardait l'oreille à l'affut. Tout à coup, le monstre sautant à pieds joints devant elle, criant comme un débile, l'empogna par la main en riant de façon machiavélique. Pleurant à chaudes larmes, Arual se décida enfin qu'elle n'allait pas se laisser faire une autre fois par ce disciple de Satan. La fillette se mit donc à se débattre férocement, lâchant des cris aigus. Davidè s'écria alors et lâcha son étreinte sur le poignet rougi de la jeune. Un court moment avait passé avant qu'Arual ne reprenne conscience totale sur les environs dans lesquels elle se trouvait. Un arbre! Elle perdit l'équilibre tant elle était surprise, mais la chute se passa comme dans un rêve: comme si un nuage invisible se trouvait sous elle, ralentissant elle tombait au ralentit. Ce n'est qu'en posant pied à terre que la jeune Haven se rendit compte d'une atrocité digne de ses pires cauchemars... De son dos sortaient une paire d'ailes d'un bleu-gris foncé adapté à sa personne plutôt fragile. Lili était sortit en courant et son visage avait perdu toutes ses couleurs en voyant la scène devant elle. Elle s'était ensuite approchée d'Arual calmement, comme si de rien était, et de ce fait réussit à appaiser son enfant en même temps. Les ailes se rétractèrent puis disparurent aussi rapidement qu'elles étaient apparues. Sa chère mère ne dit que ceci:


-Ma chère Arual, jamais, je le répète, jamais ne dois-tu laisser tes émotions prendre le contrôle de toi. Ce n'est que toi qui peut et doit commander ton corps. Ces ailes viennent de toi et sont le résultat de ta peur-

-Mais maman, je ne veux plus que ça arrive!

-Alors ça n'arrivera plus. N'en parle surtout pas, par contre! Tu dois apprendre à contenir tes émotions en toi.

Et depuis ce jour, c'est ce que la fillette faisait, en tout cas, du mieux qu'elle le pouvait.

*Mais plus maintenant. Maintenant, je sais et je vais apprendre d'une façon différente. Fini le silence entre moi et moi-même.*

Il semblait à la Serdaigle que cela faisait une éternité qu'elle s'était enfouie en cette pensée, la preuve: elle en avait des fourmis plein les jambes! Se levant lentement afin de ne pas perdre l'équilibre, l'Aigle sortit sa baguette et murmura "Accio Cleansweep!". Sans le moindre bruit, son balai entra en scène quelques secondes plus tard puis se posa sur le parterre de pierre. Il n'y avait qu'un but à la soirée: essayer de retrouver ces ailes et voir si la Métamorphose allait plus loin que cela. Mais comment? Haven décida tout simplement de se concentrer, chose dont à présent, était facile pour elle dû à son silence absolu depuis le début de la soirée. Elle rangea sa baguette en ébène en sécurité dans sa poche de robe et leva devant elle sa main droite. Elle ferma les yeux et concentra toute son attention sur cette partie de son corps. Le temps s'écoula sans qu'un évènement ne se produise... Tout à coup, quand la Serdaigle s'apprêtait à ouvrir les yeux, une douleur déchirante venant de son bras la fit crier. Tombant à genoux, Arual se tut. Haletante, elle contempla sa main. Autour de son poignet avait surgit quelques plumes. Un mince sourire se dessina alors sur son visage.

-One more time... Mais tout cette fois-ci.

Fermant une fois de plus les yeux, la Faucon n,eut pas à attendre aussi lontemps avant de sentir un fourmillements dans ses bras et jambes. Pas de douleur... Et cela la rendit perplexe. Avant que trop se soit passé, Arual s'arrêta. Avait-elle entendu un bruit ou était-ce son imagination?

*Rien n'est impossible...*

Ainsi, la fille pensa que c'était plus sage d'arrêter... pour le moment. Elle se déplaça donc vers le bord de la Tour, sentant un nouveau vent caresser sa figure maintenant calme, puis attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian Moriarty
Elève Serpentard 2ème Année
Elève Serpentard 2ème Année


Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Entraînement? (LIBRE)   Mer 14 Fév - 18:35

La plupart des décisions à prendre le sont sur un simple coup de tête . Comme cette décision prise subitement au détour d’une conversation : « Hey tiens si on allais faire une virée en haut de la tour d’Astronomie ? » . Un lieu de promenade qui en valait bien un autre et qui avait l’avantage de ne pas trop obligé à mettre son nez dehors . Pour le moment Adrian montait les marches à petites foulées régulières assez content d’avoir trouvé le bon rythme en dépit de sa nature tout sauf sportive . Dans le clair-obscur de l’escalier il commençait à s’y perdre à force de tourner sans cesse . C’était un des points noirs de cette école , un des points qui lui faisait dire que ce collège aurait sans doute mérité d’être rasé pour en reconstruire un plus neuf et plus fonctionnel comme BeauxBâtons . Le nombre d’escaliers en colimaçons dans cette école surpassaient grandement le nombre d’escalier en ligne droite et directe . En fait ce choix de construction commençait à donner quelques éléments de réponses à certaines interrogations inextricables du jeune garçon .

*Je me demandais d’où cela venait…Eh bien à force de tourner les Gryffondor sont devenus totalement cinglés et les Serdaigle doivent être constamment engoncés dans une sorte de nausée . C’est pour ça qu’ils ne voient rien ou double et qu’ils sont si fades et sans personnalité . Ils sont tellement au bord de la nausée qu’ils n’osent ouvrir la bouche et s’ils ne régurgitent pas, ils sortent des platitudes de leur cerveau embrouillé . Pauvres âmes faibles….*

Le Serpentard s’y repris à deux fois pour pousser la porte en bois de la tour . Comment une porte pouvait-elle être plus grande que l’embrasure de pierre qui la gardait ? Le temps n’était pourtant pas spécialement humide , le bois n’avait donc pas put gonfler ? Appuyant son épaule contre la porte le Serpentard fit peser tout son poids d'un coup pour finalement ouvrir en grand la porte réfractaire . Aussitôt une bouffée de vent frais passa sur son visage comme un salut glacial de la part des éléments et ses cheveux noirs s’agitèrent à la bourrasque . Heureusement il filerait se coucher juste après et personne n‘aurait le loisir de le voir ainsi décoiffé , des mèches de cheveux devant les yeux , excepté sa cousine . Sûrement sa plus proche parmi ses intimes…Mais qu’est-ce qu’il racontait ? Sa plus proche intime puisqu’il n’y avait qu’elle . Il respectait son intelligence , son esprit vif même si bizarrement tourné , sa beauté lui qui ne supportait pas le médiocre et le laid , sa grâce , sa classe : tout ce qui faisait d’elle une Sang Pur et une amie d’exception .

La main sur la poignée froide et torsadée de la porte , probablement rouillée songea-t-il avant de retirer sa main blanche à temps pour ne pas attraper de maladie , il laissa son regard dériver au loin vers la Forêt Interdite et le Lac . Il n’avait jamais pris le temps de les regarder vraiment puisqu’il ne montait jusqu’ici que pour assister à des cours inintéressant sur la position des étoiles dans le ciel…Enfin si , il y avait un point positif à connaître tout cela car la course des astres jouait souvent une importance pour la confection de potion ou de charmes relativement puissant mais on trouvait toutes ces informations dans des livres pas besoin de les obliger à faire les zouaves deux soirs par semaine…Par temps de pluie , le jeune Serpent et sa cousine s'arrangeaient toujours pour rester dans l'embrasure de la porte afin de se protéger aux mieux des éléments , les capes et les robes ne faisant pas tout , surtout lorsqu'ils étaient obligés de lever le nez au ciel toutes les cinq secondes et de gratter fastidieusement leurs observations à la plume sur du parchemin . Leur parchemin coutait assez cher pour être imperméable à l'eau , mais tout le liquide glissait alors sur leur feuille directement à l'intérieur de leur manche . Détestable....

Le Vert et Argent s’avança vers le rebord de la tour , les mains dans les poches comme à son habitude mais cette fois il voulait aussi les protéger du froid . En hauteur et sans obstacle autre que le parapet de pierre le vent soufflait plus fort , plus vite et était plus mordant qu’aux pieds du château . En arrivant à la rambarde massive il constata qu’il n’était pas seul , mais ce constat ne le surpris pas plus que cela . Partout où il allait des opportuns se trouvaient alors…Pas si loin de lui une jeune fille se tenait près de la rambarde elle aussi , une jeune fille au visage pas si inconnu que cela même s‘il ne savait toujours pas son nom avec exactitude . Il se rappelait juste de sa maladresse…et de sa robe . Le jeune garçon releva un sourcil comme seul marque de sa surprise et son visage se mit à iradier le sarcasme bien que ses traits n'aient pas bougé .


-Bien le bonsoir ma chère . Je vois que tu as réuni toutes les parcelles de ton uniforme en fin de compte . C’est ça le problème en achetant de l’occasion, ce n’est guère fiable , lui dit-il en guise de salut , la voix lente et subtilement ironique .

*Oh Absynthe dépêches toi , tu vas rater le meilleur .*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hp-premiereguerre.jdrforum.com/forum.htm
Arual Haven
Elève Serdaigle 1ère Année
Elève Serdaigle 1ère Année


Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Entraînement? (LIBRE)   Jeu 15 Fév - 4:53

Le vent se déferlait contre les parois rocheuses du château de Poudlard. Puisqu'il insistait tant, faisant bouger ses mèches brunes en une danse endiablée, la Serdaigle se rendit et décida de détacher ces derniers de "L'Élastique". Celui qui passait jour après jours son temps, retenant la chevelure de l'Aigle. Cette courte dernière ne rencontrait que rarement les occasions de ressentir l'air circuler aisément. Bref, la fillette enfila d'un mouvement rapide l'élastique noir puis replongea ses mains profondément dans ses poches. La bise froide s'acharnait de plus en plus, comme si mauvais présage elle souhaitait communiquer. Arual n'en pris garde et se rapprocha une fois de plus du muret.

Ressortant ses mains de ses poches, croisant ses bras sur sa poitrine, posant ses mains sur le muret, recroisant ses bras une fois de plus contre sa poitrine, la jeune Haven se contenta de cette dernière pose. Soupirant, elle pensa à ladouleur qu'elle avait ressenti tout à l'heure. Cela ne s'était jamais produit auparavant, même quand Davidè souhaitait la martyriser. Enfin, était-ce simplement le stress de la journée relâchée, faisait l'effet d'une bombe explosant dans un espace clos et relativement restreint? Fort probable! Ce Serpentard ignoble lui tombait vraiment sur les nerfs! Comment est-ce qu'il pouvait à la fois ressembler à un gentilhomme respectable et avoir la langue fourchue? Entre lui et son autre féminine, c'était un vrai poison de tout simplement les croiser. Son coeur redoublait d'ardeur quand Arual croisait ce duo, les battements tels des coups de marteau voulant défoncer sa cage thoracique. Mais la Serdaigle persistait à se poser toujours la même question: Pourquoi? Pourquoi est-ce qu'ils trouvaient tant plaisir dans le malheur des autres?


*Ils sont constament enfermés dans les sous-sols de Poudlard... Et probablement avec raison! Ils sont tellements invivable que l'on voulait les garder à bonne distance du restant de la population. De plus, à la longue, c'est toute leur personne qui doit moisir dans cette humidité de cachot. Bref, inutile de les garder à la lumière s'ils ne valent même pas la peine d'être observés...*

Arual inspira un grand coup, la fraicheur de l'air la refroidissant de l'intérieur. Elle enroula sa cape autour de ses épaules. Mais il y en avait un qui était différent, non? Ou était-ce encore une fois la tromperie d'une première rencontre? Ce Vandetta. Passionné du Quidditch, et maître d'un Éclair de Feu. Il avait été impressionnant, tout de même, à voir... Mais la Serdaigle l'avait défié du regard. Et voilà, une autre pensée, un autre espoir, tombé à l'eau! Roulant des yeux, Arual fixa son regard bleu-gris sur l'amas d'arbres qu'était la Forêt Interdite. Plus un son. La soirée était donc devenue banale? La jeune Haven se ravisa de tenter une fois de plus son expérience de la soirée jeune: Personne n'était apparue à la suite de son cri (peut-être parce qu'il n'avait pas été aussi fort et aigu qu'elle l'avait imaginé) mais est-ce que cela valait le risque de se faire attrapée en train de faire une bêtise?

*Nan... Je réessaierai demain soir.*

*Mais si quelqu'un te provoques avant ça?...*


La Faucon eut à peine le temps de répondre à cette interrogation qui lui était, bien sûr, destinée, qu'un grincement attira son regard. Un professeur, avait-elle premièrement pensé. Non, la figure était trop petite (maigrichonne?) pour que cela en soit un. Mais qui éta-... Zut. La Serdaigle eut un mouvement de recul et contre sa jambe, elle sentit le muret s'appuyer.

*Non. Mauvaise idée ça.*

Moriarty. Un de ces plaisirs amers, ironique, artificiels la submergea. Mais qu'est-ce qu'il pouvait bien fabriquer au haut d'une Tour à cette heure avancée de la nuit? Enfin, superbe façon de mettre fin à une paix agréable. Adieu et bonjour les bosses... La Serdaigle fit la moue dans son coin sombre puis se tourna, faisant mine de ne l'avoir pas vu. Peut-être il s'en retournerait dans sa cage humide dans le sous-sol de l'école? Hehehe, pauvre petit espoir naif! À peine avait-elle reposé son regard sur l'étendue noirâtre des masses touffues des végétaux endormis que ce dernier commençait la conversation avec une touche personnelle acidulée. La Serdaigle hésita entre deux choix de réaction: A) Ne rien dire, faire semblant de ne l'avoir entendu, l'ignorer. B) Répliquer aussi amèrement que le Serpentard avait commencé.

-Bien le bonsoir. Effectivement, la prochaine fois je me tâcherai tout simplement de porter ma baguette en un endroit plus accessible afin d'éviter le plus de dégats possibles.

*Et je t'aurai, je ne te manquerai point. Pour toi, je me prendrai d'avance et préparerai quelque chose, le moment opportun venu... Toi et ta compagne, vous allez bien voir.*

Puis se remémorant les évènements du cours (hj: à vrai dire, je prends des faits, comme Adrian n'étant pas sportif et Absynthe n'aimant pas voler) la Serdaigle répondit aussi froidement que sa salutation:

-Mais était-ce illusion faite ou est-ce que les altitudes en balai vous causent inconfort?

hj: Je sais que le cours n'a pas encore commencé, si ça te dérange, dis moi le, je changerai mon message un peu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian Moriarty
Elève Serpentard 2ème Année
Elève Serpentard 2ème Année


Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Entraînement? (LIBRE)   Ven 16 Fév - 12:57

HJ : Lol vu qu’on aura jamais de cours ça me gène pas ^^ Enfin on va le faire nous même Wink. Par contre "maigrichon" ce serait pour ses détracteurs non objectif , "fin" je dirais plutôt : c’est un précieux Razz

Le Vert et Argent regarda la Serdaigle reculée, quasiment impassible . Il faudrait qu’il pose un pied dans la bibliothèque un de ces jours d’ennuie et qu’il découvre l’imposteur qui en avait fait des Aigles Majestueux alors qu’ils n’étaient en fait que des petits moineaux craintifs . Eh quoi ? Il venait juste d’ouvrir la bouche et de dire quelques mots…Etre un Bleu et Bronze faisait-il de ces gens des phobiques des relations sociales , qui se terraient dans leur coin le nez baissé ou la tête tournée dès qu’on les regardait , sursautant au moindre éternuement qui n’était pas de leur propre personne et encore ? Sa réaction était suffisamment amusante pour que la commissure de sa lèvre se soulève en signe d’appréciation caustique . Mais il n’était pas au bout de ses peines…

*My God , est-ce vraiment de l’anglais comme on le trouve dans les dictionnaires qui sort de son bec ramolli ?*

Etait ce une menace qu’il venait d’entendre, une bravade peureuse qui venait de sortir de sa bouche d’enfant sage, une intimidation grotesque de la part de celle qu’il nommait désormais son "oiselle blanche" ? Une jeune oie tout droit sortie du nid à l’innocence de débutante, une ingénue, une nigaude, une niaiseuse . Nulle flatterie de la part du jeune homme dans ce surnom mais ça il fallait le connaître pour le savoir . Ou bien être un minimum lucide de sa condition mais les Serdaigle ne faisaient pas vraiment preuve de sagacité dans tout ce qui concernait les "relations humaines" pour ainsi dire . La plupart ne desserraient pas les lèvres pour articuler quatre mots intelligents pour les raisons sus-pensées…Il aurait préféré ne rien avoir entendu mais les Moriarty avaient l’ouïe fine, ici à leur dépend . Bon sang , même ses grands-mères étaient plus angoissantes assises dans leur rocking-chair grinçants, un plaid écossais par-dessus les genoux ! Mais les oisillons n’ont pas de crocs pour vous mordrent…Juste quelques plumes et des petites pattes fragiles que l’on casse comme un rien et sans y prendre garde .

-Tes piaillements ne passent pas la barrière du vent , parles un peu plus fort nous ne sommes pas à la bibliothèque vois tu…La plupart des gens normaux ne chuchotent pas à leur congénère . Ils vous manquent beaucoup de chose chez les Serdaigle j’ai l’impression . Notamment quelques notions de social . Eh oui ça ne s’apprend pas dans les livres ça .

A son ton on aurait pu croire qu’il parlait de la vie et du beau temps entre autre sujet prêtant à la légèreté . Il serra sa mâchoire pour empêcher ses dents de claquées à une nouvelle bourrasque de vent gémissant . Au moins l’air était pur et sentait même la neige…Et il cachait par intermittence salvatrice le visage de son interlocutrice dont les cheveux étaient désespérément court . Un manque de féminité pour le jeune garçon habitué à contempler des chevelures interminables aux reflets brillants et chatoyants ( grâce à l’Oréal XD ) .

*Trop d’entretien pour pas grand chose ….*

Médiocrité, médiocrité partout . Mais si elle avait eut de la valeur elle serait aller à Serpentard , ça n’aurait donc pas dut le surprendre…Mais un esprit aussi élevé que le sien avait bien du mal à redescendre au niveau des lombrics malheureusement…Enfin un petit effort sur l’apparence pour cacher le vide abyssal de son être aurait été le bienvenue . La beauté n’était pas naturelle chez tout le monde , mais aussi elle se cultivait comme on cultivait son esprit . Devrait-il glisser un mot à son intention ? Mais l’oiselle le devança et Adrian eut le droit à une réflexion qui se voulait…vexante ? Il lui décocha un de ses sourires les moins hypocrites parmi tout ceux de sa collection alors que la lumière blême de la lune perçait entre deux nuages éclairant la scène d’une étrange réverbération et accentuant les contrastes , comme la peau pâle et les cheveux sombres du Serpentard . Les pierres lui parurent plus grises et plus ternes que jamais avec des creux et des cavités irrégulières . Poudlard n’était vraiment pas esthétique lui aussi . Il n’y avait pas de charme dans les vieilleries , pas de charme dans les vielles pierres , y en avait-il chez cette miss…miss…Heven,…Eaven . Anial quoi .

-Non ta vue n’est pas totalement défaillante . C’est une grande nouvelle pour moi , la révélation de la soirée… Avec ton passage forcé de ce matin j’ai bien cru que tu étais plus myope qu’un vieux hiboux aveugle en plein jour pour ne pas t’apercevoir de la foule devant toi .

Le jeune homme sortit négligemment une main de sa poche , sa main gauche sans anneaux , qu’il examina un moment comme pour y discerner une impureté avant de trouver les yeux de la Serdaigle qui n’était plus cacher dans l’ombre obscure des nuages immenses et paresseux . Hum…Pas vraiment bleus , pas vraiment gris , une couleur trouble et mitigée…Ils lui avaient pourtant semblé d’un bleu criard et insupportable de mauvais goût tantôt . Le Serpent nota cette information dans un coin de sa tête pour ce qu’elle valait . Et que faisait-elle là en fait ? Il reprit indolemment la parole pour donner le change à ses réflexions .

-Mais tu sais ma petite oiselle blanche , il n’ai même pas besoin de rechercher la cause de l’altitude . Si tu avais un peu plus de raffinement toi aussi tu aurais été "incommodée" par ces manches en bois rugueux , inégales et raboteux avec une pauvre paillasse en bout qui donne une prise au vent incroyable et une stabilité précaire….Tu les a vraiment pris pour des balais de vol ? Pour moi c’était des rondins à peine affinés .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hp-premiereguerre.jdrforum.com/forum.htm
Arual Haven
Elève Serdaigle 1ère Année
Elève Serdaigle 1ère Année


Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Entraînement? (LIBRE)   Mar 6 Mar - 6:22

Hj : Bon on met un peu de piquant ? Le vent devient insupportable, à moins que quelque chose prenne place…

Le vent s’était levé au coucher du Soleil. Et puisque cette étoile n’était plus présente, l’air était, naturellement, froid. Mais cela ne dérangeait pas la jeune Haven. De plus en plus, la Serdaigle aimait se balader ou tout simplement être à l’extérieur lors de ces intempéries, comme plusieurs l’appelaient. Intempéries ! Ha ! Ils ne trouvaient donc pas ce plaisir délirant, soûlant même, en ces tourbillons, ces bourrasques irrégulières de force inconnue avant leur apparition-même… C’était en l’état du paroxysme rêvé qu’Arual se retrouvait quand elle se reposait à l’un des nombreux sommets du château de Poudlard. De plus, la nuit, personne ne rôdait dans son passage, pas une personne, tant professeur qu’élève ou préfet, ne l’arrêtait ou dérangeait la paix qu’elle dénichait jour après jour en le silence nocturne. Mais cette nuit, en ce moment, cet instant précis, quelqu’un, une personne que la sorcière appréciait plus ou moins, avait découvert son chemin et s’amusait probablement à la harceler maintenant.

Mais qu’est-ce qui lui prenait ? Même sans l’âme fantomatique qui le suivait à longueur de journée, il ne semblait perdre de son ardeur et dévotion en ce qu’il faisait. Soupirante, Arual reçut de plein fouet encore un autre commentaire déplaisant de sa part. Des techniques de social… C’était donc cela qu’il lui manquait ? La Serdaigle s’esclaffa subtilement. S’il pensait qu’il ne lui en manquait pas, lui ! Mais pourquoi ? Une fois de plus, son côté « Je prends pitié du peuple handicapé » reprenait le dessus. N’y avait-il donc aucun bon chez ces personnes ? Si non, c’était bien dommage pour lui… L’Aigle jeta un rapide coup d’œil au profil de ce dernier. À moitié masqué par l’ombre des nuages, elle distinguait facilement une silhouette fine, réservée, aristocrate. Comme dit plus tôt : Dommage. Secouant la tête lentement, une autre bourrasque de vent emporta ses cheveux bruns, les incitant à recommencer la valse endiablée qu’ils avaient abandonnée il y avait quelques instants.

*Dommage, tu n’es pas laid, petit Serpent. Mais l’attitude odieuse que tu dévoiles au monde prend le dessus et j’en suis sincèrement navrée pour toi. *

Il fit alors la remarque immanquable sur le cours de Vol, enfin l’Initiation, pour tous ceux en première année. Il avait eut de la difficulté avec son balai, les hautes altitudes n’étant probablement pas de ses proches amis. Mais bon… Pourquoi pas le blâmer sur la médiocrité de l’état des instruments de Vol ! C’était bien plus simple ! Et ainsi, on ne passait pas totalement pour un incapable… Du vrai génie quoi… Mais pour être un bon voleur, ce n’est pas seulement la qualité du balai qui a un effet. Une grande partie dépendant du cavalier de l’instrument, chose qu’elle savait depuis longtemps. Certes, les rondins avaient été fort usés par le temps et en gardaient des cicatrices évidentes… Pour cela, par contre, c’était la faute de l’École de n’avoir su bien les entretenir, et la Serdaigle ressentait tout le temps un pincement au cœur en songeant à ces balais ne ressemblant qu’à de simples bouts de bois barbons, mal conservés. Et… « Petite oiselle blanche ». C’était donc ainsi qu’il l’appelait ? Offusquée, surtout parce que ce commentaire provenait de lui, Arual lança un regard furibond au Serpentard.

-Nul besoin, tu sauras, d’Éclair de Feu pour être en toute capacité de voler en ligne droite. Peut-être penseras-tu que ces « rondins », comme tu les appelles, ne sont dignes de toi, mais tu devras t’y faire ou tout simplement ne pas te pointer aux cours.

*Ce qui ferais, bien sûr, mon plus grand bonheur. Au moins je ne courrai pas le risque de me trouver nue…*

Renfrognée par la présence de cet individu indésirable, elle changea de position, remontant ses jambes pliées contre sa poitrine. Malgré le fait qu’elle portait un pull non-moulant ou encore des collants aux jambes, il se voyait clairement qu’elle avait eu grande misère à avaler ne serait-ce qu’une bouchée depuis son arrivée à Poudlard. La Faucon n’avait pas exactement l’air fragile, mais non plus la carrure d’un joueur de Quidditch de Bulgarie. Sa cape prenant dans la bise faible, elle lança un autre commentaire, d’une voix parfaitement audible, au Serpent.

-Franchement, notre conversation, si tu peux la nommer ainsi, n’a aucune destination… Que veux-tu au juste? Il me semblait que les Serpents ne se promenaient en solitaire, au moins, à Poudlard… Si tu es ici à une heure si tardive, il doit bien y avoir une raison. Laquelle? Ou tu cherchais quelque chose?

La réponse ne vint pas immédiatement, et si elle était venue plus tôt que la Serdaigle l’aurait pensé, elle ne l’entendit pas. Un coup de vent inattendu comme la visite de cette forme fine la frappa violemment. Arual lâcha un cri d’effroi et bascula alors dans le vide, s’accrochant au bord du mur à deux mains. Ses pieds se balançaient dans le vide. Rien. Il y avait justement que cela sous elle suivit d’un parterre qu’elle imaginait bien solide qu’elle ne souhaitait que son corps embrasse, surtout en ce moment. Le cœur battant la chamade, la Serdaigle maugréa, tentant de contrôler tant bien que mal les tremblements de son corps élancé; Sa vie était-elle entre les mains d’une vipère? Plusieurs mots bien colorés passa à travers sa tête sans bien qu’elle puisse se retenir d’en souffler. Mais ceux-ci s’envolèrent aussitôt lancés avec le vent délirant.

-BOUGE!

Vociférera la sorcière à l’intention du Serpentard. Quelles étaient ses autres options?

*Transforme toi…*

*Devant lui! Es-tu malade?!*

*Eh bien, le sol semble un peu loin en ce moment…*


-S’il vous plait…

Murmura la jeune sorcière, qui ne souhaitait vraiment pas à avoir recours à cette dernière solution en laquelle elle ne faisait vraiment pas confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian Moriarty
Elève Serpentard 2ème Année
Elève Serpentard 2ème Année


Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Entraînement? (LIBRE)   Mer 7 Mar - 21:10

Adrian releva les sourcils en une expression de surprise polie assez satisfait de la tournure que prenait les évènements. La petite Serdaigle montrait déjà des signes d’exaspération et ce n’était que le tout début de la nuit. Le Serpentard étant de tout temps un…oiseau de nuit , sa verve était à son paroxysme en milieu de soirée et il était opérationnel du crépuscule à son déclin. Une bonne raison à cela, une raison sociale : les salons et autres sauteries étaient des réjouissances nocturnes aussi son métabolisme avait il pris le plis au fil des ans, lui permettant d’afficher des performances verbales toujours saisissantes et bien pensées, assez pour captiver et retenir l’attention de son auditoire tout au long d’une réception . Autant dire qu’il n’en était qu’à l’échauffement et d’ici à ce qu’il arrive au plat de résistance Absynthe l’aurait rejoins ainsi pourraient-ils festoyer ensemble. Mais au rythme où allaient les choses sa très gracieuse cousine aurait intérêt à ne plus trop tarder où il ne lui resterait qu’une carcasse de volatile blanchit aux sarcasmes détergeant pour la curée.

Il éluda d’un geste de la main, la réplique de sa petite dinde trop maigre pour ses goûts et ses critères d’excellence. Pour être présentable et faire envie il faudrait se remplumer un peu et porter des vêtements plus seyants. Mais forcément si elle passait ses soirées à la fureur des éléments, à broyer du noir en haut d’une tour prodigieusement haute et sans intérêt sans aucune autre compagnie que ces étoiles blafardes elle devait être une fille extrêmement joyeuse cette miss Haven .


*Ah ça y est j’ai retrouvé ! Adrian tu es vraiment un génie. Il fallait s’en souvenir de ce petit détail !*

-Si voler en droite ligne est tout ce que aspires à faire alors je suis sûr que la moindre bûche à moitié calcinée saurait te convenir en effet. La qualité ne sied qu’au plus doué et je vois que tu as encore du chemin à parcourir…Si tant est que le talent égale le mérite jamais tu ne seras digne de quoi que ce soit : tu ne pourras donc jamais rien comprendre à ces choses là.

Le Vert et Argent s’autorisa un sourire triste et un regard faussement compatissant pour sa vis-à-vis, mais il n’était pas aussi doué que sa cousine pour la comédie et d’ailleurs ce n’était pas son but. Il laissait toujours filtrer un léger mépris et dans ses paroles et dans ses attitudes, juste assez pour que le bas peuple sente son dédain pour sa crasse et encore trop peu pour que l’on puisse lui reprocher sa morgue irrévérencieuse à haute voix ou à coup de sortilège. En tout cas la voix de la petite oisillonne piaillait un peu plus fort et le Serpent en déduisit qu’elle était presque consommable, mais il avait des remords à la croquer toute crue sans en laisser pour Absynthe. Après tout c’était son idée cette sortie nocturne sur les hauteurs venteuses de Poudlard. Une chose aussi vaine ne pouvait pas venir de lui de toute façon…Mais que ne ferait-il pas pour plaire à sa cousine et pour se distraire par la même occasion ? Absynthe se révélait une fois de plus une fine mouche vu sur quelle petite poularde famélique il venait de tomber. L’encas de leur morne soirée dans ce château ennuyeux et croulant au possible….

Pour répondre à sa tendre petite grive, Adrian lui tourna le dos dans un demi tour d’acteur Shakespearien qui se prépare au soliloque. Le Serpentard fut même plutôt content de l’effet de son demi tour pile poil en coordination avec un nouveau souffle de vent particulièrement violent et soudain. Il ne lui manquait plus que les éclairs dans un ciel ombragé de lourds nuages obscures et argentés…


-Aaah douce Anial une conversation n’a pas de but , elle ne marche ni ne cherche à atteindre quoi que ce soit ! Mais si tu te sens d’humeur poète alors je pourrais laissé chavirer mes mots incertains dans la brise nocturne en espérant qu’elle les porte jusqu’à ton cerveau si…

Un cri d’orfraie retentit.
Citation :
-BOUGE!

Le Serpentard s’interrompit en laissant retomber ses bras le long de son corps , vivante image de l’inspiration lyrique abruptement et grossièrement interrompue. Il amorça un autre demi-tour , pivotant sur un talon pour réprimander son mauvais publique.

-Les onomatopées et les invectives ne comptent pas chère petite oise… O_O

Personne. Le vide. Néant. Juste des vielles pierres éclairée par un rayon lunaire toujours aussi faiblard et crémeux à donner la nausée pour peu qu’on ne soit pas un amateur de laitage. Exactement trois secondes passèrent où l’esprit heureusement vif du Serpentard calcula et envisagea la probabilité d’une nuée de situations…Pour opter vers celle du grand plongeon vers le vide. Le jeune garçon se précipita vers le parapet où se tenait la Serdaigle il y avait tout juste le temps d’une réplique. Il se sentait affreusement mal à l’idée de ne voir personne suspendue au muret, la vision d’un cadavre disloqué sur l’herbe du parc ne lui disait spécialement rien du tout. Même à cette hauteur et par ces ténèbres , se dire que ce petit point écrasé en contrebas était le corps de quelqu’un de vivant il y a tout juste quelques secondes et qui vous parlait avait quelque chose d’indiciblement horrifique qui fit battre son cœur un peu plus vite.

Plus pâle que jamais il se pencha plein d’appréhension…Et son coeur manqua un battement frénétique lorsqu’il vit qu’Arual se tenait cramponnée au bord du muret. Mais c’était encore pire ! Elle lui refilait sa responsabilité de se sortir de là cette sale teigne ! Adrian eut un mouvement de recul comme s’il ne voulait pas que la jeune fille puisse l’atteindre d’une quelconque manière, ce qu’elle aurait été bien en peine de faire de toute façon.


*Mais qu’est-ce qu’elle veut que je fasse ?! Je ne vais pas lui tendre les mains au risque qu’elle ne m’entraîne avec elle !*

L’esprit du Vert et Argent s’emballa , il fallait dire à sa décharge que ce n’était pas une situation que l’on vivait tout les jours. Il était plongé dans l’incertitude et la peur. Oui il avait peur de voir la Serdaigle lâcher prise, tomber et de lui imposer la vue de sa chute qui hanterait ses nuits pour quelques semaines au moins. Et il savait qu’il s’en voudrait un peu de n’avoir rien tenté pour la retenir, mais il savait aussi qu’il s’en voudrait deux fois plus s’il basculait dans le vide avec elle. Après tout c’était elle l’idiote qui était passé par-dessus le rebord ! Il fallait être d’une inconscience sans nom et d’un orgueil incommensurable pour ne pas avoir mesuré le danger ! Sale petite gourde de Serdaigle ! Sa folie insensée lui coûterait peut-être la vie et il ne pourrait en être tenu pour responsable. Si elle n’avait risqué que quelques fractures il aurait même été heureux de la voir tomber, mais l’issue était tout autre et autrement plus fatale. Le vent revint violement fouetter son visage et agiter ses cheveux en tout sens , un peu comme l’angoisse atroce qui balayait ses pensées. Sur son visage blême les arcs noirs de ses sourcils se froncèrent alors qu’il rivait son regard gris dans celui de la jeune fille.

-Tu ne te rends pas compte dans quelle situation tu me mets !?

Que devait-il faire pour la sortir de là ? En cette seconde il la haïssait et il se jura bien de lui faire payer cet instant si jamais elle s’en sortait. Il avait presque envie qu’elle lâche pour de bon afin d’apporter une solution au problème. Il se vit brièvement lui écraser les doigts pour la précipiter vers sa fin…Un sentiment étrange se mélangea à son désarroi lorsqu’il se rendit compte de la puissance qui était sienne en un tel moment. Un pouvoir de vie ou de mort..

-Essaies juste de ne pas lâcher , lui dit-il plus calmement et l’esprit encore plus lointain, je vais chercher de l’aide.

Qu’elle tombe ne lui importait plus désormais et alors qu’il repartait à grande foulées vers l’escalier de la tour il éprouvait une sorte de fascination morbide à se dire qu’elle était peut-être déjà morte. Mais si tel était le cas y serait-il pour quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hp-premiereguerre.jdrforum.com/forum.htm
Arual Haven
Elève Serdaigle 1ère Année
Elève Serdaigle 1ère Année


Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Entraînement? (LIBRE)   Dim 11 Mar - 20:59

Citation :
-Tu ne te rends pas compte dans quelle situation tu me mets !?

*S’il-te-plaît, bouge ou va-t-en! Vas-tu m’aider, me prêter main forte ou simplement me laisser pendre ici jusqu’à ce que l’aide vienne. Non, tu ne vas pas me tendre la main, ce serais mettre ta vie en danger, peut-être à tes yeux une action suicidaire, et Dieu sait qu’il ne faudrait pas faire cela. être égocentrique, c'est tout ce que tu es. Tu as une réputation de vipère à sang froid a conserver, et c’est justement ce que tu vas faire, en ce moment. Tu vas-…*

Citation :
-Essaies juste de ne pas lâcher, je vais chercher de l’aide

*Et je suis supposée d’être soulagée de t’entendre dire ça!?*

*Vois plutôt l’ironie de la situation, maintenant tu es seule avec ta conscience et tu voulais bien mettre en pratique ta Métamorphose afin de connaître une meilleure performance à l’avenir! Tu ne devrais donc pas t’en plaindre!*

*Tu ris de moi, toi?*

La Serdaigle s’agrippait tant bien que mal à la façade du mur de pierres froides. De là ou elle se trouvait aucun vent ne venait la perturber. Arual tentait de faire défiler ses pensées en ligne droite, en file indienne, en l’ordre et le calme, sauf qu’il fallait avouer qu’elle se trouvait dans une situation plutôt particulière… et qui restait particulière qu’elle ait 11 ans ou encore 20 ans, devant se retenir à la paroi du château de Poudlard avec seul un Serpentard pour lui venir en aide. Soupirant, la Forme (oui j’utilise le terme!) fermant les yeux, et les gardant clos, serrant la mâchoire, elle évalua les possibilités qu’elle avait pour se sortir de cette situation impossible. Car non, l’Aigle n’allait surtout pas dépendre sur l’incapacité d’un Serpent en cet instant. Il se faufilait probablement à la vitesse d’une limace vers le bureau de son Directeur de Maison, le professeur Rogue, pour lui annoncer la triste nouvelle. Et dans quel pétrin est-ce que cela lui mettrait! Arual se voyait déjà en train de polir l’entièreté de salle aux Trophées, de ses objets scintillants, à l’aide seulement d’une brosse à dents. Ou encore pire! De devoir faire le tri des ingrédients visqueux destinées à être utilisés pour les cours de Potion. Un frisson fit son chemin le long de l’épine dorsale de la fillette ; si c’était par dégoût de devoir effectuer une telle tâche ou encore de tomber de 55 étages et de se retrouver aplatie au bas de la Tour d’Astronomie, elle ne le savait et ne prit même pas la peine de se poser une telle question inutile. Oui, il fallait agir, et en pensant à cela, Arual pensa aussi à comment elle poireautait et tournait autour du pot afin de trouver une solution valable, digne de l’obstacle se présentant à elle.

La jeune Haven inspira profondément. Les vents cessèrent alors, laissant place au lourd silence. Ou peut-être c’était un relâchement, une liberté accordée à la Serdaigle. Si cette pause ne dura que quelques secondes, ou encore quelques minutes, elle sembla s’étendre pour une éternité délectable, au cours de laquelle Arual respira sans restreinte, ou tout lui semblait clair, et qu’à présent, la Forme savait que faire. Un mince sourire naquit sur ses lèvres. Son visage, pour une petite seconde, parut reprendre des couleurs, une étincelle éclatant au fond de son regard bleu presque électrique. C’est alors que la Serdaigle lâcha la paroi, en toute confiance. Ce geste lui enleva le souffle, puis fermant les yeux, Arual se laissa tomber tout en se concentrant. Elle vida son esprit, comme elle le faisait plus jeune pour trouver des solutions pour échapper à Davidè. Ses extrémités, de ses poignets, de ses chevilles, jusqu’en son centre. Des plumes apparurent, comme plus tôt, mais à une vitesse accélérée : l’Aigle savait à présent ce qu’elle souhaitait. Arual sentit ensuite ses jambes se rétrécir, de même avec ses bras, des plumes bleu-gris l’enveloppant. Son nez s’allongea pour former un bec doré et se finir point acéré, noir tel l’encre de Chine. Ses griffes optèrent eux aussi pour la couleur d’or et se terminèrent eux aussi par ce même noir. Finalement, sur la poitrine de la bête, certaines plumes devinrent plus ombrées, afin de laisser paraître de façon subtile une forme de croix, telle la croix de bois que la Serdaigle portait dissimulée sous ses habits d’écolière.

La Forme lâche soudainement un cri perçant, de pure joie. Elle descendit en piqué, tournoyant puis déploya ses longues ailes. D’un battement sec, elle réussit à remonter vers le haut, vers le sommet de la Tour ou elle se retrouvait il n’y avait que quelques instant. Le vent glissait facilement contre son plumage doux. Elle goûtait l’hiver dans l’air nocturne comme si c’était sa première fois, une découverte merveilleuse. Battant lentement des ailes, elle se retrouva en peut de temps à son point de départ. Là, ou elle avait tenté pour la première fois depuis si longtemps sa Métamorphose. Elle se posa dignement sur la paroi de la muraille de l’École de Sorcellerie. Arual, toujours émerveillée par ce qu’elle vivait, lâcha un autre cri ravi. S’il était possible, la Forme souriait, du haut de sa position. Elle avait complètement oublié les viles paroles du Serpentard, même, l’élève avait omis son existence. C’était incroyable, impensable, impossible! Puis Arual revint à ses esprits. Elle eut un pincement au cœur : le Moriarty allait revenir. C’est donc ainsi qu’elle se résolu de reprendre sa forme originelle. La Serdaigle replia complètement ses ailes contre son corps élancé et ferma ses grands yeux bleus.

Lentement, le nez se retroussa, perdant sa couleur dorée, les plumes disparurent abandonnant leur belle couleur aux fringues de l’élève. Ses bras retrouvèrent leur bonne proportion ainsi que ses jambes. Sur la muraille, assise, Arual souriait toujours. Enfin, rendue presque normale, le voile de ses yeux retomba, atténuant le bleu vif du Faucon. Son regard perdu au loin, elle n’avait hâte que d’une chose : Recommencer quand le moment lui sera offert une fois de plus.

*That was incredible! Amazing! Nothing can ruin that moment… Nothing.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian Moriarty
Elève Serpentard 2ème Année
Elève Serpentard 2ème Année


Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Entraînement? (LIBRE)   Mer 14 Mar - 23:11

Le Serpentard s’impressionnait lui-même de sa célérité . Non pas qu’il dévalait littéralement les marches de cette tour abominablement haute au risque de se briser le cou. Et pour une Serdaigle se serait pire que tout de mourir aussi stupidement. Son rythme lui semblait éminemment rapide en regard de la chose pour laquelle il se déplaçait. Pour lui c’est-ce qui s’appelait faire diligence. Et puis il devait bien se ménager s’il voulait atteindre les cachots du professeur Rogue ( comment as-tu deviné Aru ? Wink ) . Qui d’autre dans cette école de sous doués et d’ineptes pourraient lui être d’une aide conséquente ? Sûrement pas le professeur Faucett , pour peu qu’il est une autre de ces crises en chemin ou au moment délicat de tirer miss Haven de la situation où l’avait plongé sa propre stupidité.

*D’un autre coté il se pourrait que je fasse d’une pierre deux coups…S’ils passent tout les deux par-dessus le muret avec l’aide du "chaos élémental primaire de la mort" qu’affectionne ce cher professeur Chaussette… *

Mais non, le plus important n’était pas ses envies, mais de sortir cette petite dinde de là. D’autant plus qu’il ne savait pas où logeait cet ahuris campagnard dans le château. L’avait-on relégué dans un cagibi putride ou alors dans une cabane pouilleuse qui prenait l’eau à chaque pluie , un peu comme ce bon à rien de Garde Chasse inutile ? S’il arrivait à temps et remontait assez vite avec son directeur peut-être oserait-on lui remettre une médaille pour son acte de bravoure : à savoir prendre sur soi pour éviter l’ignominieuse descente mortelle à une pimbêche et fermer les yeux sur la stupidité de celle qui s’était mise toute seule dans cette situation ? Il n’était pas certain de vouloir un tel honneur. Il était à moitié sûr que son père trouverait à y redire et le réprimanderait pour ne pas avoir écraser les doigts de cette fille lorsqu’il en avait eut l’occasion…

En passant devant une fenêtre qui jetait un éclat blafard sur les marches pierreuses il se prit à songer au corps de la Bleu et Bronze qui dégringolait alors qu’il descendait. D’ailleurs il lui sembla entendre un cri de vautour comme si des charognard étaient déjà entrain de faire un sort à la carcasse de la jeune écolière. Bientôt il entendrait des hurlement de chacal en concert, et l’effet était digne d’un roman de gare avec cette nuit hésitante. C’était presque comique , mais Adrian restait néanmoins assez préoccupé pour ne pas en rire comme un tordu, mais pour juste en sourire. Une partie de son esprit espérait aussi qu’il ne faisait pas tout cela pour rien . Plus il s’éloignait moins il se sentait concerné par le sort de l’Aiglon et son détachement habituel repris le dessus. Ce qui ne l’empêcha pas d’être légèrement surpris de tomber sur quelqu’un à une marche de lui . Ce quelqu’un s’avérait heureusement être un visage très familier et en l’occurrence bienvenu.


-Oh ! Absynthe ! Tu tombes bien, commença t-il en se rendant compte de l'ironie de ses paroles…Il y…Elle…

*Par où commencer ?*

Etait-il plus stressé qu’il ne le pensait en fin de compte ? Nenni ( XD ) il reprit assez vite le contrôle du flot de ses pensées pour expliquer en peu de mot et dans une diction mesurée "l’évènement de la soirée" . Si les idées se bousculaient sur ses lèvres c’est qu’il s’agissait en fait de LA grande nouvelle renversante qui allait faire sensation, celle proche du rang très prisé du "scandale" , et qu’il voulait absolument tout dire en même temps.

-Anial Haven est suspendu dans le vide en haut de la tour d’Astronomie . Je ne sais même pas comment elle a fait son compte, mais si elle n’est pas tombé elle y est encore.

*Logiquement.*

- J’allais chercher le professeur Rogue en fait.

Il releva un sourcil comme pour lui demander confirmation ou son avis sur la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hp-premiereguerre.jdrforum.com/forum.htm
Absynthe Mortsonge
Elève Serpentard 2ème Année
Elève Serpentard 2ème Année


Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Entraînement? (LIBRE)   Jeu 15 Mar - 1:34

*Merlin à peine une vingtaine de marches et me voilà déjà essoufflée !*

Il aurait fallut peut-être dire à la décharge de la petite donzelle qu’elle avait utilisé beaucoup de son souffle pour faire entendre raison à un de ses collègues attardés de Serpentard qui avait osé l’entreprendre sur ces idées pro-Voldemordienne en essayant de lui faire intégrer un obscur groupuscule. Le bougre avait tenté de l’appâter en mettant en avant ses qualités sociales , la position de sa famille , son apparence attrayante…Erreur on ne se servait pas d’elle, elle n’était pas un vulgaire outil , elle était la marionnettiste et au service de personne ! Sauf si Voldemort en personne faisait le déplacement pour prendre un thé avec elle et partager des petits gâteaux , une négociation serait possible. Quoi qu’il en soit il ne s’était pas laissé faire et s’était même risqué à remettre en doute l’honneur de sa famille. Cette fois se fut une erreur fatale et la salle commune s’était quasiment vidée sous ses cris d’orfraie aigus. Elle y serait encore si elle n’avait pas eut la chance de le mettre chaos en utilisant la statuette en plomb fondu du très noble Salazar Serpentard.

*Loué soit son nom et maudit soit celui de tout les imbéciles !*

Elle espérait que son cousin ne s’ennuyait pas trop , tout seul là haut , mais elle mettait un point d’honneur à régler ce genre d’affaire en personne. Sûrement qu’Adrian l’aurait étranglé ou gélifié cet idiot malpoli sur place…Syn sourit en imaginant le beau bleu que ce type se taperait au milieu du front et de la honte qui serait sienne. Superficiellement elle songea qu’elle venait de se faire un autre ennemi.

*Un de plus , rien d’étonnant à cela.*

Il fallait toujours que des simples d’esprit viennent l’importuner même lorsqu’elle se décidait pour une fois à mettre le nez hors de son dortoir pour une petite ballade de santé. Elle ne connaissait quasiment rien de Poudlard ses déplacements dans cette école se limitant au strict minimum. Et malgré son peu de connaissance du terrain elle commençait sérieusement à croire qu’elle était peuplée d’abrutis. C’est le moment que choisit son cousin pour apparaître subitement dans son champs de vision préoccupé , lui donnant un petit souffle au cœur.

-Oh Adrian !

Elle fronça les sourcils devant le chevauchement des mots de son cousin, qui étant plutôt un orateur de salon, ne l’avait pas habitué à ce genre de choses depuis qu’ils étaient en couche culotte ! Mais il lui en donna bien vite la raison et les yeux d’Absynthe s’agrandir sous le choc et l’excitation de la nouvelle incroyable et qui lui semblait improbable et inimaginable envisagée de cet escalier en colimaçon.

-Non…Tu plaisantes ?!

Mais il n’avait pas vraiment l’air de plaisanter…La Serpentard s’en trouvait abasourdie ! Elle n’avait jamais vu personne suspendue au fil de sa vie !

-Le professeur Rogue ? Attend un peu je veux voir ça ! On a pas besoin de lui !

La Vert et Argent passa devant son cousin et monta les marches quatre à quatre galvanisée d’une nouvelle ardeur curieuse. Ce n’était pas possible ! Et comment cette fille avait-elle pu faire son compte ?

*Les Serdaigle ont une cervelle d’oiseau tout le monde le sait.*

Oui mais de là à vouloir jouer les avions de papier dans le vent nocturne il y avait un pas gigantesque que l’instinct de survie ancré chez le dernier des crétins empêcherait de franchir. Elle arriva bientôt en vue de la porte, Adrian sur les talons, avec l’impression de détenir le dernier potin révolutionnaire de l’école ! Au pire s’il n’y avait plus de Serdy suspendu , mais cinquante mètre plus bas elle pourrait bien dire « Oh j’étais là , j’ai tout vu , elle a lâché avant que j’ai pu faire quoi que ce soit , et elle a glissée dans un grand cri avec toute la grâce d’un troll qui s'essaye à des vrilles aériennes ! Elle a rebondit plusieurs fois contre les parois de la tour , son corps ensanglanté se disloquant toujours un peu plus jusqu’à ce que "splatch" ! ».

-Holàlà !!!

La jeune fille poussa la porte rabattue par le vent en ramenant sa longue chevelure derrière une oreille et…

-Hein ?!?

Elle s’appuya sur le rebord gauche de l’encadrement de la porte et jeta un regard aussi surpris qu’inquisiteur à son cousin. Comment cette péronnelle d’Haven pouvait-elle se trouver sur le parapet si elle été sensée être en état de suspension critique ?

-Mais elle m’a tout l’air de s’être fait pousser des ailes… ( si elle savait XD )
-Pour quelqu’un qui devrait probablement être mort je la trouve bien portante. Tu crois que c’est son fantôme…?, questionna-t-elle sarcastiquement . Heureusement que nous n'avons pas dérangé le professeur Rogue. C'est prodigieux : elle s'est tellement "raccrochée" à la vie qu'elle a finit par remonter avec la force de...ses petits bras musclés ..., dit-elle en considérant l'ossature fine de la Serdaigle.

*Etrange.*

HJ : Adrian me suit de son plein gré alors tu peux continuer pour qu'on adopte le roulement à trois Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sincityrpg.power-heberg.com/index.php
Arual Haven
Elève Serdaigle 1ère Année
Elève Serdaigle 1ère Année


Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Entraînement? (LIBRE)   Ven 30 Mar - 17:17

Hj : Désolée. Je sais que c’est vraiment court, mais je ne sais quoi ajouter de plus… Embarassed

Une longue seconde passa. Puis une deuxième. Et une troisième. Le Serpentard ne semblait point vouloir pointer le bout de son nez. Ou peut-être il avait simplement décidé de quitter et de laisser la jeune Haven suspendue à la muraille de la Tour, les pieds battant dans un gouffre aucunement invitant. Le vent, depuis ce « court » moment d’inconfort, s’était calmé, se gardant à seul murmurer de façon à peine audible quelques bribes de cette histoire nocturne palpitante. Un fugace sourire se forma en un le coin de ses lèvres tandis qu’elle retrouvait sa position originelle de la soirée. Presque repliée sur elle, ses bras retenant ses genoux et sa tête bien calée au fond de ses bras, Arual entendit un bruit. Ce dernier attira son attention tant bien que mal, malgré les vains essais de l’Aigle de garder son regard fixer au lointain obscur. À présent, on distinguait qu’avec grande difficulté les hauts bosselés des arbres de la Forêt Interdite. Tournant lentement sa tête, une forte fatigue l’assailli de derrière. Et si elle basculait dans le vide une fois de plus? Elle serait bien capable de reprendre sa forme et retrouver terre ferme, non? La Serdaigle y croyait, mais doutait que c’était la sage décision à prendre à cet instant. La porte de bois, si calme, endormie, ne bougea pas d’un poil d’Hippogriffe.

C’est alors, avant même que la sorcière ne puisse songer à une insulte convenable pour le lâche qui l’avait laissé pendre dans le vide sans même chercher de l’aide, que la porte fut violemment poussée, presque hors de ses gonds… dévoilant les silhouettes de deux personnages que la Forme reconnaissait déjà facilement. Malheureusement. Dans l’embrasure de l’entrée s’accota la plus fine des deux corps. Comme abasourdie, elle devait donc s’appuyer contre le mur? Aucun mot ne fut prononcé pour un moment, la Serdaigle se contentant simplement de les contempler avec un air de dédain. Ils pensaient réellement, ces deux-là, qu’elle s’aurait laissée tomber? Ou encore qu’elle était incapable de tenir bon? Certes, jamais ils ne pourraient bien savoir comment elle y avait arrivé pour se sortir d’un tel trou (oui appelons cela de même Razz ) et les chances qu’elle y réussisse seul à l’aide de ses bras presque considérables comme menus… Enfin, Arual n’était surtout pas sur le point de leur expliquer la situation en détails. À vrai dire, si cette Mortsonge et ce Moriarty quittait les lieux, ce serait avec grand soulagement que la Bronze et Bleue irait s’effondrer dans son lit moelleux, sous ses draps tout chaud.

*Ils ne semblent pas être sur le point de partir, tu sais…*

*Mais qu’est-ce qu’ils veulent encore?! Ou encore, qu’est-ce qu’ils souhaitaient voir?! Mon corps aplati, étalé, sur le sol cinquante mètres plus bas?!*

*Désolée de devoir te décevoir…*

Soupirante, la Serdaigle se retourna vers eux, déposant ses pieds sur le parterre solide (Thank God! ) de la Tour d’Astronomie. La jeune Haven se leva, comme si de rien n’était, et plaça une main dans sa poche, agrippant sa baguette, et l’autre sur sa hanche. Ses courts cheveux valsaient lentement avec le vent tranquille. La Serdaigle ne fit que trois pas vers l’avant, histoire de s’éloigner un peu de la muraille derrière elle. Penchant légèrement la tête vers la gauche, comme pour mieux les analyser, elle demanda d’une voix innocente :

-Y a-t-il un problème, chers Serpentards?

Arual insista sur le « chers », y ajoutant une grosse goutte de sarcasme évident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian Moriarty
Elève Serpentard 2ème Année
Elève Serpentard 2ème Année


Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Entraînement? (LIBRE)   Mer 4 Avr - 17:41

Adrian suivit sa cousine dans les escaliers tentant de tenir son rythme de foulées, mais il commençait à être accablé par toutes ces marches qui s‘entortillaient sur elles. Il aurait sut qu’il devrait remonter aussi vite il se serait plutôt assit sur le muret auquel était suspendue la Serdaigle et il lui aurait fait la conversation. Jusqu’à temps qu’elle lâche…D’ailleurs cette optique en vue il n’était plus tellement sûr que cela servait à quelque chose de se dépêcher. Après tout qui pourrait tenir aussi longtemps ? Au fond de lui le Serpentard préférait retourner en haut de la tour et n’y voir personne, que d’arriver et d’assister au dernier plongeon de la Serdaigle. Ce serait d’un manque total de classe et de considération de la part de miss Haven que de tomber en public et il était près à parier qu’elle attendait qu’il remonte avec les secours qu’ils auraient du aller chercher pour tout lâcher et s’abandonner au vide. Juste histoire de rendre inutile tout ses efforts.

Enfin il arriva lui aussi au sommet de cette tour interminable et se glissa au coté de sa cousine , les longs cheveux de cette dernière se trouvèrent à chatouiller le visage du jeune garçon par un coup de vent avant qu’Absynthe ne lui dégage sa vision en les rabattant derrière son oreille. Et là l’attendait celle qu’il avait à moitié laissé pour morte. Adrian referma machinalement la porte derrière lui en fixant le visage de cette décidément increvable oiselle blanche. Il croisa le regard surpris et suspicieux d’Absynthe qui devait se sentir à peu près comme lui , avec les mêmes interrogations.


*Tu devrais être morte , ou au pire entrain de te cramponner pour ta vie.*

Peut-être s’était-elle remontée avec sa seule force en effet ? A l’aide d’un coup de vent propice qui l’aurait aidé à soulever sa charpente pour se hisser et repasser de l’autre bon coté. Mais ce scénario lui paressait hautement improbable. Elle lui avait semblé en extrême mauvaise posture , à tel point qu’il n’avait pas eut l’envie de s’y risquer de sa personne pour la tirer de là.
Citation :
-Mais elle m’a tout l’air de s’être fait pousser des ailes…
*On dirait bien en effet…*

Il doutait fortement qu’une telle bécasse de Serdaigle ait le talent nécessaire pour procéder à ce genre de métamorphose partielle puisque ce genre de concept le dépassait aussi pour le moment. Comment envisager que quelqu’un d’autre puisse en avoir connaissance ? Surtout si ce quelqu’un d’autre se trouvait être cette pauvre petite fille inepte qui passait stupidement par-dessus les parapets au premier coup de vent traître. Et qui était encore assez crétine pour se re-choisir le perchoir qui avait failli…qui aurait du être sa perte. Le jeune garçon fut dépité de tant d’injustice. Une telle idiote infatuée aurait du payer le prix fort. Une fois démembrée et méconnaissable , faire la paonne n’aurait plus été une option.
Citation :
-Pour quelqu’un qui devrait probablement être mort je la trouve bien portante. Tu crois que c’est son fantôme…?
-Hmmm…, fit-il semblant de réfléchir, Non je crois que nous nous tenons en face de l’originel , plus en os qu’en chair mais c’est bien elle. Quel heureux miracle inespéré cela dit.

Le Serpentard continua de scruter la Serdaigle comme si les traits débordant de satisfaction de la jeune fille contenait la réponse à ses questions. Son air de suffisance blasée lui était écoeurant. Quoi ? Devait-elle donc s’enorgueillir de quelques mystères qui leur était inconnu et qui amenait à son visage ce détestable air d’arrogance qui était au moins aussi à sa place qu’un cracmol chez les Malfoy ? Elle n’avait pas l’étoffe suffisante pour passer pour autre chose qu’une présomptueuse. Surtout que le Serpent revoyait parfaitement l’expression de son visage lorsqu’il s’était penché par-dessus le muret et qu’il ré-entendait clairement chacune de ses paroles d’alors où elle faisait moins la fière. Et Adrian ne se donnait pas longtemps pour découvrir le fin mot de tout ceci.
Citation :
-Y a-t-il un problème, chers Serpentards?
Adrian releva légèrement les sourcils.

*Quelle subtilité.*

Une insulte franche et direct aurait presque été plus polie.

-Mais non aucun chère petite oiselle blanche. Nous sommes seulement surpris de te voir en aussi bonne santé et de ce coté du mur voilà tout. Pourquoi toute cette mise en scène pathétique si tu avais tes propres moyens de te sortir de là ? Si j’avais su j’aurais pu m’épargner.

*A moins que tu ne sois pas si sûre que cela de tes moyens…*

Le Serpentard croisa les bras s’apprêtant à tenir le siège jusqu’à temps qu’une réponse le satisfasse assez pour qu’il estime avoir découvert le pot aux roses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hp-premiereguerre.jdrforum.com/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entraînement? (LIBRE)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entraînement? (LIBRE)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entraînement d'orientation
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4
» Entraînement d'escrime

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fortuna Major :: Intérieur de Poudlard :: Les Tours :: Tour d'Astronomie-
Sauter vers: